Icon Sport

Bleus : Tous ou rien

Bleus : Tous ou rien
Par Rugbyrama

Le 10/11/2010 à 18:25Mis à jour Le 11/11/2010 à 09:36

Les Français joueront, samedi à Nantes, face aux Fijdi le match prétendument le plus facile de leurs tests automnaux. Ils savent toutefois à quoi s'attendre face à des joueurs qu'ils connaissent pour beaucoup. Et sont conscients que la meilleure arme à leur opposer sera leur collectif.

Il y avait un seul mot d'ordre cette semaine à Marcoussis : le collectif. Joueurs et entraîneurs ont sans cesse parlé de cela. Mardi lors de l'annonce d'un XV de départ remanié, Marc Lièvremont a particulièrement insisté sur ce terme : "Nous voulons sensibiliser les joueurs sur le fait qu'il ne va pas trop falloir vouloir se montrer, avait-il prévenu. Le meilleur moyen de passer à côté de la rencontre serait de mettre en avant leurs individualités. Ils ont tous des cartes à jouer en vue du Mondial, c'est vrai, mais ils doivent avant tout servir le collectif. C'est le message que nous souhaitons leur transmettre".

Il est passé semble-t-il. Tous les joueurs, quand ils se sont présentés devant la presse, ont mis en avant ce collectif, qu'ils soient cadres, petits nouveaux ou anciens sur le retour. "C'est normal qu'ils insistent là-dessus, assure l'arrière Jérôme Porical, qui fêtera sa deuxième cape à Nantes. Il ne faut pas sortir du cadre pour faire avancer le groupe. Chacun a beaucoup à jouer mais n'y parviendra pas seul face à cette équipe." Le tout nouveau capitaine, Imanol Harinordoquy, ne dit pas le contraire : "Le tout sera de travailler sérieusement et collectivement. J'insiste sur le "collectivement" car il faudra acquérir le maximum d'automatismes. En une semaine, on n'a pas vraiment le temps de bosser alors attachons-nous d'abord maîtriser notre conquête et notre défense face à une équipe moins bien organisée mais qui possède de très fortes individualités."

Ducalcon : "On les connaît"

L'équipe des Fidji a beau être dixième équipe au classement mondial de l'IRB, elle n'en reste pas moins particulièrement dangereuse. "Face à des joueurs comme eux, il arrive de se sentir assez impuissant, affirme le Biarrot, qui a encore en tête la course de 80 mètres de Caucaunibuca contre la France lors du Mondial 2003. Cette équipe a des joueurs bourrés de talent, athlétiques... Face à ça, il va falloir mettre les barbelés et être très forts sur le collectif". "Ils sont peu reconnus et ne jouent pas souvent mais ils avaient fait douter beaucoup de monde lors de la dernière Coupe du monde, rappelle pour sa part le talonneur Guilhem Guirado, qui les affrontera pour la première fois. Ils avaient battu le pays de Galles et s'étaient qualifiés pour les quarts de finale."

Ils ont beau les affronter rarement, les Français ne plongent pas dans l'inconnue : "Beaucoup d'entre eux jouent en France alors nous connaissons leurs qualités, explique le pilier Luc Ducalcon. Ils sont souvent décisifs durant les matchs de championnat. On sait que ce ne sera pas facile..." Les observateurs affirment pourtant que ce match sera le moins compliqué de la tournée. "Peut-être, mais à nous de nous le rendre facile, assène le troisième ligne Fulgence Ouedraogo. Les Fijdiens ont un jeu de mouvement, un jeu aéré, et il va falloir se multiplier pour les contrer." "On ne connaît pas très bien leurs lancements ni leur système de jeu mais on sait qu'ils ont d'énormes qualités physiques et un peu de mal à se trouver collectivement", conclut l'ailier Alexis Palisson. Alors les Bleus "insisteront là-dessus" comme l'a affirmé Marc Lièvremont mardi. Les Français savent ce qu'ils ont à faire. Et ils le feront ensemble, plus que jamais.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0