Icon Sport

Saracens-Clermont (présenation) - Clermont retrouve son bourreau

Clermont retrouve son bourreau

Le 18/10/2014 à 15:52

Un immense défi attend l'ASM Clermont Auvergne, qui se déplace chez les Saracens de Londres en ouverture de la Coupe d'Europe. Balayés par les mêmes adversaires l'an dernier en demi-finale de l'épreuve, les Clermontois seront-ils cette fois capables de rivaliser ?

Vingt clubs en lice, et il a fallu que le tirage au sort propose, dès la première journée de cette nouvelle Champions Cup, une affiche Saracens-Clermont, remake d'une demi-finale de H Cup la saison dernière. "La poule est particulièrement corsée, et commencer chez les Saracens c'est le plus beau des défis d'entrée. Ce n'est peut-être pas plus mal pour se lancer dans cette nouvelle compétition", estime le talonneur Benjamin Kayser. Ce premier match est un immense challenge, et les Auvergnats y voient l'occasion d'oublier le naufrage de Twickenham en avril dernier. Corrigés 46-6, ils avaient sévèrement accusé le coup de cette désillusion en cédant ensuite face à Castres en barrage du Top 14.

En retrouvant d'entrée leur dernier adversaire européen, l'occasion leur est offerte d'effacer l'ardoise. "C'est un mauvais souvenir, et je pense que ça va nous trotter un petit moment dans la tête. C'est gravé, et le résultat final a marqué les esprits. Ils avaient sorti un gros match. Il n'y avait plus grand chose à faire quand on a commencé à prendre la marée. Ce qu'on essayait de faire ne passait pas, ça devenait trop compliqué..." Le pilier Thomas Domingo reste meurtri par ce match où rien n'allait dans le sens de son équipe. Son coéquipier Raphaël Chaume avait vécu la correction devant sa télé, impuissant, et promet des Clermontois "revanchards". L'envie d'en découdre transpire des mots comptés du pilier, et le coach Franck Azéma confirme l'impatience et l'excitation grandissantes de ses joueurs. "On sent depuis quinze jours qu'on se rapproche du premier match de Coupe d'Europe. C'est dans les têtes des joueurs, qui veulent bien rentrer dans cette compétition au format très court, un cran au-dessus du championnat".

Nalaga et Davies à la maison

A force de les croiser en Coupe d'Europe depuis quelques saisons, en poule en 2010-2011, en quart de finale en 2012 puis en demie l'an dernier, les Clermontois savent pertinemment ce que devraient proposer les Saracens samedi. "Ils ont gardé de la stabilité dans leur effectif et au niveau de leur système de jeu, et on sait à quoi s'attendre, confirme Thomas Domingo. Ce n'est pas une équipe qui va essayer d'inventer des choses". Une défense de fer, hyper agressive, et de l'engagement physique à outrance. C'est sur ces secteurs que Clermont avait été balayé la saison dernière, et le menu ne devrait pas changer ce weekend, comme l'anticipe Franck Azéma. "À nous de répondre. On avait raté notre entame et subi du début à la fin. En vingt minutes le match était terminé, donc on ne va pas tirer des enseignements de ce match..." Les Clermontois ne se sont d'ailleurs pas appesantis sur cette large défaite lors des séances vidéo de la semaine. "On a regardé deux trois choses de ce match, mais on s'appuie plus sur notre jeu actuel, qui n'est pas le même, et sur les qualités des joueurs que l'on a aujourd'hui", explique Thomas Domingo.

Mis en confiance par leur bon début de saison, par la mise en place d'un système de jeu modifié et l'intégration plutôt bonne des recrues, les Jaune et Bleu veulent maintenant confronter leurs évolutions au top niveau européen. "On sait que ce sera dur, confie le demi de mêlée Thierry Lacrampe. C'est une grosse équipe, ambitieuse, et ce sera un gros test pour nous. L'intensité n'est pas la même. Ça va plus vite, c'est plus engagé. On n'a pas le droit d'être en-dedans pendant les vingt premières minutes, sinon ça peut faire cher..." Hormis Morgan Parra, le staff disposait de l'intégralité de l'effectif pour préparer ce premier rendez-vous continental. Franck Azéma a tranché en laissant à la maison Nalaga ou Davies pour ce choc. "On voit depuis le début de la saison ce qu'on a dans le ventre. Ce n'est pas grâce à un coup de baguette magique que l'on est premiers du championnat aujourd'hui. Maintenant on va voir à un niveau supérieur où l'on se situe". Et pour l'expérimenté Benjamin Kayser, on ne devrait pas être loin du niveau international. Presque un "crunch", selon le talonneur... "C'est pour ce genre de match qu'on avait envie que la Coupe d'Europe perdure. Pour des mecs qui n'auront jamais la chance de jouer un France-Angleterre, c'est quasiment ça qu'on va jouer ce week-end".

Haie d'honneur - saracens clermont - 26 avril 2014

Haie d'honneur - saracens clermont - 26 avril 2014Icon Sport

Contenus sponsorisés
0
0