Icon Sport

Les doutes de Servat

Les doutes de Servat
Par Rugbyrama

Le 26/11/2009 à 15:13Mis à jour

Avant la confrontation face à la Nouvelle-Zélande à Marseille, le talonneur de Toulouse et des Bleus William Servat s'est montré assez inquiet, quitte à aller à contre-courant de l'avis de ses coéquipiers à Marcoussis.

Rayon de soleil soutenu sur la région parisienne ce jeudi matin. Après une soirée entre joueurs à Paris et avant une journée de repos, les Bleus avaient donc le sourire et une certaine quiétude planait au-dessus du CNR de Marcoussis. C'était avant que William Servat ne débarque à une conférence de presse qui tirait sur la fin, alors que certains de ses coéquipiers avaient déjà déserté la résidence du XV de France pour vaquer librement à leurs occupations.

Visage sombre et regard songeur, le talonneur toulousain, connu pour son perfectionnisme et sa grande force de travail, ne s'accordait pas vraiment avec l'ambiance générale : "J'entends dire que le groupe va bien, que tout se passe bien à Marcoussis, que l'on travaille dans la sérénité mais on ne va jamais très bien à la veille de rencontrer les All Blacks." L'insouciance matinale et l'euphorie nées des deux premières victoires disparaîssaient aussi vite que les nuages s'activaient dans le ciel parisien pour cacher le moindre rayon de soleil.

"Le travail de répétition m'a manqué"

Avant de croiser de nouveau le fer avec des Néo-Zélandais revanchards, William Servat est donc soucieux. Après une semaine passée dans son club, le joueur, qui fêtera sa 25e sélection ce samedi, n'est revenu au CNR que dimanche en fin d'après-midi. Depuis, si les Bleus ont effectué un travail vidéo approfondi, ils n'ont pas beaucoup foulé la pelouse : "La semaine a été allégée car la fatigue commence à se faire sentir chez pas mal de joueurs. J'espère que nous ne manquerons pas d'entraînement. Nous n'avons fait que deux séances très courtes de touches et une seule séance de mêlées. J'en aurais volontiers fait plus car c'était un peu restrictif même si la qualité était au rendez-vous. Le travail de répétition me rassure et cela m'a manqué mais ce n'est peut-être pas le ressenti des autres joueurs. Je crois que c'est une psychose dont tous les talonneurs souffrent."

Un sentiment certainement exacerbé par l'erreur de l'alignement français face à l'Afrique du Sud qui offrit un essai aux champions du monde : "C'est frustrant pour un talonneur de perdre un lancer à cinq mètres de son en-but. Je crois que cette erreur aurait pu être évitée avec un petit entraînement supplémentaire." Il attend donc de pied ferme le dernier entraînement prévu ce vendredi au stade Vélodrome de Marseille où la touche devrait être longuement répétée. Une séance capitale pour la confiance des troupes en espérant qu'elle lève tous les doutes de l'inquiet William Servat.

Contenus sponsorisés