Icon Sport

Urdapilleta, toujours inoxydable

Urdapilleta, toujours inoxydable
Par Rugbyrama

Le 16/08/2022 à 15:03Mis à jour Le 16/08/2022 à 17:44

RUGBY CHAMPIONSHIP - A 36 ans, l'ouvreur argentin a été rappelé avec sa sélection nationale pour préparer les prochains matchs face aux All Blacks. S'il n'a plus joué pour les Pumas depuis 2019, le joueur du Castres Olympique impressionne par sa longévité au plus haut niveau.

Rares sont les joueurs à faire partie de cette confrérie. A l'heure du rugby professionnel, être appelé en sélection au-delà de 35 ans pour disputer des joutes internationales semble parfois irrationnel, sinon complètement fou. Benjamin Urdapilleta est l'un de ces vieux soldats pouvant encore prétendre à une place pour défendre son pays. Certaines mauvaises langues diront sans doute que l'ouvreur n'aurait pas eu la chance de revoir les Pumas sans l'absence de Nicolas Sanchez, demi-d'ouverture titulaire blessé face aux Wallabies dès le début du Rugby Championship le 6 août. D'autres salueront simplement la longévité du natif de Buenos Aires.

A 36 ans, Urdapilleta, champion de France 2018 avec Castres et vice-champion de France 2022 répond toujours aux exigences du plus haut niveau. N'allez pas espérer de lui qu'il traverse le terrain sur une accélération fulgurante ou qu'il tamponne ses adversaires sur des prouesses défensives. Benjamin Urdapilleta est un homme d'expérience. Un gestionnaire hors-pair dans l'art de la distribution du jeu et un buteur des plus fiables. Dans son rôle d'artilleur, il affichait notamment un taux de réussite de 86,2% face aux perches au mois d'avril avec son club. Le joueur passé par Oyonnax et les Harlequins excelle lorsqu'il s'agit d'apporter du sang-froid à son équipe et reste un infatigable meneur de jeu.

Plus sélectionné depuis la Coupe du monde 2019

Pour trouver trace de la dernière sélection d'Urdapilleta, il faut remonter au Mondial japonais de 2019. Sous les ordres du sélectionneur Mario Ledesma, il avait pris part aux quatre matchs de poule des Pumas, deux fois comme titulaire et deux fois comme remplaçant, notamment contre la France. Il n'avait pas disputé davantage de rencontres puisque son équipe avait manqué la qualification pour les quarts de finale. Depuis, Benjamin Urdapilleta (12 sélections) n'a pas connu la moindre cape sous le mandat de Michael Cheika bien qu'il ait été rappelé au début du mois de juin avant la tournée d'été. Un rendez-vous manqué en raison de sa blessure en finale du Top 14 quelques semaines plus tard. Par ailleurs, il avait déjà été convoqué dans le groupe de joueurs argentins en juillet pour le Rugby Championship, sans être retenu dans le XV de départ ensuite.

Benjamin Urdapilleta (Castres olympique)

Benjamin Urdapilleta (Castres olympique)Icon Sport

Au sein d'un groupe de 32 joueurs, il fait aujourd'hui partie des onze pensionnaires du championnat de France convoqués pour préparer les prochaines échéances face à la Nouvelle-Zélande, le 27 août à Christchurch puis le 3 septembre à Hamilton. Contrairement à plusieurs joueurs tels que Jeronimo de La Fuente ou Francisco Gomez Kodela qui ont été libérés du groupe, lui manquera assurément la reprise du Top 14 avec le Castres Olympique, où il est engagé jusqu'en juin 2023. A noter que Benjamin Urdapilleta n'a connu jusqu'à présent qu'une seule rencontre avec l'Argentine en Rugby Championship, contre l'Afrique du Sud en 2019 (défaite 13-46, N.D.L.R).

Face à la concurrence de Santiago Carreras et Tomás Albornoz, très en vue samedi dernier lors du succès sur l'Australie, Urdapilleta devra composer avec de jeunes ouvreurs qui ont moins de 25 ans. Il restera alors à savoir si le staff argentin lui laissera sa chance. A défaut d'avoir enquiller des sélections par dizaines dans sa carrière, il est une plus-value pour toute équipe en quête d'expérience. Le symbole d'un rugby encore ouvert à quiconque reste performant au gré des années.

par Rayane BEYLY

Contenus sponsorisés