Other Agency

Un jour, un joueur : Fofana, finir en patron (3/37)

Un jour, un joueur : Fofana, finir en patron (3/37)
Par Rugbyrama

Le 14/08/2019 à 12:28Mis à jour Hier à 16:32

XV DE FRANCE - Un jour, un joueur : à quelques semaines de la Coupe du monde, Rugbyrama vous fait découvrir les 37 joueurs de l'équipe de France. A 31 ans, Wesley Fofana aborde sa fin de carrière avec clairvoyance. Dernier rendez-vous international au Japon, joueur de l'ASM jusqu'en 2023, Fofana aura été l'un des plus talentueux centre de l'équipe de France.

2012 : Première sélection et deuxième meilleur marqueur du Tournoi des VI Nations

"J'ai essayé de ne pas changer mes habitudes, d'oublier les 80 000 personnes qui nous attendaient. La Marseillaise ? Énormément d'émotion, mais j'avais calculé pour qu'elle ne soit pas exagérée. Franchement je suis resté très calme. " Wesley Fofana a 24 ans et il vient d'honorer sa première sélection face à l'Italie dans la peau d'un titulaire. Dans les pages du Midi Olympique il se livre, presque réservé, face à ce qu'il est en train de vivre. Quelque chose d'énorme, de particulier, d'unique. Mieux, il inscrit son premier essai sous le maillot bleu. "Cet essai restera gravé à jamais" explique-t-il.

Est-ce qu'il pouvait, à ce moment là, s'imaginer, 7 ans plus tard, qu'il allait disputer sa deuxième Coupe du monde, mais surtout la jouer dans la peau d'un leader, d'un ancien. "C'est loin", disait-il quand on lui parlait de 2015. Lui qui c'était révélé la saison d'avant, en 2011 avec Clermont grâce aux mondialistes partis en Nouvelle-Zélande. "J'ai le sentiment que c'est allé très vite. Je ne me suis jamais mis la pression . J'ai la chance d'être dans un grand club et d'avoir à mes côtés des mecs très forts et expérimentés. J'ai appris en accéléré. À leurs côtés, j'ai juste à emmagasiner".

Entre émotion et découverte, Wesley apprend la vie de groupe et forcément le bizutage. Ce dernier est administré par le patron, William Servat. Un demi de bière cul-sec qui a provoqué un bégaiement et le rire de ses nouveaux coéquipiers. Face à l'Irlande (16-16) Fofana inscrit sont troisième essai pour sa troisième rencontre après un raffut et une course de 50 mètres. Il est élu homme du match et certains n'hésitent pas à parler de lui comme de la "nouvelle star du rugby français".

XV de France - Fofana contre l'Italie en 2012

XV de France - Fofana contre l'Italie en 2012Icon Sport

Julien Malzieu, partenaire de chambre avec le XV de France et coéquipier en club n'est pas surpris "Moi, j'ai vu son évolution à Clermont, ces dernières années et j'ai vu son niveau depuis le début de la saison. Sa réussite ne me surprend absolument pas." Vincent Clerc, qui pourtant en a vu de toutes les couleurs avec les Bleus arrive encore à être étonné par la qualité d'un joueur. "Il a une telle explosivité et il sent les coups. Sa force, c'est qu'avec le XV de France, il parvient à jouer dans le même registre qu'à Clermont."

Pas de quoi faire prendre le melon au jeune joueur "J'ai mis trois essais en trois matchs mais je ne les ai pas marqués tout seul. Je suis content mais c'est avant tout le fruit du collectif. J'ai davantage l'impression d'être au bon endroit au bon moment". Mais être au bon endroit au bon moment, c'est aussi tout un art et beaucoup de talent. Battus par l'Angleterre 22-24 au Stade de France et au Pays de Galles 16-9, qui réalise cette année-là, le Grand Chelem, les motifs de satisfactions sont pauvres. Patrice Lagisquet n'est pas avare d'éloges sur le nouveau centre.

Il pense tenir le nouveau Aurélien Rougerie. "C'est une perle. Je l'aimais énormément avec Clermont, j'ai beaucoup apprécié son arrivée. Il est très fort dans le un contre un, il gagne quasiment toujours ses duels directs. Bien sûr qu'il n'a pas réalisé des matchs parfaits, mais il faut qu'il garde sa spontanéité dans ses initiatives. Il a une capacité à mordre dans les intervalles assez exceptionnelle. Et puis il est capable de s'exprimer à l'aile. J'adore ce genre de joueur, les centres-ailiers, ou ailiers-arrières. Pour un entraîneur c'est très intéressant de pouvoir compter sur eux. "

