Icon Sport

À Dublin, c'est l'avenir du rugby mondial qui se jouera

À Dublin, c'est l'avenir du rugby mondial qui se jouera
Par Midi Olympique

Le 04/06/2020 à 11:00Mis à jour Le 04/06/2020 à 18:57

INTERNATIONAL - Les ligues anglaises et françaises seront conviées à une réunion exceptionnelle de World Rugby, le 15 juin prochain à Dublin. L'enjeu sera majeur : la refonte des calendriers mondiaux et le possible alignement Nord-Sud. Un des scénarios étudiés conduirait à une reprise du Top 14... en janvier !

C'est le rendez-vous que tous attendent. Le 15 juin prochain, les grands décideurs du rugby mondial sont conviés pour une réunion capitale, à Dublin. Les seize fédérations majeures seront représentées autour de la table, dont la France bien sûr, ainsi que deux invités de marque : les ligues anglaise (PRL) et française (LNR), invitées pour la première fois à prendre part à ces discussions, au titre de leur poids dans l'écosystème économique du rugby mondial.

Une telle collégialité est une chose rare, pour ne pas dire unique dans l'histoire du rugby. Il faut dire que le dossier est de première importance : c'est une révolution du rugby qui sera discutée. Rien de moins. Enjeu central : la construction des futurs calendriers et leur alignement entre les deux hémisphères. Dans l'affaire, le rugby a beaucoup à gagner... ou à perdre.

Quatre scénarios seront étudiés. L'un d'eux préconise un alignement sans attendre Nord-Sud, dès 2020, ce qui obligerait les championnats professionnels à attendre début janvier pour siffler leur coup d'envoi.

Un tel schéma aurait des impacts financiers une nouvelle fois majeurs pour nos clubs, déjà fortement secoués par la crise du Covid-19. Pour défendre la position des clubs français, qui souhaitent reprendre dès septembre, la LNR a formé en urgence un groupe de travail (5 présidents de Top 14 et 5 autres de Pro D2). Pourront-ils, dans leur plaidoirie, compter sur le soutien de Bernard Laporte ? Les relations FFR-LNR, pour le moins fluctuantes, pourraient se réchauffer sur ce front, Laporte ayant indiqué qu'il était également opposé à un tel scénario immédiat et qui mettrait les clubs professionnels à genou. Mais c'est ici le président de la FFR qui se serait exprimé.

D'un autre côté, Laporte est aussi vice-président de World Rugby (depuis début mai) et, à ce titre, il sait qu'il devra se montrer solidaire des orientations prises par l'instance suprême. Cette double-casquette brouille un peu plus les pistes et place le rugby français dans une situation d'incertitude renforcée. D'ici au 15 juin, les tractations iront bon train. Et la grande réunion s'annonce pour le moins tendue.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés