Icon Sport

Darracq : "La petite finale se joue beaucoup dans la tête"

Darracq : "La petite finale se joue beaucoup dans la tête"

Le 11/11/2022 à 18:02Mis à jour

COUPE DU MONDE FEMININE - Interrogé en conférence de presse, le sélectionneur-entraîneur Thomas Darracq est revenu sur les choix qui ont guidé sa composition du XV de France Féminin, la titularisation d’Assia Khalfaoui, et la contexte particulier de ce match pour la troisième place.

  • Sur la composition de l’équipe :

Les choix sont toujours précédés de la réflexion par rapport au contexte et puis surtout la performance. L’objectif très clair est d’aller chercher cette troisième place. La compétition montre qu’on n’était vraiment pas loin. La dernière action du match contre la Nouvelle-Zélande tourne en boucle pour l’ensemble du squad. La particularité de cette compétition par rapport aux précédentes est que l’on joue toutes les semaines. On a six jours de récupération, avant c’était un match tous les quatre jours. Le match pour la 3e/4e place est un match particulier pour l’avoir déjà vécu en 2014 où on est allé gagner sur la dernière action contre l’Irlande à l’époque. Ça se joue beaucoup dans la tête. Toutes les équipes sont impactées et surtout celles qui ont perdu la demi-finale. Les Canadiennes sont dans la même perspective.

  • Sur le seul changement dans l’équipe et la titularisation d’Assia Khalfaoui :
  • Sur le retour de Jessy Trémoulière sur le banc :

Je pense que toutes les filles qui ont participé à cette Coupe du monde, quel que soit le moment de leur présence sur le terrain, ont montré qu'il y avait de la qualité dans ce groupe. On l'a dit et je le répète, c'est un contexte très particulier cette 3e/4e place. On aura un banc très expérimenté qui à la fois en rentrant peut nous amener une maîtrise pour maintenir cette capacité de maîtrise dans ces gros matchs et qui va se jouer, on l'espère, sur des petits détails, et puis de l'expérience aussi d'avoir participé à ce genre de match. C'est un contexte complètement différent entre la demi-finale et la 3e/4e place. En demi-finale, on surfe sur la capacité à aller chercher le titre. Là, on a pris un coup d'arrêt et derrière, il faut maîtriser cette semaine pour pouvoir mentalement trouver l'énergie pour aller chercher cette victoire.

Féminines - Jessy Trémoulière.

Féminines - Jessy Trémoulière.Icon Sport

  • Sur certaines joueuses qui ont beaucoup enchaîné les matchs :

Il y a une part individuelle, oui. Mais les matchs ne sont plus enchaînés tous les quatre jours, on a plus de récupération qu'avant. Les filles sont préparées plus qu'avant et aujourd'hui, on a des filles qui ont une préparation qui n'est pas la même qu'en 2017. Les filles sont préparées et ce match-là se fait beaucoup avec cette capacité mentale de se transcender. C'est des filles qui ont certes beaucoup joué, mais qui ont aussi la volonté de rebondir ou de bien finir. Il y a plein de leviers qui rentrent en compte et c'est aussi l'occasion, pour ces filles là, de finir en beauté et donc d'amener certainement une force mentale qui sera nécessaire.

  • Si le fait de vouloir s’offrir une belle sortie a été un des leviers de la semaine :

Quand on est en équipe de France, on ne joue pas pour un club, c'est une sélection et chaque match est unique. L'objectif est donc de trouver les leviers pour pouvoir aller gagner ce match. Donc l'expérience en est un, également. Il va falloir arriver à véhiculer cette volonté de gagner tout en maîtrisant le tempo et le rythme de ce match. Ça a été un des aspects sur lequel on est revenu cette semaine, car contre la Nouvelle-Zélande nous n’avons pas maîtrisé le tempo. Pris par l'effervescence, on a joué des choses vite, on s'est mis des fois peut-être plus en danger nous que l'adversaire.

  • Sur le choix de Célia Domain en n°17 :

Parce que Célia a une polyvalence et que c'est aujourd'hui une fille qui a une grosse capacité défensive et une grande capacité de déplacement. En fait, le Canada est une équipe qui impacte fort pour petit à petit faire casser le collectif. Il y a rarement beaucoup d'essais sur les premières mains, c'est un travail de sape et il faut des filles qui soient en capacité de tenir le choc sur la répétition. Célia a fait une grosse préparation, c'est une fille qui est en train de monter en puissance. Je crois que dans l'avenir elle pourra prendre une place.

Féminine - Célia Domain

Féminine - Célia DomainIcon Sport

Contenus sponsorisés