• Gaëlle Hermet - XV de France
    Gaëlle Hermet - XV de France

Hermet : "Cet essai, c’était une vraie libération"

Le

COUPE DU MONDE FÉMININE - Auteure d’un retour à la compétition remarqué, la flanker Gaëlle Hermet nous raconte son entrée en jeu prématurée sur la commotion de Romane Ménager, évoque ce match qui a possiblement lancé le Mondial des Bleues, ainsi que son essai, qu’elle a vécu comme une libération pour l’équipe.

Vous avez signé un retour remarqué à la compétition…

Il a été plus rapide que prévu, et on ne souhaite jamais entrer sur le terrain dans ces conditions (après la commotion de Romane Ménager, ndlr.), d’autant que l’on perd deux joueuses très importantes en seulement cinq minutes et en début de match donc ce fut très embêtant. Mais personnellement, je suis très contente d’avoir retrouvé le groupe.

Qu’aviez-vous envie de retrouver sur ce match ?

On voulait retrouver notre ADN, notre âme, et puis montrer un autre visage dans le combat, à la fois pour nous mais aussi pour le public. On sait que la défense est l’un de grands points forts mais maintenant si on veut passer le cap il faut qu’on ait des ballons pour attaquer pour être en mesure de mettre les Anglaises en danger.

L’équipe de France a eu beaucoup de mal à se dégager, à sortir de son camp…

Oui, c’était frustrant. Contre cette équipe, on ne peut pas se permettre de négliger les détails. On en a encore fait les frais aujourd’hui, avec des fautes de main, des ballons rendus, des touches pas trouvées, des conquêtes mal assurées… et malgré tout ça on finit à 13 à 7 avec un bonus défensif. C’est de bon augure pour la suite, mais cette défaite nous encourage fortement.

Comment accueillez-vous ce bonus défensif ?

Il est hyper important, car tous les points vont compter pour le classement. Donc il est très très bien accueilli !

Racontez-nous votre essai…

Je n’aime pas m’attarder sur ces sujets, je préfère largement quand les autres marquent à ma place ! Mais c’est un essai construit, cela vient d’un très bon jeu au pied de Caro Drouin, avec Jo Grisez qui joue le coup à fond. Moi, je n’ai plus qu’à finir. Par contre, cet essai était une vraie libération. Ca veut dire qu’on est capable de marquer des points quand on arrive dans leur zone de marque.

Et votre petit accrochage avec Botterman ?

A la base, cela ne part de moi, mais de Clara Joyeux ! Bon après, on s’était dit entre nous que si il se passait un truc, on devait y aller toutes ensemble ! Donc on y est allées toutes ensemble ! J’étais derrière Clara, j’y suis allée, j’allais pas lâcher ma coéquipière...