Other Agency

La maladie de son père, un document falsifié... Les derniers mois de Van den Berg passés au crible

La maladie de son père, un document falsifié... Les derniers mois de Van den Berg passés au crible

Le 28/04/2022 à 15:55Mis à jour Le 28/04/2022 à 16:23

COUPE DU MONDE 2023 - La disqualification des Leones au Mondial 2023, actée ce jeudi par World Rugby, plonge la fédération espagnole dans la tourmente et met en lumière le joueur Gavin van den Berg, qui a interrompu son séjour en Espagne par un retour en Afrique du Sud plus long que prévu.

L'Espagne doit faire ses adieux à ses rêves de retour en Coupe du monde, 24 ans après sa dernière participation. Après s'être qualifiés en terminant deuxièmes du Rugby Championship, les Leones ont appris ce jeudi qu'ils étaient disqualifiés par l'instance mondiale World Rugby. La cause ? L'inéligibilité de Gavin Van den Berg, qui a disputé deux rencontres de l'édition 2021-2022 du Tournoi B, comptant pour la qualification au Mondial. Pour comprendre tous les contours de cette affaire, un petit rappel de la règle s'impose. Pour devenir international espagnol à l'automne dernier, le natif d'Afrique du Sud, au travers de son club d'Alcobendas, a transmis une demande pour changer de statut. Étant en Espagne depuis le début de la saison 2018-2019 avec ses débuts dans le club d'Aparejadores Burgos, il remplissait la condition de séjour en Espagne pendant 36 mois consécutifs, sans sortie du territoire pendant plus de 60 jours.

S'il rejoint le club du nord de Madrid en 2020, c'est lors de cet été-là qu'il séjourne chez lui en Afrique du Sud pour rester au côté de son père, selon le journal Marca, qui révèle que celui-ci était malade. Ce séjour aurait été plus long que prévu. Mais dans le dossier présenté à la fédération espagnole en septembre 2021, la photocopie du passeport n'affichait pas d'irrégularité. Le scellé douanier, qui sert à attester d'une date, semble modifié. Pour se justifier, Gavin Van den Berg a déclaré que son passeport avait été perdu.

Des poursuites judiciaires ?

Le 12 décembre, le joueur est convoqué par le sélectionneur Santiago Santos pour disputer le premier des deux matchs qu'il jouera contre les Pays-Bas (7-52, le 18 décembre 2021). World Rugby avait en effet validé la licence du joueur. Cette précipitation était aussi due au changement de règlement au 1er janvier 2022 : il faut désormais passer 60 mois consécutifs ou vivre dans le pays en question pendant dix ans.

Au-delà de la disqualification de l'Espagne pour le Mondial, cette affaire pourrait avoir des répercutions supplémentaires. Son club Alcobendas est accusé d'alignement illégal et encourt une rétrogradation. Le club madrilène considère comme "graves" les accusations qui lui sont adressées. Mais ses dirigeants affirment n'avoir connaissance que du dernier passeport du joueur, datant de 2021. Le Conseil Supérieur des Sports, qui organise la politique sportive au gouvernement, a convoqué une réunion d'urgence avec la Fédération de rugby ce jeudi à 16 heures.

Surtout, l'hypothèse d'un déplacement de cette affaire en justice n'est pas à écarter. En effet, il est question d'un passeport modifié, ce qui relève du faux et usage de faux.

Contenus sponsorisés