Icon Sport

Australie-Nouvelle Zélande : la rouste de l'Optus Stadium

Australie-Nouvelle Zélande : la rouste de l'Optus Stadium
Par Rugbyrama

Le 05/09/2021 à 00:29Mis à jour Le 05/09/2021 à 00:30

RUGBY CHAMPIONSHIP - Dimanche matin, les Wallabies retrouveront les All Blacks pour la deuxième journée du Rugby Championship à l'Optus Stadium de Perth. Un stade qui avait vu ces mêmes Australiens laminer leur voisin lors de l'édition 2019, leur infligeant la plus large défaite de leur histoire 47-26. Retour sur une des plus belles victoires australiennes de ces dernières années.

Il y a des matchs dont le résultat semble totalement fou et cet Australie - Nouvelle Zélande en fait partie. Nous sommes à l'aube de la Coupe du monde 2019, le format du Rugby Championship est raccourci pour ne pas surcharger le calendrier. Au lieu de doubles confrontations, les quatre nations de l'hémisphère sud s'affrontent une seule fois. La confiance n'est pas au mieux et les hommes de Steve Hansen sont sous pression. Les Kiwis concèdent le match nul à la maison face aux Springboks (16-16) une semaine avant le déplacement en Australie. En face, les Wallabies ont bataillé face aux Pumas (16-10). La pression est moindre de leur côté. Les Wallabies de Will Genia peuvent tenter quelque chose mais il ne s'attendait sans doute pas à un tel score.

Le carton rouge qui divise

Les premières minutes sont à l'avantage des Australiens. Ils inscrivent une pénalité et un essai d'Hodge délivré par une sublime passe décisive de James O'Connor, titulaire 13 ce jour-là, qui élimine trois défenseurs. Les Kiwis répliquent immédiatement. Sur un ballon expédié au large, les Wallabies sont en sous-nombre et Jack Goodhue en profite. Il s'approche des 22 et réalise un coup de pied rasant dit "de recentrage" pour ses coéquipiers. Michael Hooper et Kieran Read, les deux capitaines, sont à la course pour le ballon mais se bousculent et tombent. C'est finalement Lienert-Brown qui, après une action assez incongrue, parvient à aplatir.

Quatre minutes plus tard, les All Blacks récidivent et, sur une action propre à leur jeu, le talonneur Dane Coles perce la défense et retrouve Aaron Smith qui casse les chevilles de Reece Hodge avant de transmettre à Ioane sur l'aile. Les joueurs gratifient les spectateurs d'un "rugby champagne" pendant les 20 premières minutes mais leurs ardeurs se calment après cette période. Juste avant le retour aux vestiaires, une action pourtant anodine transforme le match.

Scott Barrett est coupable d'un placage dangereux en envoyant son épaule dans le visage d'un Australien. L'arbitre Jérôme Garcès sort le rouge et envoie le cadet des frères Barrett à la douche. Les réseaux sociaux explosent et l'action scinde les spectateurs en deux camps : ceux qui trouvent le rouge logique et ceux qui le trouvent insensé. L'action amène même Eddie Jones à réagir dans les médias anglo-saxons, trouvant la décision "ridicule". A-t-il raison ? Nul ne le sait mais dans tous les cas "l'arbitre a raison même quand il a tort". L'Australie mène 16-12 à la mi-temps.

L'Australie étrille les Néo-Zélandais en deuxième période

Les Wallabies repartent à l'assaut du camp adverse dès l'entame. À la 46ème minute, Nic White joue petit côté pour Rory Arnold qui, sans le vouloir, aspire son vis-à-vis et envoie Salakaia-Loto à dame. Les locaux font le break et les Kiwis ne reviendront jamais. Trois minutes plus tard, nouvelle vague emmenée par l'intenable Samu Kerevi qui fait exploser Beauden Barrett sur un débordement le long de la ligne de touche avant de transmettre à son demi de mêlée Nic White. Commence alors une partie de tennis de table qui tourne à l'avantage des hommes en jaune. Ils inscrivent quatre essais contre deux pour les coéquipiers de Kieran Read.

Le score final est lourd : 47-26. Cerise sur le gâteau, c'est le plus grand nombre de points jamais encaissé par la Nouvelle Zélande et aussi le plus grand écart de points lors d'une défaite (à égalité avec un 28-7 face aux Wallabies en 1999). L'Optus Stadium reçoit à nouveau les deux formations ce dimanche matin. Il reste à voir si les Wallabies réitéreront l'exploit de 2019.

Contenus sponsorisés