Midi Olympique

Toulouse en force

Toulouse en force
Par Rugbyrama

Le 23/05/2008 à 07:45Mis à jour

Sur les trois derniers matchs joués en Top 14, Toulouse a contraint ses adversaires à simuler les mêlées. Frustrant et en même temps symbole de la performance du pack stadiste.

William Servat remet bien en place la nappe placée sur la table. Par petits gestes répétés, il obtient un résultat qui frôle la perfection. Au coeur de la cage, son travail de sape est réalisé avec la même patience et la même application. Depuis samedi, les Toulousains sont entrés dans le vif du sujet. Le pack haut-garonnais affrontera en finale de Coupe d'Europe les redoutables avants du Munster.

"Surtout, sur le match face à Montauban, je ne comprends pas comment on peut avoir plusieurs pénalités de rang, un carton jaune pour un Montalbanais et mêlées simulées ! Pourquoi il n'y a pas eu essai de pénalité ?, s'interroge Servat. Cela aurait pu nous coûter l'essai du bonus offensif !" Toulouse a fini par marquer le troisième essai samedi dernier sur le gong. "Cela montre notre force, psychologiquement, c'est important de se savoir potentiellement aussi efficace en mêlée fermée, c'est important à utiliser en vue de la finale," admet Jean Bouilhou.

Un roulement permanent

En se consommant moins sur les rucks, en ayant fait d'énormes progrès en touche et aussi en mêlée fermée, le Stade toulousain s'est considérablement renforcé et joue beaucoup sur le roulement pour conserver son niveau. "Physiquement, cela commence un petit peu à tirer, concède William Servat. Il n'y a vraiment qu'en France qu'on peut voir ça : jouer trois matchs en huit jours. Le staff a fait en sorte de nous laisser au repos tout en nous permettant de conserver le niveau physique et le rythme. Nous sommes entourés de professionnels qui ont fait tout ce qu'il fallait pour nous préparer."

"Ce qui change, relève à son tour Omar Hasan, c'est en effet la possibilité que nous avons eu surtout au poste de piliers de tourner. Nous étions cinq cette année. Je n'avais jamais eu l'occasion de pouvoir effectuer de tel roulement. Cela a été très important." Souligné à de nombreuses reprises depuis le début de la saison, l'apport de Yannick Bru, encore au coeur de la cage l'an passé, est aussi considérable. Depuis lundi, Toulouse travaille sa riposte aux mauls du Munster, dont la réputation a franchi les mers.

"Les coachs nous ont écartés jusqu'en début de semaine de ce genre de préoccupation. Notre défaite face à Montpellier et notre match face à Montauban montre que nous sommes loin de notre meilleur niveau aujourd'hui," coupe Servat. Placer la barre toujours plus haut pour se hisser au sommet. La nappe est maintenant impeccablement placée. Le pack toulousain est en de bonnes mains.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés