Icon Sport

Four Nations - Toujours intouchables ?

Toujours intouchables ?
Par Rugbyrama

Le 17/08/2018 à 17:32

FOUR NATIONS - Le Rugby Championship commence ce week-end. C'est l'heure de faire un tour d'horizon des quatre équipes engagées. Au tour de la Nouvelle-Zélande.

Après avoir remporté cinq des six dernières éditions de ce Rugby Championship, les Blacks repartent en campagne. La bande à Barrett continue d’impressionner et se présente une nouvelle fois en grandissime favori Le débat est toujours le même, la Nouvelle-Zélande est-elle plus forte cette année qu’elle ne l’a jamais été ? Sans doute. Avec le sacre des Crusaders, c’est la quatrième saison de suite qu’une franchise néo-zélandaise remporte le Super Rugby. À coté de cela, la Nouvelle-Zélande depuis un an c’est : quatorze victoires en quinze rencontres (défaite contre l’Australie 23-18), une moyenne de 36 points inscrits pour 18 encaissés, et un sans-faute lors du dernier Rugby Championship. Les chiffres parlent.

De la concurrence et des retours

À tous les postes, ou presque, Steve Hansen se creuse la tête pour composer un XV de départ. L’exemple le plus parlant est probablement au centre du terrain. Crotty, Sonny Bill Williams, Lienert-Brown, Laumape et Goodhue, pour seulement deux places, rien que ça. Le premier cité est devenu un titulaire indiscutable depuis l’arrêt de Conrad Smith, Sonny Bill est lui probablement le plus talentueux d’entre tous. Derrière, Laumape impressionne toujours autant par sa puissance, Lienert-Brown, présent dans l’équipe type de la saison de Super Rugby, est un candidat crédible, et Goodhue, titré avec les Crusaders, est tout autant légitime.

Le choix du roi. Autre joueur champion avec la franchise de Christchurch : Mo’unga. L’ouvreur à surnagé toute la saison et encore davantage en phase finale. Problème, il est en concurrence directe à l’ouverture avec Beauden Barrett, actuel meilleur joueur du Monde, difficile de rivaliser. Damian McKenzie possède lui l’avantage de pouvoir couvrir les postes de N°10 et N°15 et risque donc de reléguer en tribune l’homme qui a inscrit 17 points en finale contre les Lions.

Deux retours non-négligeables viennent renforcer la sélection néo-zélandaise : Brodie Retallick et Kieran Read. Forfait pour les confrontations contre la France lors de la tournée d’été, le deuxième ligne des Chiefs retrouve le squad de Steve Hansen. Il avait déjà rejoué en fin de saison avec son club et avait été très bon. Il composera probablement l’attelage en deuxième-ligne avec Sam Whitelock. Kieran Read, capitaine des Crusaders, n’est plus a présenté. En son absence, c’est Luke Whitelock qui assurait brillamment l’intérim, mais sans doute pas de quoi controverser le retour du meilleur joueur du monde de 2013.

Cette année encore, il va donc être compliqué de mettre un terme à l’hégémonie black. La faille dans laquelle peuvent s’engouffrer l’Australie, l’Afrique du Sud ou l’Argentine serait peut-être l’excès de confiance…

Calendrier complet de la Nouvelle-Zélande

Samedi 18 août : Australie - Nouvelle-Zélande ( 11 h 45 )

Samedi 25 août : Nouvelle-Zélande - Australie ( 09 h 35 )

Samedi 8 septembre : Nouvelle-Zélande - Argentine ( 09 : 35)

Samedi 15 septembre : Nouvelle-Zélande - Afrique du Sud ( 09 h 35 )

Dimanche 30 septembre : Argentine - Nouvelle-Zélande ( 00 : 40 )

Samedi 6 octobre : Afrique du Sud - Nouvelle-Zélande ( 17 h 05 )

Théophile Arlet

Contenus sponsorisés
0
0