• Coupe du monde féminine - Emilie Boulard (XV de France) contre l'Italie
    Coupe du monde féminine - Emilie Boulard (XV de France) contre l'Italie

Boulard a sonné la charge

Le

COUPE DU MONDE FEMININE - Elue joueuse du match, l’arrière de Blagnac Emilie Boulard s’est illustrée par une belle relance dans les premiers instants de la rencontre qui a conduit à l’essai de Joanna Grisez. Une manifestation de la volonté des Bleues de se libérer en attaque.

Cela fait de longues semaines que l’on entend ce refrain : à chaque conférence de presse, les Bleues répètent à l’envi qu’elles veulent "lâcher les chevaux". Frustrées de leurs prestations offensives depuis presque un an, et encore plus contre l’Angleterre où elles n’ont que peu vu le ballon, les filles du XV de France ont commencé à le faire la semaine dernière, contre les Fidjiennes, où la ligne d’attaque a enfin pris du plaisir à attaquer à la main plutôt que de taper au pied. Les Françaises ont même fini la rencontre avec le double de passes après contact que les Fidjiennes (13 contre 6) !

Pour ce quart de finale, les Tricolores ne voulaient pas que ce vœu reste lettre morte.

Une relance à l’instinct

Voilà pourquoi, dans la semaine, elles s’étaient fait une promesse : celle de ne pas avoir peur de contre-attaquer à la main, quand les conditions le permettraient. Consigne reçue haut et clair par l’arrière Emilie Boulard, qui a mystifié la défense italienne dès la troisième minute par une relance de 60 mètres. L’intéressée raconte ce moment : "Déjà, on avait le vent contre nous. Donc il était compliqué de remettre du pied à ce moment là car on aurait trop perdu en longueur. Ensuite on s’était dit dans la semaine qu’il fallait qu’on contre-attaque car on avait trop joué au pied. Après, je ne sais pas ce qui s’est passé dans ma tête… De l’instinct sûrement ! Je vois que "Jo" est revenue à côté de moi, donc j’enclenche la relance et après je vois qu’il n’y a pas énormément de monde devant moi et que la première défenseuse est une avant. Après, c’est un deux contre un classique, mais Jo revient très bien car elle arrive à dépasser ses poursuivantes."

N’empêche que cet essai a eu le mérite de sonner la charge dans une partie que les Bleues voulaient soigner sur le plan offensif. Cela aura finalement pris un peu plus de temps que prévu en raison des maladresses de la première mi-temps, mais qu’importe. La Blagnacaise a été élue joueuse du match et l’équipe de France est en demi-finale : "On est très fières et hyper excitées d’être qualifiées en demi-finale. Après, la distinction de la meilleure joueuse ca ajoute un petit quelque chose mais c’est la performance collective qu’il faut souligner. On a fait une grande deuxième mi-temps, après un petit trou d’air en première. Cela va rassurer tout le monde, on avait besoin de ça."