Icon Sport

Top 8 - Montpellier/Toulouse : sœurs ennemies

Sœurs ennemies
Par Rugbyrama

Le 13/05/2018 à 12:00Mis à jour Le 13/05/2018 à 14:51

Dans une finale inédite entre les deux métropoles de la région Occitanie, les joueuses du Stade Toulousain vont affronter l’ogre montpelliérain en finale du Top 8, ce dimanche. Une rencontre particulière pour deux joueuses des deux clubs… Match à voir en direct sur Eurosport 2 à 14h.

La troisième fut la bonne. Après deux essais infructueux en demi-finale de Top 8 féminin, les joueuses de Pierre Marty sont parvenues à passer l’obstacle lillois au terme d’un match retour épique (24-19). Les Toulousaines retrouveront pour ce match des adversaires habituées des finales puisque c’est la septième d’affilée que les Montpelliéraines disputeront. Difficiles vainqueurs de Blagnac à l’Altrad Stadium (21-19), les coéquipières de Safi N’Diaye s’avancent sur la pelouse du stade Albert-Domec de Carcassonne en grandes favorites. Une finale particulière pour la famille Peyronnet puisque Morgane, demi d’ouverture héraultaise, se verra opposée à Marion, troisième ligne pour l’équipe de Haute-Garonne.

Duel de jumelles

"Cela va être une rencontre particulière ça c’est certain, confie Marion Peyronnet, mais je suis très contente de jouer la finale face à ma sœur". Partie pour Montpellier à l'aube de la saison 2016-2017, Morgane va retrouver sa jumelle pour la première fois en finale du championnat. Elles se sont affrontées à deux reprises en phase régulière : "Le fait de les avoir battues lors des deux matchs en championnats ne veut plus rien dire. Maintenant pour cette finale c’est du 50/50" explique l’ouvreuse du MRC. Pourtant les Héraultaises restent sur un titre de champion de France décroché l’an passé face aux Lilloises et disposent de nombreuses internationales. "C’est vrai qu’on a cette expérience des matchs à enjeux, mais je m’attends à un match piège face au Stade Toulousain car c’est une équipe qui arrive à maturité", affirme la Montpelliéraine. Heureuse d’être à ce stade de la compétition, la flanker du Stade Toulousain admet que les Haut-Garonnaises aborderont la finale "comme un match de championnat lambda, car on a tout à gagner et rien à perdre". Mais non sans ambition.

" Si Morgane perd, elle devra me payer le champagne"

Si les joueuses du Stade Toulousain sont clairement outsiders, les coéquipières de Gaëlle Hermet peuvent compter sur la fougue de la jeunesse. Et prendre exemple sur les joueuses de Blagnac qui ont posé de nombreux problèmes aux joueuses de Pascal Mancuso. Marion Peyronnet confirme : "On a vu que Blagnac avait bien su les contrer alors pourquoi pas nous. L’équipe de Montpellier possède de plus gros gabarits et plus d’individualités, mais Blagnac nous a montré qu’elles ne sont pas imbattables". Lors du match retour à l’Altrad Stadium, les Montpelliéraines menaient tranquillement 21 à 7 avant de connaître un énorme de trou d’air et de se faire très peur en fin de match. "C’est vrai que Blagnac nous a donné du fil à retordre, reconnaît Morgane Peyronnet et que de notre côté on s’est peut-être relâché inconsciemment en fin de match". Une performance que son équipe ne devra pas reproduire en finale au risque de subir le chambrage de sa sœur. "Si Morgane perd, il faudra qu’elle me paye une bouteille de champagne" rigole sa jumelle. L’occasion de sabrer le champagne en famille.

Par Théo Combes.

Contenus sponsorisés
0
0