Midi Olympique

1964, la confirmation

1964, la confirmation
Par Rugbyrama

Le 17/06/2009 à 10:50Mis à jour

Chaque jour, notre site revient sur un exploit marquant du XV de France dans l'hémisphère sud, à travers des anecdotes tirées, notamment, des éditions de Midi Olympique de l'époque. Deuxième volet avec la tournée de 1964 en Afrique du Sud et la victoire (8-6) sur les Springboks, le 25 juillet.

1958, c'était hier ! Si les hommes de la tournée 1964 partent sur un chemin déjà balisé par leurs brillants et glorieux aînés, et non dans l'inconnu comme l'avait fait les légions de Mias avec succès six ans plus tôt, il apparaît très vite que l'héritage laissé, s'il constitue une fierté, n'en est pas moins un lourd fardeau pour la sélection de 1964. En effet, il est indéniable que l'exploit réalisé lors de la précédente tournée a permis de démythifier la suprématie du rugby sud-africain mais pour les troupes de Michel Crauste, capitaine de cette sélection, la pression du résultat et les attentes en France sont d'autant plus grandes.

Comme Serge Saulnier, qui conduit l'équipe avec Jean Prat, va le rappeler dans son discours aux joueurs avant le départ, relaté par Midi Olympique, chez les Boks, une fièvre populaire s'est emparée du pays: "Votre tournée provoque un engouement extraordinaire [...] mais attention l'Afrique du Sud a une revanche à prendre. En 1958, nous avons bénéficié d'un effet de surprise, ils avaient tendance à sous-estimer l'équipe de France, mais cette fois ils sont sur leurs gardes." Jean Prat ajoutera : "Vous partez en mission sacrifiée". Les voilà avertis.

"Le jeune pack tricolore châtie les Springboks"

Nos Tricolores, sur ces bonnes paroles, se sont donc envolés, redoutant le pire à 10 000 kilomètres de chez eux, mais avec la promesse que chacun d'entre eux donnerait le meilleur. Ils se posent sur le sol sud-africain, le 6 juillet, pour une mini tournée comprenant cinq matchs (cinq de moins qu'en 1958) dont le point d'orgue sera le match du 25 juillet à Springs face aux Boks. On retiendra que quatre matchs furent gagnés par les Bleus, qui ne concédèrent qu'une seule défaite. L'Histoire, elle, ne se souvient que de ce 25 juillet où l'équipe de France sut se montrer largement digne du rang imposé par les anciens de 1958, (dont un seul survivant, l'ailier Jean Dupuy, participait à la tournée, mais il ne joua pas contre les Boks), en signant une victoire probante, 8 à 6, devant plus de 50 000 spectateurs, à 1800 mètres d'altitude! Du Guazzini avant l'heure.

Plusieurs faits ont marqué ce match mythique du XV de France gagné au terme d'une prodigieuse performance des avants français. Un pack qu'on annonçait pourtant trop inexpérimenté face à des Sud-Africains réputés rugueux et costauds dans le combat devant mais qui vont subir en mêlée fermée. C'est la naissance de qu'on appellera le "pack des bestiaux", en hommage à sa puissance et à sa domination technique et physique. Crauste, Herrero, Lira; Dauga, Spanghero; Gruarin, Menthiller, Berejnoi, formaient ce huit qui a écrasé la rencontre.

Le départ de "Bala"

Un homme s'est révélé lors de ce match, le jeune deuxième ligne Walter Spanghero, livrant un match épique et explosant au haut niveau. Les observateurs sud-africains seront d'ailleurs unanimes pour le désigner homme du match. Pour bien mesurer la portée de l'exploit, il faut préciser que l'essai de l'ailier Darrouy entrera aussi dans l'histoire, comme étant le premier essai infligé aux Sud-Africains en test depuis cinquante ans!

Cette victoire historique marque aussi l'arrêt de la carrière internationale de l'ouvreur tricolore Pierre Albaladejo, qui sortit par la grande porte. Exemplaire dans sa gestion du jeu, auteur d'une pénalité et d'une transformation, M. drop, comme on le surnomme, n'aura pas tremblé, contrairement au Sud-Africain Stewart, qui lui, ratait la transformation de l'égalisation à deux minutes de la fin! Il était écrit que cette tournée devait entrer dans la légende du XV de France. Après le match, l'emblématique capitaine, Michel Crauste, déclarait dans Midi Olympique : "J'ai réalisé l'ambition de ma vie: être capitaine de l'équipe de France dans un match victorieux contre l'Afrique du Sud".

_______________________________________________________________________________________________

FICHE TECHNIQUE

A Springs, France bat Afrique du Sud par 8 points à 6 (mi-temps: 8 à 3). Temps magnifique, frais, ensoleillé, vent favorable à la France en deuxième mi-temps. Cinquante mille spectateurs.

Pour les vainqueurs: un but de pénalité d'Albaladejo (1ère minute), un essai de Darrouy (38e) transformé par Albaladejo.

Pour les vaincus: un but de pénalité (18e) et un essai (77e) de Stewart.

FRANCE: Dedieu; Darrouy, Capdouze, Piqué, Gachassin; (o) Alabaladejo, (m) Laborde; Crauste, Herrero, Lira; Dauga, Spanghero; Gruarin, Menthiller, Berejnoï.

AFRIQUE DU SUD: Wilson; Engelbrecht, Gainsford, Stewart, Truter; (o) Smith, (m) Lawless; Bedford, Hopwood, Van dr Merwe; Carelse, Dupreez; Myburgh, Walton, Marais.

Contenus sponsorisés
0
0