Icon Sport

Argentine : Matera, Petti et Socino ne sont plus suspendus

Argentine : Matera, Petti et Socino ne sont plus suspendus
Par Simon Valzer via Midi Olympique

Le 03/12/2020 à 08:41Mis à jour Le 03/12/2020 à 09:48

RUGBY CHAMPIONSHIP - Ce jeudi, la fédération argentine de rugby a annoncé la levée des suspensions prononcées contre les trois joueurs des Pumas : le capitaine et troisième ligne Pablo Matera, le deuxième ligne Guido Petti et le talonneur Santiago Socino qui avaient été suspendus pour avoir tenu des propos xénophobes sur les réseaux sociaux entre 2011 et 2013.

Entendus par leur fédération, les joueurs se sont repentis et se sont une nouvelle fois excusés, "assurant que ces tweets ne reflétaient pas leur pensée et qu'ils avaient faire preuve d'immaturité", selon un communiqué diffusé par l'UAR :

« La commission de discipline de l'UAR a cité à comparaître les joueurs concernés. La fédération rejette ce type de comportement mais estime également que les accusations diffamatoires qui en ont découlé touchent l'ensemble du rugby argentin et ne représentent pas ce qu'est notre sport."

Dans ces tweets, Matera, aujourd'hui âgé de 27 ans et qui évolue au poste de troisième ligne au Stade français Paris, parlait de "renverser des Noirs" avec sa voiture et dénigrait les Boliviens et les Paraguayens. "Ce ne sont pas les mêmes personnes qu'à 17 ou 18 ans, ce sont de grands hommes, des pères de familles", a encore défendu Ledesma.

"Pas les mêmes personnes"

"La commission de discipline de l'UAR a cité à comparaître les joueurs concernés. La fédération rejette ce type de comportement mais estime également que les accusations diffamatoires qui en ont découlé touchent l'ensemble du rugby argentin et ne représentent pas ce qu'est notre sport", a déclaré la fédération.

Lors de leur comparution, "les trois joueurs ont manifesté un profond repentir et ont réitéré les excuses qu'ils ont déjà prononcé, assurant que ces tweets ne reflétaient pas leur pensée et qu'ils avaient fait preuve d'immaturité. Ils assument cependant pleinement leurs actes et et se tiennent à la disposition d'éventuelles enquêtes sur les circonstances", a ajouté l'UAR.

Pour la commission de discipline, l'attitude des trois joueurs durant l'audition rend inutile le fait de maintenir ces suspensions à titre conservatoire. Lors de l'annonce de la suspension, la fédération l'avait justifiée par le fait que, "si les messages remontent à 2011 et 2013, la UAR condamne toute expression de haine et considère que ceux qui les expriment ne peuvent représenter notre pays".

Selon la presse argentine, les joueurs argentins auraient également menacé leur fédération de faire la grève si leurs trois coéquipiers n'avaient pas été réintégrés à l'effectif.

Contenus sponsorisés