Rugbyrama

En 2023, une Coupe du monde éco responsable

En 2023, une Coupe du monde éco responsable
Par Marc Duzan via Midi Olympique

Le 07/12/2021 à 15:29Mis à jour Le 07/12/2021 à 15:38

COUPE DU MONDE 2023 - Mardi après-midi, le directeur de France 2023 Claude Atcher et plusieurs acteurs majeurs de l'évènement ont défini les contours d'une compétition planétaire qui limitera au maximum son impact sur l'environnement : voici comment...

Le comité d'organisation de la Coupe du Monde de Rugby 2023 a présenté mardi, à Paris, son plan d'action pour léguer un héritage social et environnemental au-delà de la compétition sportive. A l'académie du climat, France 2023 a donc affirmé sa volonté d'organiser une compétition à impact positif sur l'environnement et la société. Quatre engagements forts ont été pris : agir pour une économie durable ; réduire l'impact sur l'environnement ; s'engager pour l'éducation, la formation et l'emploi ; soutenir l'inclusion et l'accessibilité. Pour servir ces axes forts, France 2023 a d'ailleurs présenté quinze projets innovants.

Une coupe du monde de " rugby fauteuil "

D'abord, il a été mis en place une politique d'achats responsables, basée sur des critères environnementaux, qui réservera des marchés aux entreprises de l'économie solidaire, notamment les structures d'insertion de personnes en situation de handicap. Le programme Campus 2023 formera quant à lui 3000 jeunes aux métiers de l'évènementiel sportif, grâce à ces trois vecteurs d'emploi que sont le tourisme, le loisir et le sportif. Surtout, des opérations seront menées auprès des banques alimentaires, alors que des collectes de mégots ou de téléphones mobiles seront mises en œuvre dans les clubs de rugby. Entre les quarts et les demi-finales de la Coupe du monde, France 2023 organisera également un tournoi international de rugby fauteuil, une première dans l'histoire de la compétition. Enfin, et dans le but de faciliter le déplacement des fans, une plateforme digitale de mobilité concentrera toutes les solutions éco-responsables du moment (covoiturage, taxis green, scooters et bus électriques...). Mihir Warty, le directeur des stratégies de World Rugby, déclarait mardi après-midi : " Par le passé, il y avait une moindre attention des organisateurs sur ces enjeux d'environnement et de société. France 2023 sera donc une référence en la matière. "

Atcher : " On minimisera l'impact carbone "

Claude Atcher, le directeur de France 2023, allait plus loin : " En tant qu'organisateurs, nous devons prendre notre place dans le monde d'aujourd'hui et de demain. Il en va de notre responsabilité. Plus que par les mots, c'est par les preuves que nous serons exemplaires. [...] On accueillera certes 800 000 supporters étrangers, soit quasiment 800 000 voyages en avion. Mais on l'assumera, on l'absorbera et on minimisera l'impact carbone. " Dans la foulée, Atcher annonçait le lancement d'une Coupe du monde scolaire qui se déroulerait en amont de l'évènement. Un beau symbole pour un sport qui fêtera, en 2023, son bicentenaire...

Yves Camdeborde, grand chef français et capitaine du XV de la Gastronomie, définissait de son côté les contours de sa mission à venir : " Le but, c'est de faire un tour de France gastronomique. En 2023, les supporters du monde entier rentreront dans les stades et y sentiront l'odeur de la région qu'ils visitent. Nous remettons du bons sens paysan, utilions les acteurs locaux. En ressortant du stade, les gens auront connu une expérience gastronomique de haut niveau, qu'ils aient vu le match en loges ou en tribunes. En 2023, le moindre de nos sandwichs aura une identité locale. "

Contenus sponsorisés