• Top 14 - Mohed Altrad (Montpellier) sur le banc lors des demi-finales
    Top 14 - Mohed Altrad (Montpellier) sur le banc lors des demi-finales
  • Mohed Altrad (Président de Montpellier)
    Mohed Altrad (Président de Montpellier)

Altrad va-t-il faire appel de sa condamnation ?

Le

AFFAIRE "LAPORTE-ALTRAD" - Reconnu coupable de faits de corruption active, trafic d'influence et abus de biens sociaux, Mohed Altrad a été condamné à 18 mois de prison avec sursis et 50 000 euros d'amende. Mais aussi deux ans d'interdiction de gérer une société commerciale avec sursis. Pour autant, son avocat Me Antoine Vey a déclaré s’interroger sur la pertinence d’un éventuel appel.

Si le président de la Fédération Française de Rugby Bernard Laporte, par l’intermédiaire de son avocat Me Jean-Pierre Versini-Campinchi, a d’ores et déjà fait savoir qu’il allait faire appel de sa condamnation, aucune décision n’a été prise par Mohed Altrad. Le président du MHR a été déclaré coupable de faits de corruption active, trafic d'influence et abus de biens sociaux. Pour cela, il a été condamné à 18 mois de prison avec sursis et 50 000 euros d'amende. Mais aussi deux ans d'interdiction de gérer une société commerciale avec sursis. Enfin, il a été également condamné à payer 5 000 euros d'amende à Anticor, partie civile, ainsi que 1 euro à la Ligue nationale de rugby, également partie civile.

"On ne trouve pas cette décision satisfaisante, a souligné son avocat, Me Antoine Vey, mon client a toujours dit qu'il n'avait jamais eu l'intention d'obtenir une quelconque faveur. La peine prononcée est à des années lumières de ce qui avait été initialement requis. Nous allons nous donner quelques jours pour analyser les motifs et voir si un appel est opportun ou non. Mais il est vrai, et ça c’est important, dans les peines, elles sont à des années lumières de ce qui avait été requis. Il n’y a pas d’interdiction à gérer (une entreprise) effective, pas d’interdiction à gérer une activité en lien avec le rugby."

Mohed Altrad (Président de Montpellier)
Mohed Altrad (Président de Montpellier)

Effectivement, lors du délibéré, Mohed Altrad n'a écopé d'aucune peine concernant ses fonctions dans le monde du rugby. Il peut donc rester à la tête de son club, sacré champion de France pour la première fois de son histoire en juin dernier. Il continuera donc "d'investir son temps et son énergie dans ses missions de direction pour son club, ses salariés et ses partenaires" selon un communiqué du MHR.

"Ce n'est pas forcément un soulagement, a commenté Me Antoine Vey. Ces peines requises ne correspondaient à rien, qui n’étaient qu’un effet d’affichage. Nous sommes droits dans nos bottes par rapport à ça. Mais, encore une fois, le principe de la condamnation ne nous convient pas. Ce n’est pas un dossier dans lequel il apparaissait une intention corruptrice de la part de Mohed Altrad. Il prend acte de la décision, il prend acte du fait que ces réquisitions étaient nettement au-dessus et que la condamnation est moindre, ce qui montre qu’il n’y avait pas d’éléments aussi forts que ceux véhiculés dans la presse pendant le procès." Me Antoine Vey devrait faire connaître la position de Mohed Altrad dans les prochains jours.