• Faits divers - Jean-Marc Lhermet
    Faits divers - Jean-Marc Lhermet

Lhermet : "Que le comité directeur démissionne pour la tenue d’élections anticipées"

Le | Mis à jour

FAITS DIVERS - Bras droit de Florian Grill dans l’opposition et membre du comité directeur, Jean-Marc Lhermet réagit au verdict prononcé ce mardi 13 décembre 2022 à l’encontre du président de la Fédération Bernard Laporte. Il en profite pour appeler à la tenue d'élections anticipées : "c’est aux clubs de choisir quelle suite à donner à ces événements graves".

Que vous inspire le verdict prononcé ce jour à l’encontre de Bernard Laporte et de Mohed Altrad ?

La sanction est lourde, il me semble que c’est évident. Les faits mis en évidence sont d’une gravité exceptionnelle et c’est ce que la justice a reconnu avec ce verdict très lourd et très grave. Maintenant, il y a un appel qui a été fait. Il faudra donc attendre de voir si cette condamnation en première instance sera confirmée.

L’exécution provisoire n’a pas été retenue et Bernard Laporte ayant fait appel, il reste donc président de la FFR. Est-ce une déception vous concernant ?

Une déception, non. La justice a tranché et rendu son verdict, on prend acte, on le respecte et on fait avec. Nous n’avons pas à dire que nous sommes satisfaits ou heureux. Avoir confiance en notre justice, c’est la moindre des choses. En revanche, il y a des choses qui me dérangent du côté du comité directeur de la FFR

C’est-à-dire ?

La façon dont il s’est positionné malgré la gravité des faits. Dans cette affaire, on peut considérer que le Comité directeur est complice de ce qu’il s’est passé. Il est complice au travers de la lettre de soutien qu’il a pu écrire et publier au soutien des prévenus, alors même que la FFR s’était portée partie civile. Toujours partie civile, la FFR a eu une défense fantomatique tout au long du procès et elle a avancé les frais d’avocats aux dirigeants Serge Simon et Bernard Laporte. Ce sont beaucoup trop d’éléments qui jettent le trouble. Dès lors, nous demandons que ce soit les clubs qui décident de la suite à donner à ces sanctions. Pour cela, il faut que le comité directeur démissionne.

En clair, vous appelez à la tenue d’élections anticipées ?

Exactement. Que le comité directeur démissionne pour la tenue d’élections anticipées. La vraie démocratie, c’est cela. Ce qui s’est passé est grave, il y a une Coupe du monde à préparer dans les meilleures dispositions possibles et de nombreux chantiers cruciaux à conduire. Notre monde du rugby a besoin de se rassembler et pour ce faire, il faut que les clubs décident eux-mêmes de la façon dont ils veulent organiser la suite.