Midi Olympique

"Encore convalescents"

Nallet : "Encore convalescents"
Par Rugbyrama

Le 18/01/2008 à 17:30Mis à jour

En battant Leeds (13-3), Castres s'est qualifié pour les quarts de finale. Le futur capitaine des Bleus, Lionel Nallet, était satisfait jeudi soir. Il évoque cette qualification, mais aussi le match contre Clermont dans dix jours, ainsi que l'équipe de Fr

Lionel, ce match contre Leeds était-il l'occasion de vous qualifier pour un quart de finale de Coupe d'Europe... ou de préparer au mieux la venue de Clermont ?

Lionel NALLET : C'est vrai que, dans les vestiaires, nous avons commencé à parler de Clermont. Mais ce que j'ai dit aux joueurs, avant ce match, c'est qu'il fallait d'abord penser à qualifier le club en quarts de finale. Clermont, c'est dans dix jours ! On aura le temps d'y penser. Il ne faut pas que l'on commence à s'enflammer. Il faut se rappeler d'où l'on vient, où l'on se situait voilà un mois et demi. On est encore convalescents.

Vous avez joué jeudi, ce qui vous octroie dix jours pour préparer le venue de l'ASMCA, laquelle sortira d'un match difficile à Llanelli. Les circonstances vous semblent-elles idéales ?

L.N. : Moi, je ne pense pas à des choses comme ça. Je ne sais pas s'il y a un meilleur moment pour affronter telle ou telle équipe. Cela dit, c'est une bonne nouvelle pour moi de rencontrer Clermont la semaine prochaine... Parce que je serai là ! (le Tournoi des Six Nations commence le week-end du 2 février, NDLR).

C'est vrai que Clermont sera votre dernier match avant un enchaînement délicat de deux rencontres pour le CO, à Brive et contre Bayonne. L'idée, pour vous, c'est de partir en équipe de France l'esprit libéré ?

L.N. : Oui... (Pince-sans-rire) Encore que je m'avance. La liste officielle n'est pas encore sortie, que je sache ? Donc rien ne dit que j'en ferai partie...

Un capitaine du XV de France non sélectionné, cela semble plutôt incongru...

L.N. : Et pourquoi ne serais-je pas capitaine des tribunes ? (rires) Je plaisante... Sinon, pour revenir à la question de tout à l'heure, en ce qui concerne les temps de récupération, l'état du terrain... Ce ne sont pas des phénomènes que l'on calcule. Sincèrement.

Quand même, jouer sur terrain gras pourrait freiner les ambitions de jeu clermontoises...

L.N. : On arrive assi bien à pratiquer du jeu sur terrain sec. Et puis, en ce qui concerne Clermont, ils savent aussi bien s'adapter sur des terrains gras. Ils ont les joueurs et le pack pour ça.

Ce match est-il l'un des tournants de votre saison ?

L.N. : Bien sûr. Ce match contre Clermont est extrêment important. Si nous l'emportons, il nous permettra de nous éloigner de la zone de relégation. Il est important de nous resituer très vite à un meilleur rang, pour ne pas vivre toute la saison avec la peur de la relégation.

On vous a vu bander soigneusement votre orteil du pied gauche. Rassurez-nous : pas de fracture ?

L.N. : Je me suis fait marcher dessus... Mais je ne pense pas qu'il soit cassé, sinon je ne pourrais pas poser le pied par terre ! Je n'avais que cette vieille paire de chaussures pour ce soir, heureusement, sinon je n'aurais pas pu l'enfiler... (il rit, en nous montrant son large soulier) Mais ça ira pour la semaine prochaine et pour le Tournoi, ne vous en faites pas.

Contenus sponsorisés