AFP

Finale Champions Cup - ASM-RCT (18-24) - Avec son triplé, Toulon entre bel et bien dans la légende

Toulon entre dans la légende

Le 02/05/2015 à 19:56Mis à jour Le 02/05/2015 à 23:18

CHAMPIONS CUP - Triplé historique pour Toulon qui a de nouveau remporté la Champions Cup, battant en finale une équipe de Clermont vraiment maudite (24-18). Le RCT entre dans la légende après un match d'une très grande qualité et au suspense exceptionnel.

Toulon, Toulon, et encore Toulon ! Grâce à une prestation très solide et une victoire sur Clermont (24-18), les Varois ont remporté ce samedi un troisième titre européen consécutif. Historique, mais surtout mérité pour les hommes de Mourad Boudjellal, qui a passé le match dans les vestiaires avant de sortir et de ne pouvoir contenir ses larmes juste après le coup de sifflet final. Il faut dire qu'il ne fallait pas être cardiaque et supporter du RCT. Car les Clermontois ont eu deux grosses opportunités dans les ultimes minutes. Une pénaltouche non trouvée par Ludovic Radosavljevic (78e) ainsi qu'un ballon rendu au pied dans les arrêts de jeu par Camille Lopez. C'était trop peu pour espérer renverser la machine toulonnaise...

Pourtant, comme en quarts de finale face à Northampton, les Jaunards ont pris la mesure du jeu dès le coup d'envoi, mettant du rythme et beaucoup d'intensité. L'erreur de Sébastien Tillous-Borde, contré par Morgan Parra derrière un ruck, permettait d'ailleurs à Wesley Fofana d'inscrire le premier essai du match et de réaliser un premier break logique (11-3, 26e). On pensait les Toulonnais sans solution. On les sentait surtout privés de ballons. Mais les hommes de Bernard Laporte faisaient simplement le dos rond, le temps que l'orage auvergnat se calme. Avant de faire parler leur mêlée, leur puissance à l'impact, mettant à la faute leurs adversaires pour remonter doucement au score.

Le festival de Mitchell clôt les débats

Jusqu'à cette gourmandise de Nick Abendanon qui tentait une relance depuis ses quarante mètres alors que le temps réglementaire était terminé. La suite ? Récupération et charge de Chris Masoe, ballon écarté coté gauche jusqu'à Mathieu Bastareaud, que Noa Nakaitaci ne parvenait pas à stopper (11-16, 40e+3). Et, quand Toulon met la main sur un match aussi important, il est très difficile de renverser la vapeur. Le passé récent l'a prouvé. Et Clermont en a encore fait les frais. Portés par leur puissance et leur solidité, avec en fers de lancer Masoe, Bastareaud et Steffon Armitage, les Varois ont maitrisé leur sujet en défense, faisant preuve d'une sérénité désarmante. Malgré un éclair de génie d'Abendanon suite à un dégagement manqué de Bryan Habana (18-19, 65e), les Toulonnais n'ont jamais flanché. Presque pas tremblé, grâce à un festival de Drew Mitchell qui éliminait six défenseurs pour quasiment tuer le match (18-24, 71e). Quasiment, car les Auvergnats auraient pu s'imposer dans les dernières minutes.

Mais l'entraineur de l'ASM Franck Azéma n'a pas hésité à le concéder après le coup de sifflet final: la victoire des Toulonnais est "logique". Désormais, la difficulté du staff clermontois sera de remobiliser ses troupes pour aller conquérir le bouclier de Brennus. Problème: ce sera aussi l'ambition du vieillissant mais carnivore RCT. Jamais rassasié...

Contenus sponsorisés
0
0