Icon Sport

Four Nations - Quel ouvreur pour l'Australie ?

Quel ouvreur pour l'Australie ?
Par Rugbyrama

Le 15/09/2018 à 08:59

FOUR NATIONS - Face à l'Argentine, bien difficile est d'affirmer qui sera l'ouvreur titulaire chez les Wallabies. Entre Foley, Beale voire Toomua, Michael Cheika dispose là d'options totalement différentes. Voici les points forts et faibles de chacun.

Kurtley Beale (Waratahs) : Ce n'est un secret pour personne, Beale est l'un des joueurs les plus talentueux qui soit, un des joyeux de la fameuse génération dorée « 88 » des Wallabies. Dôté d'une bonne vitesse et surtout d'un punch exceptionnel, Michael Cheika avait trouvé là son pendant en le positionnant en 12 que ce soit avec sa franchise ou en sélection , assurant dans le rôle de 5/8ème. Mais voilà, sa polyvalence extrême l'a encore rattrapé le week end passé et le natif de Blacktown portait cette fois le numéro 10. Une surprise pour celui qui n'avait plus été titularisé à ce poste depuis fin 2014. L'évidence était claire, il fallait accélérer au mieux le jeu des Wallabies, jugé trop lent pour mettre à mal les défenses lors des deux premières journées de Four Nations. Qui de mieux que Beale pour jouer ce rôle ?

Sa vista est exceptionnelle mais sa performance n'a que peu influé le jeu des Wallabies, qui ont certes eu beaucoup le ballon mais sans pour autant scorer d'essai contruits. Le système pourrait donc encore changer face à l'Argentine.

Kurtley Beale - Australia

Kurtley Beale - AustraliaIcon Sport

Car l'option Beale a aussi quelques défauts. L'ancien joueur des Wasps, bien qu'il soit aujourd'hui plus solide et surtout assez intelligent sur sa défense sur l'homme, n'est pas non plus un mur sur sa ligne et pourrait être une cible pour ses adversaires, obligeant à détacher Michael Hooper plus encore que dans le système habituel. Autre accroc, le joueur aux 77 sélections possède certes un jeu au pied rassurant au centre, là où il peut parfois soulager son ouvreur. Mais celui-ci peut s'avérer assez juste en 10, du moins pas assez précis pour faire déplacer l'adversaire comme il le faudrait. D'ailleurs Beale ne bute pas, empêchant une association avec l'un des deux points d'ancrage Keveri ou Kuridrani... Son repositionnement engendre donc des ajustements tactiques non négligeables.

Bernard Foley (Waratahs) : L'ouvreur de 29 ans, véritablement installé en sélection depuis un superbe Mondial 2015 de sa part, est une valeur sûre à son poste. Auteur de 582 points en 63 sélections, Foley est d'ailleurs l'un des meilleurs buteurs de l'histoire australienne, que Michael Cheika a toujours reconduit avec Beale en 12, pour une association leader de sa ligne d'attaque. Un ouvreur plutôt rapide, mais aussi assez gestionnaire, jusqu'alors parfait complément des qualités plus spectaculaires de Kurtley Beale. Un profil qui lui a d'ailleurs valu un surnom, celui d'«Iceman ». Pourtant, le joueur des Waratahs est depuis quelques mois (voire saisons) moins efficace face au but, et sort d'un Super Rugby pas vraiment convaincant. Ce qui l'a conduit à être placé sur le banc lors du match face à l'Afrique du Sud, notamment à cause de ses matchs bien trop neutres et de son manque de tranchant en attaque. Si Foley est un vrai compétiteur, plutôt bon défenseur malgré un gabarit très modeste, il devra retrouver du jus en attaque et de meilleures statistiques au pied pour regagner son niveau et sa place. Pour l'instant, le duo Beale - Toomua risque d'être reconduit.

Foley (Australie)

Foley (Australie)Icon Sport

Matt Toomua (Leicester) : Son cas est un petit peu particulier car le joueur des Tigers est devenu d'avantage un centre, les dernières fois ou il fut utilisé à l'ouverture étant lorsqu'il jouait encore avec sa franchise des Brumbies. De plus, Toomua l'a prouvé en Premiership comme le week end dernier en sélection, il sait être un vrai catalyseur d'une ligne d'attaque, lorsque sa justesse technique est utilisée à bon escient. Matt Toomua, c'est aussi un jeu au pied assez long en qui Cheika a eu assez confiance la semaine dernière pour lui confier le but. Celui-ci le lui a plutôt bien rendu en effectuant un bon 4 sur 5 dans ses tentatives, lui qui n'est qu'un buteur occasionnel habituellement. Une bonne alternative, qui pourrait laisser le choix d'une ligne Toomua – Kerevi – Hodge si l'Australie désirait enfin densifier son centre du terrain. Car le joueur de 28 ans est un vrai roc en défense, sur qui beaucoup d'attaquants ont eux de mauvaises surprises en allant le défier...

Matt Toomua

Matt ToomuaIcon Sport

Néanmoins, cette option paraît peu probable, d'autant que le sélectionneur ne se passera pas du talent de Beale. De plus, Toomua connaît de manière bien moindre les systèmes que ses deux concurrents direct, lui qui ne joue plus au pays depuis un an maintenant et qui n'a jamais été un titulaire en puissance chez les Wallabies. Ajouté au fait qu'il paraissent légèrement lent comparé aux profils qu'affectionne son coach, et l'on comprendra qu'il ne devrait pas jouer 10 ce samedi. Quoique Cheika aime surprendre ses adversaires...

Par Théo Fondacci

Contenus sponsorisés
0
0