• Coupe du monde féminine - Gaëlle Hermet (France)
    Coupe du monde féminine - Gaëlle Hermet (France)

Hermet : "Soit tu passes, soit ça casse"

Le

COUPE DU MONDE FEMININE – Interrogée cette semaine en conférence de presse, la capitaine du XV de France Féminin Gaëlle Hermet a évoqué les phases finales, une nouvelle compétition qui commence pour elle et ses coéquipières. Et dans laquelle tout peut s'arrêter du jour au lendemain.

Est-ce que le fait d’entrer dans les matchs à élimination directe ajoute un frisson à votre semaine ?

C’est exactement cela. C’est le deuxième round, une nouvelle compétition commence. On a hâte d’y être. Notre premier objectif de qualification est atteint. C’est un match à enjeu : soit tu passes, soit ça casse. Mais on ne l’aborde pas comme ça : pour nous, c’est une étape et on l’aborde de la façon la plus positive possible. Cela va être un grand match de rugby, mais on ne veut pas s’ajouter de pression supplémentaire. On veut savourer cette préparation et ce match.

Vous avez vécu une semaine rythmée par plusieurs moments de vie commune…

On a eu envie de dédramatiser ce coté "quart de finale" en abordant le match contre les Fidji comme un huitième de finale. Donc pour nous, les phases finales continuent. Et c’est vrai que ces moments de vie ont apporté beaucoup de positivité aux entraînements. On a ressenti de la bonne humeur aussi, et ces moments de vie collective nous aideront sur le terrain.

Sur quel aspect du jeu vous êtes vous concentrées pour affronter l’Italie ?

Les Italiennes, on les connaît bien. On les a affrontées dans le Tournoi, puis deux fois en matchs amicaux. Cette équipe peut nous ressembler sur certains aspects. Toutefois, on ne veut pas prendre ce quart de finale comme une revanche. On a fait table rase de Biella, même si ce match nous a servi dans notre construction. Cette équipe d’Italie est capable d’attaquer n’importe quel endroit du terrain. Elles attaquent très bien, elles ont des facteurs X, donc on va devoir avoir le même comportement défensif que sur les précédents matchs.

Le sentiment de revanche est pourtant un grand classique des leviers de motivation dans le rugby…

"Table rase" n’est peut être pas le bon mot… Il y aura forcément ce truc en plus, à cause de la défaite là-bas... Mais ce n’est pas notre axe prioritaire. Nous, on veut passer ce quart. Et peu importe qui sera en face.

Vous êtes parties depuis de longues semaines, comment le groupe gère l’éloignement ?

Ca va, les entraînements sont de plus en plus courts, on passe un peu moins de temps sur le terrain. En revanche, cela nous donne plus de temps pour analyser les adversaires, on fait davantage de vidéo. L’idée est d’optimiser la récupération, surtout pour celles qui ont enchaîné les rencontres.