Icon Sport

Ian Foster largement critiqué par la presse néo-zélandaise

Ian Foster largement critiqué par la presse néo-zélandaise
Par Rugbyrama

Le 07/08/2022 à 10:04Mis à jour Le 07/08/2022 à 10:05

RUGBY CHAMPIONSHIP - La cinquième défaite des All Blacks en six rencontres est très mal passée en Nouvelle-Zélande. La presse locale est vent debout Ian Foster, le sélectionneur des hommes en noir.

Ce n’est plus un séisme, mais un déferlement. Après une tournée d’été tristement historique face à l’Irlande, deux défaites d’affilée sur son sol, la Nouvelle-Zélande n’a rien pu faire pour contrer les monumentaux sud-africains. Au milieu d'un contexte totalement inédit pour le rugby néo-zélandais, tous les regards se focalisent sur Ian Foster. Le sélectionneur des All Blacks est plus critiqué que jamais au pays du long nuage blanc. "Si l'Irlande a fait craquer les All Blacks, l'Afrique du Sud les a certainement brisé tout espoir, aussi vain soit-il, qu'une reprise soit possible sous ce régime d'entraîneurs. Il est temps d'appeler Scott Robertson, de lui dire d'attendre avec ses assistants triés sur le volet et que lui et Jason Ryan continuent de reconstruire un héritage qui risque d'être horriblement entaché si aucune mesure définitive n'est prise". Ce cri du coeur poussé par Gregor Paul dans les colonnes du New Zealand Herald illustre un mal-être profond des suiveurs des All Blacks.

Scott Robertson - Crusaders

Scott Robertson - CrusadersIcon Sport

Le droit de perdre mais avec la manière

Stuff a lui choisi de symboliser cette nouvelle défaite néo-zélandaise avec l’un des principes les plus simples du sport : le droit de perdre. Le média fait ici l’état des lieux d’une équipe vidée de son essence. "Ce n'est pas une honte de perdre face à une équipe sud-africaine de ce calibre. Beaucoup ont perdu au fil des ans, et beaucoup d'autres perdront aussi dans les jours à venir. Mais pour descendre de manière si directe et échouer en grande partie à appliquer quoi que ce soit qui ressemble à une pression soutenue sur leurs adversaires pendant une si grande partie de ce concours unilatéral, eh bien, cela montre à quel point cette équipe des All Blacks a plongé" explique Marc Hinton dont le souhait est également de voir débarquer Scott Robertson a la tête des kiwis, concluant que “"e temps presse" pour redresser la barre.

Une volonté appuyée par Phil Gifford dont l’espoir d’un troisième sacre mondial n’est pas éteint. "Cela semble désormais inévitable, à moins que les All Blacks n'écrasent l'Afrique du Sud le week-end prochain, qu’il y aura un changement d'entraîneur avant la fin de cette année. L'histoire montre que cela ne signifie pas que les chances de victoire en Coupe du monde disparaissent".

Contenus sponsorisés