Heymans, la résurrection

Heymans, résurrection à Wellington
Par Rugbyrama

Le 20/06/2009 à 21:30Mis à jour

Cédric Heymans a exorcisé samedi une fin de saison laborieuse. Poussé hors du groupe toulousain lors des phases finales du Top 14, en dedans lors du premier test à Dunedin, il a signé un retour en grâce en livrant un grand match lors du second test à Wellington, avec à la clé un essai d'anthologie.

Entre Chaban-Delmas et Wellington, plusieurs dizaines de milliers de kilomètres. La distance qu'il a fallu à Cédric Heymans pour retrouver ses appuis de feu et ses inspirations assassines. Enfin, le Toulousain brille de nouveau sur les terrains. Une vraie satisfaction pour le staff français qui malgré sa méforme des derniers temps ne l'a jamais marginalisé. Et pourtant, depuis quelques mois, il a essuyé les feux de la critique, en raison d'une fin de saison plutôt décevante qui lui a valu d'être écarté du groupe toulousain pour la demi-finale contre Clermont.

On craignait alors pour sa place en équipe de France mais le staff avait choisi de l'appeler faisant fi de ses contre performances. Titulaire lors du premier test à Dunedin la semaine dernière, Heymans rendit une copie offensive bien en dessous de son niveau habituel, bien que présent en défense sur des ballons périlleux, il fût à la peine dans ses interventions sur les ballons de relance et rarement pertinent dans ses choix. Bref on le sentit bien incapable de faire la différence. L'ailier international fût terne dans une équipe par ailleurs brillante.

Un cad' deb' d'école

Mais de nouveau, Marc Lièvremont lui renouvelle sa confiance. Une titularisation qui se trouve légitimée par son essai. Heymans a fait parler son talent en mystifiant cinq défenseurs grâce à un festival de crochets. A la suite d'un ballon récupéré par les avants français au milieu du terrain, le jeu est écarté vers l'extérieur jusqu'à Médard, qui fixe intelligemment la défense avant de transmettre en bout de ligne à Heymans. Ce dernier accélère avant de se jouer de son vis-à-vis par un cad' deb' d'école. Il repique alors à l'intérieur laissant sur place trois défenseurs, dont le capitaine Muliaina complètement largué, et échappe à deux plaquages, pour finir derrière la ligne.

Un essai magnifique qui remet, si besoin est, les pendules à l'heure sur la classe de ce joueur. Un coup d'éclat qui a d'autant plus de sens qu'il vient récompenser un match de grande qualité de l'ailier toulousain. Dans tous les bons coups, il a su se rendre disponible pour dynamiser l'attaque. Très présent à la retombée des ballons, il a joué toutes ses munitions avec pertinence et a créé le danger, comme lors de la 62e minute, où bien servi par Mermoz, il tape à suivre dans l'axe pour Clerc qui malheureusement commettra un en-avant.

Au rayon déchet, il faut signaler que Cédric Heymans a vendangé une belle occasion d'essai à la 49e par excès de gourmandise. Il se trouve alors le long de la ligne de touche mais il oublie son soutien à l'intérieur. Peu importe, cette seconde sortie sous le maillot de l'équipe de France est réussie. On imagine le soulagement du joueur, tout sourire à la fin du match malgré la défaite, conscient qu'il vient de signer son grand retour au plus haut niveau. Peut-être aura-t-il l'occasion de le confirmer face à l'Australie dans une semaine.

Contenus sponsorisés