Icon Sport

White : "Nous ne sommes pas à des années lumières des autres"

White : "Nous ne sommes pas à des années lumières des autres"

Le 26/07/2019 à 18:52Mis à jour Le 26/07/2019 à 18:54

RUGBY CHAMPIONSHIP 2019 - L'ancien demi de mêlée de Montpellier Nic White a effectué son retour en équipe nationale après quatre ans d'absence en raison de son exil européen à Montpellier puis à Exeter. Auteur d'un retour réussi grâce à la gestion du jeu et la qualité de ses coups de pied, il revient sur le match contre l’Afrique du Sud et évoque le choc contre les Argentins.

Midi Olympique : Qu'est ce que cela vous fait de revenir en équipe nationale ?

Nic White : Oui, c’est toujours positif d’un point de vue individuel. C’est un grand sentiment de satisfaction, surtout quand vous avez fait les efforts nécessaires pour être là. Mais on veut aussi des résultats car c’est le but de ce sport.

Le retour au niveau international n'a t-il pas été trop dur ?

N.W. : Non pas du tout, je me suis senti à l'aise d'emblée. Cela fait trois semaines maintenant que je m’entraîne avec le reste du groupe donc j’ai pu retrouvé mes marques. Je peux amener l’expérience que j’ai acquise pendant ces quatre dernières années.

Comment avez-vous jugé la performance des Wallabies contre l’Afrique du Sud ?

N.W. : Nous sommes en phase de construction. On est apparu poussifs à certains moments car nous avons essayé de mettre en place des trucs nouveaux. Dans le groupe, on a l’impression que si nous avions toutes les opportunités quand elles se sont présentées le résultat aurait été différent. Ainsi, si la passe de Kerevi pour Tui n’est pas en avant et si Dane (Haylett-Petty ndlr) récupère le ballon et marque on se trouve menant au score à la mi-temps et c’est aux Boks de chasser le score.

Est-ce que vous pensez que cette équipe est loin des meilleures ?

N.W. : Non pas du tout. Nous essayons de mettre en place de nouvelles combinaisons et il y a un petit temps d’adaptation. Mais quand on regarde notre première mi-temps, nous savons être patients et créons des opportunités. Il n’y a pas de panique. Nous sommes dans la course mais il nous faut être plus réalistes et concrétiser nos temps forts. C’est le rugby de haut niveau pour vous et le score peut vite vous échappe. On va travailler sur ces détails et les résultats devraient suivre.

Est-ce que vous pensez qu’il faudra du temps pour que les résultats arrivent ?

N.W. : Il y a déjà de bons signaux et je crois qu’il s’agit plus d’ajustements que de changements profonds donc cela pourrait intervenir très vite. Nous ne sommes pas à des années lumières des autres. Samedi, les Boks marquent un ou deux essais chanceux qui leur donnent une dynamique. Il nous faut apprendre de nos erreurs, continuer à travailler sur notre jeu. Nous sommes au début de notre saison internationale. Le groupe a confiance en le jeu qu’il pratique et est en train d’assimiler une nouvelle façon de jouer. Samedi, nous serons meilleurs dans notre exécution.

Comment avez-vous trouvé les Argentins ?

N.W. : C’est une équipe qui continue à progresser. Il n’y a qu’à voir les résultats des Jaguares en Super Rugby et comment ils ont tenu en respect les Crusaders qui ne leur ont marqué qu'un seul essai. Cette défense se retrouve chez les Pumas et je crois que les All Blacks ont été quelque peu chanceux de l’emporter le week-end dernier, tant les Argentins ont dominé en deuxième mi-temps. Je m’attends donc à un gros challenge de leur part et il nous faudra être au top pour les battre. Cette compétition est vraiment très serrée maintenant avec quatre équipes proches les unes des autres. Sur le plan individuel, les Argentins ont des joueurs très physiques et très bons sur leurs appuis, ce qui les rend insaisissables.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0