Icon Sport

Agathe Sochat, talonneuse et maman heureuse

Agathe Sochat, talonneuse et maman heureuse
Par Midi Olympique

Le 17/05/2022 à 16:23Mis à jour

XV DE FRANCE FÉMININ - De sa vie de jeune maman à sa vie de sportive de haut niveau, Agathe Sochat s'est livrée en exclusivité pour le Midi Olympique. La talonneuse de 26 ans revient sur ses objectifs avec les Bleues en vue de la Coupe du Monde mais aussi sur sa vie de femme qui a basculé aux côtés de son épouse, Adèle, le 30 mars dernier avec l'arrivée d'une petite fille nommé Nina.

  • Agathe Sochat est devenue maman pour la première fois le 30 mars dernier en plein Tournoi des 6 Nations !

"Cette nuit-là, celle du 29 au 30, j’avais du mal à dormir. C’était bizarre. Je toussais, je n’étais pas bien. Je dormais mal et j’ai eu Adèle par message vers 3 heures du matin. Elle ne dormait pas non plus. Puis elle m’a appelée deux heures plus tard pour m’annoncer qu’elle avait des contractions. Et là… Branle-bas de combat ! À 5 h 20, je suis debout dans la chambre à faire ma valise. J’ai réveillé ma coloc’ Céline Ferer, mais elle a été top. Elle a appelé le taxi et consulté les vols pour que je prenne le plus rapide… J’ai pris l’avion à 8 h 20 et des gens de ma famille sont venus me chercher à l’aéroport de Toulouse. J’ai envoyé un texto vers 5 h 30-6 heures. Je me suis dit que je verrais bien quand ils me répondraient, mais certains l’ont fait tout de suite. On avait déjà abordé le sujet. Il était convenu que je joue l’Irlande le 2 avril et que je rejoigne ensuite mon épouse car son terme était prévu pour le 8. C’est arrivé finalement un peu plus tôt que prévu…", raconte-t-elle.

" Un jour, j’ai un entraîneur qui m’a dit que je ne pouvais pas jouer en équipe première parce que j’étais une fille. À 8 ans. Ça m’a rendu folle, je lui ai mis une claque ! "
  • Dès son plus jeune âge, la talonneuse et vice-capitaine du XV de France féminin s'est imposée dans ce sport grâce notamment à un sacré caractère :

"Toujours. Mes coéquipiers ne me faisaient pas de cadeau. Ils me plaquaient, ils ne ralentissaient pas leurs courses. Quand certains adversaires le faisaient, cela me mettait hors de moi… Je ne supportais pas ça. Je n’avais que 7 ou 8 ans mais ça me rendait dingue. Du coup quand je les voyais ralentir je montais encore plus vite sur eux, et je leur collais un timbre. Au moins, ils ne le refaisaient pas après. Ça me vexait. Un jour, j’ai un entraîneur qui m’a dit que je ne pouvais pas jouer en équipe première parce que j’étais une fille. À 8 ans. Ça m’a rendu folle, je lui ai mis une claque ! Pour moi ce n’était pas une raison. Si j’avais été nulle ou moins bonne, pas de problème. Mais là… J’étais une crevette. Je n’étais pas grande, pas épaisse, mais j’en voulais. J’adorais plaquer. C’était dans mes gènes. J’ai d’ailleurs arrêté le hand parce que je faisais trop de fautes au contact…"

XV de France féminin - Agathe Sochat

XV de France féminin - Agathe SochatIcon Sport

  • La Girondine revient également sur le Tournoi des 6 Nations et se projette en vue de la Coupe du monde

"Le bilan comptable est plutôt bon. On gagne quatre matchs sur cinq, on fait 24-12 contre les Anglaises qui n’est pas non plus la branlée de l’année… Après, sur le plan rugbystique on est encore loin d’être au top de nos performances. On peut proposer un meilleur jeu, être stratégiquement meilleures. On ne peut pas dire qu’on n’a pas de retard quand on voit que l’Angleterre remporte les quatre derniers Tournois. L’écart est encore plus visible parce que l’on joue souvent l’Angleterre. Et c’est très bien, parce que les deux équipes en ont besoin. Je suis sûre qu’on n’est pas loin. Sûre qu’on peut les battre. On est capables de faire des choses que nous seules pouvons réaliser. Comme l’essai en contre de Chloé Jacquet au pays de Galles, après un mauvais jeu au pied de la neuf adverse."

L'interview exclusif d'Agathe Sochat est à retrouver sur midi-olympique.fr

Contenus sponsorisés