Rugbyrama

Coupe du monde - Le Mondial 2023 a un visage !

Le Mondial 2023 a un visage !

Le 15/11/2018 à 15:01Mis à jour Le 15/11/2018 à 15:14

COUPE DU MONDE 2023 - Jeudi après-midi, dans le cinquième arrondissemt parisien, Jacques Rivoal et Claude Atcher ont dévoilé le logo de la Coupe du monde 2023.

En préambule, Bernard Laporte raconte : “Je me souviens du jour où nous avons déposé notre dossier, à Dublin. Nous étions, avec Claude Atcher, dans un petit restaurant situé près du siège de World Rugby. Tout à coup, j'ai entendu un vacarme extraordinaire dans la rue: c'était les irlandais, accompagnés de 3000 supporters, qui venaient de déposer leur dossier de candidature !” J'ai dit à Claude : “Qu'est-ce qu'on fout là ? C'est perdu d'avance !” Un an plus tard, ce n'est pas dans un hôtel de Johannesbourg ou de Dublin que nous dévoilons le logo de la Coupe du monde mais ici, chez nous, à Paris !”

De son côté, le directeur de France 2023 Claude Atcher a du mal à retenir un frisson quand il se rappelle du jour où la France a décroché le gros lot : “Il y a tout juste un an, confie-t-il, nous étions à Londres pour l’attribution de la Coupe du monde 2023. Ce fut l'un des plus grands moments de ma carrière de dirigeant.” Il développe : “En 2007, nous étions clairement favoris. L’an dernier, il a fallu se battre jusqu’au bout, dans l’incertitude la plus totale, face aux Sud-Africains qui bénéficiaient des recommandations de World Rugby, et aux Irlandais jamais battus. Pendant près de deux jours nous avons vécu comme en vase clos, avec une pression folle et dans un stress incroyable. L’annonce fut une vraie libération. J’en ai chialé.”

Officielle depuis douze mois, l’organisation française de la Coupe du monde 2023 poursuit donc sa route et jeudi après-midi, au Théâtre de la Mutualité à Paris, c’est le logo de la compétition qui a été révélé par Bernard Laporte, Claude Atcher et Jacques Rivoal, le président du GIP (groupement d'intérêt public). Atcher poursuit : “C’est un moment important car ce logo incarne désormais notre projet. Il est le résultat d’un travail commun entre l’agence australienne Witekite et l’agence française Carré Noir. C’est l’ADN de notre marque et un premier message fort dans le sens où il est disruptif, différent, de tous les autres logos des précédentes Coupes du monde. Il est typiquement français avec du bleu-blanc-rouge assez pop, mais il est également moderne avec cette touche de rose qui casse les codes traditionnels. Il y a aussi ce cœur au milieu, ces deux ballons rassemblés aux allures d’anneau de Möbius. Un visuel entremêlant le "W" traditionnel de World rugby avec un cœur fait de courbes rouges.”

Depuis ce 15 novembre 2018, le Mondial 2023, porteur de tant d’espoirs, a un "visage".

1,1 milliard d'euros de retombées ?

Avec un maillage complet du territoire (Lille, Paris, Saint-Etienne, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Bordeaux et Nantes), France 2023 réaffirme aujourd'hui son envie d’ouverture. L’opération de séduction doit en effet permettre d'ouvrir ce sport à de nouveaux horizons populaires. Dans une enquête de Publicis Médias pour le comité d’organisation, réalisée auprès d’un échantillon national représentatif des 15/70 ans, ils sont ainsi 80 % à déclarer une opinion positive de l’organisation de ce futur événement planétaire sur le sol français.

Pour la part économique, la période n’est encore qu’aux estimations. En se basant sur les chiffres désormais établis de la Coupe du monde 2015 en Angleterre (938 millions d’euros de retombées directes), #France2023 table toutefois sur 1,1 milliard d’euros d’impact ainsi que sur la création de 17 000 emplois. Claude Atcher conclut ainsi : “Nous allons mettre en valeur les vertus de ce sport magnifique et qui sont parfois oubliés. C’est un enjeu évidemment philosophique, censé apporter un nouvel élan à notre sport en difficultés. Mais c’est aussi un défi économique : si l’on veut tenir la promesse de vendre 2 500 000 billets, il faudra toucher bien plus de monde que les actuels 300 000 licenciés à la FFR...”

Contenus sponsorisés
0
0