Icon Sport

Bernard Laporte (FFR) : "Soit ce sont les joueurs qui mentent, soit ce sont les fédés qui trichent"

Laporte : "Soit ce sont les joueurs qui mentent, soit ce sont les fédés qui trichent"

Le 15/05/2018 à 19:50Mis à jour Le 16/05/2018 à 11:39

Alors qu'il nommait le nouveau président du GIP de France 2023 (Jacques Rivoal), le patron de la FFR est revenu sur le bazar entourant actuellement les règles d'éligibilité dans le monde du rugby international.

Rugbyrama : Didier Guillaume ancien président des sénateurs socialistes au sénat a décidé de renoncer à la présidence du GIP, l'organe censé organiser la coupe du Monde 2023. Pourquoi ?

Bernard Laporte : Didier est quelqu'un que j'aime beaucoup. Il avait spontanément demandé à être impliqué dans le projet. Malheureusement, un président de GIP (Groupement d'Intérêt Public) ne peut être rémunéré. Didier Guillaume a 58 ans et besoin de travailler. C'est donc la larme à l'oeil qu'il a décidé d'abandonner. Nous étions déçus tous les deux.

Présentez nous Jacques Rivoal, son successeur.

B.L : Déjà, Jacques (l'ancien PDG de Volkswagen France, les deux hommes se sont rencontrés à l'époque où Bernard Laporte entraînait Toulon, dont la firme automobile est partenaire, N.D.L.R.) est à la retraite depuis trois ans. Ensuite, il est un mordu de rugby (Jacques Rivoal entraîne les moins de 6 ans du club de Versailles, N.D.L.R.) Enfin, il est quelqu'un d'extrêmement compétent. Quand Didier Guillaume a renoncé, il a fallu aller très vite. Maintenant, on peut commencer à travailler.

De quelle manière ?

B.L : On s'est engagé à ce que cette coupe du Monde soit la plus belle de l'histoire. Un grand joueur accompagnera d'ailleurs chaque équipe tout au long de la compétition. Sébastien Chabal, entouré d'une vingtaine d'internationaux, présidera ce comité des joueurs.

Sébastien Chabal

Sébastien ChabalGetty Images

Y aura-t-il un comité d'éthique ?

B.L : Oui. Et une commission des rémunérations conduite par Jean-Claude Bailly, l'ancien PDG de La Poste. Il y a des lois dans un GIP dont l'état est actionnaire. Tout est carré, bétonné, transparent.

Quelle sera la rémunération de Claude Atcher, le directeur du GIP ?

B.L : Je ne sais pas, je ne l'ai pas notée mais ça ne me pose pas problème (on parle de 210 000 euros annuels, N.D.L.R.). Vous lui demanderez, il n'y a aucun secret là-dessus.

Vous êtes élu à World Rugby. Cet après-midi, l'instance dirigeante du rugby mondial a sanctionné l'Espagne, la Roumanie et la Belgique qui n'avaient pas respecté les règles d'éligibilité. Quel est votre avis là-dessus ?

B.L : J'ai eu une réunion de trois heures avec World Rugby ce matin. Quand on voit que des fédérations font jouer cinq joueurs inéligibles, soit ce sont des joueurs qui mentent, soit ce sont des fédés qui trichent ! Il faut que World Rugby soit plus présent au niveau des régions l'Europe, l'Afrique, l'Asie, l'Amérique pour contrôler tout ça au quotidien. Parce que tout ça entache la notoriété de notre sport. Aujourd'hui, les gens pensent que la Belgique et l'Espagne ont triché. Ce n'est pas professionnel. D'autant plus que ce n'est pas un cas isolé !

Que faire ?

B.L : En 2020, nous allons passer à cinq années de résidence pour les joueurs, avant qu'ils ne deviennent éligibles . Mais pourquoi n'applique-t-on pas la règle du comité international olympique ? Si tu n'as pas le passeport français, tu ne peux pas jouer pour l'équipe de France ! Si tu n'as pas le passeport tunisien, tu ne peux pas jouer pour la Tunisie ! On devrait se calquer là-dessus.

Quel est le risque de la règle actuelle ?

B.L : Les gens s'adaptent. Aujourd'hui, on va chercher les joueurs de plus en plus jeunes afin qu'ils deviennent tôt ou tard éligibles pour l'équipe nationale. Je suis contre ça. C'est moi qui ai par exemple dit à Josua Tuisova (ailier fidjien du Rct) : "tu ne joueras pas pour la France. Tu iras jouer pour les Fidji". Ce que j'avais vu dans le hand pendant le championnat du monde, où l'équipe du Qatar n'alignait pas un seul Qatari, m'avait interpellé. Du coup, je n'avais même pas regardé la finale ! Pour moi, ce n'est pas ça le haut niveau. Que le Bayern, le Real de Madrid fonctionne comme ça, très bien. On est dans le monde pro. Mais l'équipe nationale doit respecter la nationalité, c'est tout !

Alivereti Raka - Clermont

Alivereti Raka - ClermontIcon Sport

Quid du cas Alivereti Raka, annoncé avec insistance en équipe de France ?

B.L : On parle de deux personnes : Willemse (Montpellier) et Raka (Clermont), deux joueurs qui ont depuis quelques mois entamé une procédure pour obtenir leurs passeports français. Sauf que cette procédure prend du temps. Mais tôt ou tard, ils seront Français. A partir du moment où ils ont fait leur demande, je les considère comme sélectionnables. Je ne vais pas leur faire subir l'attente de la préfecture.

Contenus sponsorisés
0
0