Midi Olympique

Dusautoir, numéro 6 de votre XV de légende

Dusautoir, numéro 6 de votre XV de légende
Par Rugbyrama

Le 26/03/2020 à 14:24Mis à jour Le 26/03/2020 à 15:08

XV HISTORIQUE - Après avoir élu poste par poste les joueurs dans le XV historique, la rédaction vous propose un portrait de chaque gagnant. Aujourd’hui : le troisième ligne aile Thierry Dusautoir.

Malgré une concurrence comme toujours très rude dans ce genre de sondage, Thierry Dusautoir est pour l’instant le joueur le plus largement élu depuis le lancement de ce XV historique. Et c’est compréhensible, tant le troisième ligne originaire de Côte d’Ivoire a marqué l’histoire du rugby français et international.

Un judoka en Bleu

Pourtant, lorsqu’il s’est laissé convaincre par ses camarades de Périgueux de commencer le rugby à l’âge de 15 ans, Thierry Dusautoir devait être loin de s’imaginer un destin aussi brillant dans le monde de l’ovalie. Arrivé en France cinq ans auparavant, il exprime à ce moment-là toute sa combativité dans le judo, où il est ceinture marron. Et on ne peut s’empêcher de penser que la capacité à faire tomber son adversaire et le combat au sol vont y être pour beaucoup dans les capacités défensives hors-normes du jeune Thierry. Après une saison de découverte à Trélissac, il rejoint très vite les juniors de Périgueux, avant de partir en 2001, à 19 ans, pour le CA Bègles avec qui il découvre le Top 16. Deux saisons et 33 matchs de championnat plus tard, la relégation administrative du club girondin l’oblige à rejoindre Colomiers, où il connait une nouvelle descente sur tapis vert après une saison marquée par les blessures.

À l’été 2004 Dusautoir prend alors la décision de rejoindre Biarritz, champion de France en 2002. Il devient un élément important de l’effectif biarrot et remporte coup sur coup ses deux premiers boucliers de Brennus. Il connaît également sa première finale de Coupe d’Europe, perdue face au Munster en 2006, et connaît enfin sa première sélection le 17 juin de la même année lors d’une large victoire face à la Roumanie.

Thierry Dusautoir (Biarritz)

Thierry Dusautoir (Biarritz)Imago

The Dark Destroyer

Dans la foulée, Thierry Dusautoir décide de quitter le Pays Basque pour rejoindre le Stade Toulousain. Il s’intègre immédiatement au collectif de Guy Novès et joue 24 matchs de Top 14 pour deux essais lors de sa première saison. Il est appelé pour la Coupe du monde 2007 in-extremis par Bernard Laporte en raison du forfait d’Elvis Vermeulen. Non retenu pour la défaite inaugurale face à l’Argentine, il est titulaire lors des victoires face à la Namibie puis l’Irlande. À nouveau titulaire lors du quart de finale, il réalise un total ahurissant de 38 placages et marque le premier essai des Bleus pour la victoire surprise face aux All Blacks. C’est après ce match que la presse anglo-saxonne lui octroie le surnom de Dark Destroyer.

La saison suivante marque le retour du succès en club pour Dusautoir. Il remporte avec le Stade Toulousain un troisième Brennus personnel, le premier du club haut-garonnais depuis 2001, mais échoue à nouveau en finale de Coupe d’Europe face au Munster. Ce n’est qu’en 2010 qu’il connaîtra le Graal continental, en triomphant de son ancien club Biarritz au Stade de France.

Thierry Dusautoir (France) face aux All Blacks en 2007

Thierry Dusautoir (France) face aux All Blacks en 2007Eurosport

En parallèle, il est nommé capitaine du XV de France pour la tournée en Nouvelle-Zélande et en Australie à l’été 2009. Cette tournée voit les Français créer l’exploit et remporter un match en terre All Black, une première depuis 1994. Le « sécateur » ne lâchera plus le capitanat jusqu’à sa retraite internationale.

Entre gloire et désillusions

Après un Grand Chelem obtenu dans le Tournoi des Six Nations 2010, Dusautoir retrouve le Brennus en 2011, avant de prendre l’avion pour la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande. Après une phase de poule inquiétante, les Bleus font le forcing et se retrouvent en finale face aux All Blacks. Le Dark Destroyer marque un essai, les tricolores sont dominateurs mais s’inclinent d’un tout petit point (8-7). Jamais la France n’aura été aussi proche de remporter un titre mondial. La déception est grande, mais le capitaine français est tout de même élu meilleur joueur du monde cette année-là par l’IRB.

Thierry Dusautoir (Toulouse) - 6 mai 2017

Thierry Dusautoir (Toulouse) - 6 mai 2017AFP

Après un dernier titre de champion de France obtenu en 2012, Dusautoir connaît de longues années de disette, en club comme en sélection. Il est à nouveau capitaine lors de la Coupe du monde 2015, sa dernière compétition internationale, où il subit la plus large défaite de l’histoire des phases finales, face aux All Blacks en quarts (62-13). Après deux dernières saisons où il est capitaine du Stade Toulousain mais avec peu de résultats au bout, il joue son dernier match avec les Barbarians, lors d’une victoire 43 à 28 face à l’Ulster.

La carrière de Thierry Dusautoir est faite de hauts et de bas, mais on ne peut nier qu’elle fut bien remplie. Au total, « Titi » aura remporté cinq boucliers de Brennus, une Coupe d’Europe et un Grand chelem. Il aura participé à trois Coupes du monde et revêtu à 80 reprises le maillot du XV de France dont 56 fois en tant que capitaine, un record. Pas mal pour un jeune homme en kimono.

Par Baptiste Pery

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés