Icon Sport

Champions Cup - Deux clubs français en finale, c’est un exploit mais c'est surtout logique

Deux clubs français en finale, c’est un exploit mais c'est surtout logique
Par Rugbyrama

Le 19/04/2015 à 21:08Mis à jour Le 19/04/2015 à 21:58

Si la performance est remarquable, retrouver deux clubs français en finale de la Champions, ça suit surtout une logique sportive sur ces dernières années. Attention, mauvaise foi et chauvinisme assumés.

Bien sûr, pas mal de sports aimeraient se targuer d’avoir deux représentants français en finale d’une compétition européenne, surtout quand il s’agit de la "grande" Coupe d’Europe. Ne boudons pas notre plaisir, voir Toulon et Clermont sur le sommet de l’Europe une nouvelle fois, c’est une immense satisfaction. Et ne pensez pas que nous allons faire les difficiles le 2 mai prochain à Twickenham. Pourtant, ce duel ne semble pas si surprenant que ça. Et voir deux clubs français en finale de la Coupe d’Europe, c’est une bonne habitude qui s’explique par plusieurs raisons. Les voici.

  • Une finale attendue et rêvée

Même si ce ne fut pas forcément le cas au cours des demi-finales ce week-end, l'ASMCA et le RCT sont clairement, sur la scène européenne, les deux formations qui proposent le rugby le plus complet. Intensité, capacité à répéter les temps de jeu et prises d'initiatives, Clermontois et Toulonnais maîtrisent tous les aspects du rugby moderne. Bien aidés par des effectifs pléthoriques à chaque poste, les deux figures de proue du rugby tricolore possèdent sur le papier mais surtout sur le terrain les joueurs qui vous permettent d'atteindre régulièrement les dernières marches d'une grande compétition.

Face à n'importe lequel de leurs adversaires, Auvergnats et Varois ont su rester sereins et s'adapter pour s'offrir un remake de la finale de 2013. Et depuis cette dernière, nombreux sont ceux qui rêvaient d'une revanche entre les deux rivaux. C'est désormais officiel, et franchement, depuis les premiers matchs de poule, on pouvait s'y attendre au vu du niveau de jeu affiché par les deux équipes sur l'ensemble de la compétition. Et ce depuis plusieurs saisons maintenant...

Jamie Cudmore lors de la victoire de Clermont sur le Munster

Jamie Cudmore lors de la victoire de Clermont sur le MunsterIcon Sport

  • En gérant bien les poules, ils se sont facilités la tâche

Si l'on pressentait la forte possibilité d'une affiche entre Toulon et Clermont en finale de Champions Cup depuis quelques semaines, c'est aussi parce que le tirage au sort après la phase de poules le permettait. Même si c'est bien le Racing qui avait terminé en tête des bilans et donc meilleur premier, ASM et RCT suivaient aux deuxième et troisième places. Et au grand dam du club francilien, c'est bien les Jaunards et les Rouge et Noir qui ont bénéficié d'un tirage favorable. En plus de recevoir leur quart de finale, le même avantage leur a été désormais réservé pour les demies. Quand on connait les statistiques de victoires en phase finale, recevoir c'était tout sauf anecdotique. Deux succès à domicile plus tard, Toulonnais et Clermontois peuvent donc se retrouver pour en découdre à nouveau.

  • Le Top 14 est présenté comme le meilleur championnat du monde

Les dirigeants du rugby français ont coutume de dire que notre Top 14 est actuellement le meilleur du monde au vu des différentes stars qui viennent garnir les effectifs des clubs de l’Hexagone. Wilkinson jusqu’à l’an passé, Giteau, Halfpenny, Sexton, McAlister, Habana, Dusautoir, Nalaga, Botha, Williams, Hayman actuellement. Et encore mieux pour la saison prochaine avec l’arrivée de Carter, Slade, Ashley-Cooper, Nonu, Manoa, Conrad Smith, Genia voire Quade Cooper pour ne citer qu’eux. Bref, de quoi rendre jaloux pas mal de formations de Premiership ou de Ligue celte.

Adam Ashley-Cooper et Dan Carter, deux stars qui vont rejoindre le Top 14 en 2015

Adam Ashley-Cooper et Dan Carter, deux stars qui vont rejoindre le Top 14 en 2015Rugbyrama

  • Toulon est double tenant du titre

Depuis deux saisons maintenant, le RCT et son armada sont attendus aux quatre coins de l’Europe. Véritable machine à gagner, les Varois avaient déjà égalé la performance du Leinster, seul club à avoir gagné le trophée deux ans d’affilée avec Leicester. Désormais, les hommes de Bernard Laporte sont à la recherche d’un triplé inédit au mois de mai contre les Toulonnais. Renforcé chaque saison par de nouveaux éléments, les coéquipiers de Carl Hayman ont été présentés d’emblée comme les grandissimes favoris de la compétition. Jusqu’à présent, ils ont tenu leur rang en accédant à la finale.

La joie des Toulonnais en 2014 lors de leur deuxième titre européen

La joie des Toulonnais en 2014 lors de leur deuxième titre européenIcon Sport

  • La France brille souvent en Champions Cup

Les chiffres sont là pour le prouver : de tradition, la Coupe d’Europe sourit généralement aux Français. En dix-neuf éditions, ce sont des clubs de l’Hexagone qui se sont imposés à sept reprises (et donc bientôt huit), soit le meilleur bilan par nation. L’Angleterre et l’Irlande compte six couronnes à titre d’exemple. Mieux, si on compte cette année, dix-neuf équipes français ont été jusqu’en finale (11 défaites), onze pour les Anglais, neuf pour les Irlandais. Le club le plus titré sur la scène européenn eest d’ailleurs Toulouse et ses quatre étoiles.

Contenus sponsorisés