Vidéo - Quel capitaine pour les Bleus ? "Dupont incarne la gagne"

05:20

Antoine Dupont, la tête d’affiche de ce Mondial 2023

Antoine Dupont, la tête d’affiche de ce Mondial 2023
Par Jeremy Fadat via Midi Olympique

Le 08/09/2022 à 10:32Mis à jour Le 09/09/2022 à 18:46

COUPE DU MONDE 2023 - Meilleur joueur du monde, leader des bleus et porte-drapeau du rugby français, le toulousain sera forcément au centre des attentions dans l’année à venir. mais pas de quoi le déstabiliser.

Comment pourrait-il en être autrement ? Quoi qu’il arrive, qu’il soit le capitaine du XV de France ou non, Antoine Dupont sera au centre de toutes les attentions avant, pendant et – on l’espère – après la prochaine Coupe du monde. C’est une évidence, et aussi une immense chance pour le rugby français, qui s’est enfin trouvé l’ambassadeur qu’il cherchait depuis tellement longtemps. En l’occurrence, il ne pouvait y avoir meilleur candidat. D’abord, parce que le Toulousain fait l’unanimité sur le plan sportif. Numéro 9 exceptionnel, chasseur d’essais et spectaculaire dans le jeu, il a hissé son niveau à de tels sommets qu’il fut logiquement élu meilleur joueur du monde l’an passé, sans que cela ne souffre de la moindre contestation. Il convient également de rappeler qu’il est triple tenant du titre d’Oscar d’or Midi Olympique, récompensant le meilleur joueur français de la saison, et Oscar monde 2021. Logique, tant l’intéressé fut incroyable depuis un certain temps. Et, s’il a aussi garni son armoire à trophées sur le plan collectif avec deux Boucliers de Brennus (2019 et 2021), une Coupe d’Europe (2021) et un Grand Chelem dans le Tournoi des 6 Nations (2021), il le doit autant à son privilège d’appartenir à une génération dorée qu’à son talent supérieur. Dupont est de cette race des mecs qui, par ses fulgurances, son aura et ses qualités contagieuses, rendent les autres meilleurs autour de lui.

Quand Antoine Dupont pose un pied sur un terrain de rugby, son équipe a le don d’être transformée. Voilà comment et pourquoi le Pyrénéen, discret et modeste par nature, s’est mué en un leader naturel et incontestable. C’est vrai au Stade toulousain, où il partage brillamment le capitanat avec Julien Marchand depuis deux ans. Mais c’est également vrai en équipe de France, où il a pris le relais de Charles Ollivon (après sa grave blessure) avec une aisance et une spontanéité qui ont enchanté son monde. Résultat : ce fut lui, le capitaine de la victoire historique face aux All Blacks en novembre dernier, et ce fut encore lui le capitaine du premier grand chelem français depuis 2009.

Exposition et détachement

Maintenant que Charles Ollivon est remis sur pied, lui qui a repris son capitanat lors d’une tournée au Japon cet été pour laquelle Dupont (comme d’autres cadres) avait été laissé au repos par Galthié et son staff, le sélectionneur aura donc un choix fort à faire. Qui du Toulonnais ou du Toulousain sera le leader de ce groupe lors du Mondial ? En ce qui concerne l’ancien Castrais, qu’il hérite de cette responsabilité ou non, cela n’enlèvera pas grand-chose des attentes qui l’accompagnent. Mais cela lui coule dessus, c’est peut-être le plus impressionnant chez lui. Les différentes marques le chassent, les plateaux de télévision l’accueillent avec plaisir et sa notoriété l’a ainsi amené à largement dépasser le simple cadre du rugby. Mais lui vit cette exposition avec un recul et un détachement qui sont remarquables. En tout cas, elle ne semble pas le fragiliser sur ses performances individuelles. Plus que jamais, les gamins s’identifient à lui, et le Mondial ne devrait que confirmer cette tendance.

Contenus sponsorisés