• Top 14 - Pascal Cotet (Bayonne)
    Top 14 - Pascal Cotet (Bayonne)

Le pilier bayonnais Cotet entendu par la police pour violences

Par Rugbyrama
Le | Mis à jour

FAITS DIVERS - Le pilier de l'Aviron bayonnais aurait été entendu par la police après une affaire d'aggression dans un établissement de Biarritz dans la nuit du 3 au 4 décembre dernier. Une jeune femme a porté plainte contre le joueur pour violences.

Un gifle, des insultes racistes et même un comportement plus que déplacé. Voilà ce qu'aurait eu et fait le pilier de l'Aviron bayonnais dans deux établissements de nuit de Bayonne puis Biarritz, comme le rapporte Sud-Ouest. Alcoolisé, il aurait uriné au milieu de la piste au cours de la soirée. Aussi, il aurait insulté une jeune fille de "sale arabe" puis plus tard de "sale juive" et "sale pu**". Ce à quoi la jeune femme aurait répondu un "ta gue**" au colosse de l'Aviron. Ni une ni deux, c'est par un coup qu'il aurait répondu. "Je ne sais pas s'il s'agissait d'une tarte ou d'un coup de poing mais c'était suffisant pour la coucher" raconte une amie de la victime au journal. Elle tombe à la renverse et un amie du joueur tombe avec en essayant de la rattraper. Pascal Cotet la saisirait alors donc par les cheveux. "Je me suis vite mise en boule et ses amis l'ont arrêté" explique la concernée.

Des amis qui ont permis probablement que la situation ne s'envenime encore plus. Sud-Ouest relate que les amis de Cotet demandent aux jeunes femmes de monter dans leur voiture et leur demandent de partir. ""On s’est tous mis sur la gueule", envoie l’un d’entre eux par message, quelques minutes plus tard." Les jeunes femmes auraient alors reçu des SMS d'excuses le lendemain de la part des amis de Pascal Cotet, en expliquant que cela n'était pas dans leurs habitudes. La victime serait touché moralement. "Je suis commerciale. Faire du porte-à-porte, seule, ce n'était plus possible. En en soirée, je suis fermée comme une huitre. J'ai peur qu'il m'arrive quelque chose" a-t-elle déclaré.

Joint par nos soins, la direction du club n'a pas souhaité s'exprimer.