Icon Sport

Reggiardo : "Il faut laisser du temps à Cheika"

Reggiardo : "Il faut laisser du temps à Cheika"

Le 14/08/2022 à 10:59Mis à jour

RUGBY CHAMPIONSHIP - L’ancien pilier des Pumas, manager de Provence Rugby en Pro D2, revient sur le succès de ses compatriotes face à l’Australie (48-17).

Quel est votre ressenti après cet éclatant succès (48-17) des Pumas face aux Australiens ?

J’ai été très impressionné par la prestation d’ensemble de l’équipe. La semaine dernière, lors du premier match face à ces mêmes australiens, les Pumas avaient manqué de maîtrise pour entériner définitivement le résultat, alors qu’ils menaient largement au score. Ils avaient fini par être punis et s’étaient inclinés. Hier (samedi, N.D.L.R.), quand c’était difficile, quand l’Australie pouvait revenir, les Argentins ont fait preuve de caractère et ont su « tuer » le match.

Le match vous a-t-il paru maîtrisé de bout en bout ?

Globalement, oui. J’ai aimé le coaching de Cheika. Ce n’était pas des changements préétablis, mais un coaching de circonstance, fait en fonction des événements du match. Il a sorti Kremer au bon moment, quand il commençait à faire des fautes. Il y a longtemps que je n’avais pas vu Lavanini jouer à un tel niveau. Montoya, le capitaine, a aussi été très bon sur les fondamentaux de son poste. Je pourrais aussi citer Gallo, Moroni, Imhoff, Mallia ou Boffeli qui ont tous réalisé des prestations de haut niveau. Sur ce match, cette équipe d’Argentine n’avait pas de point faible.

Arrivez-vous à déceler la "patte" Cheika dans le jeu des Argentins ?

Toutes les équipes gérées par Cheika ont un point commun : leur niveau d’engagement physique très au-dessus de la moyenne. Ses équipes sont toujours très « énergiques », brutales au bon sens du terme. On retrouve cela chez ces Pumas-là. Les joueurs, eux, ont eu le mérite de bien s’approprier le projet de jeu du sélectionneur. Ce sont quand même eux les protagonistes des matchs …

Thoams Gallo (Argentine)

Thoams Gallo (Argentine)Icon Sport

On sent que le match de la semaine dernière a donné des idées au sélectionneur …

Oui, les Pumas avaient bien travaillé. Cela s’est vu, notamment sur la défense des ballons portés qui fut le gros point noir du premier match, avec trois essais encaissés sur cette phase de jeu. Là, les Argentins ont parfaitement défendu ce secteur. Après, l’entame de match a mis l’Argentine en confiance avec deux essais en deux actions. Les joueurs ont eu le mérite de ne pas céder à la panique quand les Australiens sont un peu revenus dans le match.

Cheika est le premier sélectionneur étranger à la tête des Pumas. Que pensez-vous de son bilan ?

Il est encore trop tôt pour en parler. Il faut lui laisser du temps. N’oublions pas non plus que la plupart de ses adjoints sont des Argentins ayant porté le maillot de la sélection. Eux sont là pour l’héritage, la transmission. C’est très important dans notre culture. L’engagement, le physique, ça, c’est Cheika ! (rires)

Pensiez-vous que les Pumas seraient premiers du Rugby Championship après deux journées ?

C’est beau, on peut prendre le classement en photo, mais c’est encore anecdotique. C’est après six journées qu’il faudra être en tête. Il faut relativiser : l’Argentine a joué deux fois chez elle, alors que les Blacks par exemple ont joué leurs deux rencontres loin de leur base. Il est urgent d’attendre avant de s’enflammer même si ce départ est très encourageant.

Contenus sponsorisés