23 février 2013 : Il prouve qu'il peut être l'un des meilleurs centre au monde

23 février 2013. Il est 18 heures, heure française. L'Angleterre reçoit l'équipe de France dans son antre de Twickenham pour le VI Nations. Les Bleus sortent de deux défaites lors de leurs deux premiers matchs face à L'Italie (23-18) et le Pays de Galles (6-16). Cette troisième rencontre ressemble à une montée à l'échafaud pour les partenaires de Guilhem Guirado. Et pourtant. Comme dans un mauvais film dont on connait déjà la suite, un mauvais livre dont on comprend déjà le dénouement, " des ténèbres jaillit la lumiere ". Dans un début de match plus ou moins maîtrisé par la France, le chrono affiche 29 minutes et 13 secondes. Fabien Galthié et Matthieu Lartot commentent le match jusqu'à que ce dernier, aussi surpris qu’impressionné hurle :

"Fofana maintenant, Fofana qui peut se lancer. Fofana qui résiste à un plaquage, qui accélère ! Weysley Fofana qui va déposer toute la défense anglaise ! Quel exploit ! Il y va ! Il y va Weysley Fofana ! Le premier essai est bleu ! Il a réclamé cette place au centre, il frappe ici à Twickenham."

A 25 ans, Weysley Fofana met tout le monde d'accord avec six plaquages effacés, et rassure sur le potentiel des jeunes français. Malgré une triste quatrième place au classement, Fofana est la satisfaction de ce Tournoi. Tant à l'aile qu'au centre. L'avoir dans l'équipe rassure et multiplie les chances d'essais pour son groupe.

2015 : Première Coupe du monde

C'était sa première Coupe du monde. Jusqu'au dernier moment on ne savait pas si le centre international pourrait prendre part à la compétition. Les journaux titraient "Fofana s'est entraîné normalement ce mercredi matin", suite à quelques soucis physiques dont une contracture à une cuisse. Tout le monde retient son souffle, il est l'arme la plus redoutable des trois quarts français. Jouer sans lui c'est se tirer une balle dans le pied. Heureusement pour le groupe France, il est présent et ne déçoit pas. Tranchant, percutant, incisif, il met son équipe dans l'avancé sur chaque rencontre malgré des matchs poussifs de la part de l'équipe. L'histoire écrira le reste, la défaite en poule face à l'Irlande et le quart de finale face aux Blacks est surement l'un des pires souvenirs de sa carrière internationale. Pourtant il aura fallu apprendre à vivre avec, à grandir. Il reste cette dernière Coupe du monde pour briller et marquer les esprits sur la planète rugby. Parce que oui, le joueur et l’homme le mérite.

XV de France - Wesley Fofana (France) contre le Canada en 2015

XV de France - Wesley Fofana (France) contre le Canada en 2015Icon Sport

2017 : Champion mais blessé

Wesley Fofana peut jouer sa première finale de Top 14 dans la peau d'un titulaire en 2015 face au Stade Français. En 2010 face à Perpignan, le centre était trop jeune, (il sera champion de France avec les espoirs), la place est déjà prise par les plus anciens et il ne peut se contenter que de bride match avant d'exploser en 2011. Mais 2015 est un réel coup dur pour l'écurie clermontoise qui perd-là l'une de ses plus belles armes offensives. Une blessure survenue lors du stage au Chambon-sur-Lignon. Le résultat on le connait, le Stade Français s'imposera 12 à 6.

Wesley Fofana (Clermont), plaqué par Thibaut Regard (Lyon) - 18 novembre 2017 (Top 14)

Wesley Fofana (Clermont), plaqué par Thibaut Regard (Lyon) - 18 novembre 2017 (Top 14)Getty Images

Deux ans plus tard en 2017, enfin la consécration pour Fofana. Il est enfin champion. Malheureusement pour lui, un pépin physique l'empêche de prendre part à la rencontre. Un déchirement pour lui. Une hernie cervicale le rend indisponible pour trois mois. Le centre "se plaignait depuis quelques jours, de divers symptômes qui ont alarmé le staff médical de l'ASM», expliquait son club. Le résultat était sans appel. L'ASM devait se passer de lui pour la finale face à Toulon (victoire 22-16). « Difficile de se sentir pleinement champion" racontait-il au Midol. Pourtant, il est bel et bien champion tant il a apporté à son équipe durant la saison.

2018 : Prolongation avec l'ASM, Fofana le visage d'un club

"Si on schématise, un jeune, soit il joue dans un club de bas de tableau avec du temps de jeu mais en restant sur ce qu'il sait faire, du basique, soit il joue dans un grand club où il n’explosera pas à 20 ans mais où, pendant trois ans, il va apprendre énormément. Pendant trois ans, je n'ai pas été titulaire mais en jouant les seconds rôles, je suis persuadé que j'ai davantage appris que si j'avais été dans un club de bas de tableau. Je suis content d'avoir pris ce temps." Racontait-il en 2012.

Aujourd'hui, le joueur est plus proche de sa fin de carrière que du début mais il reste une dernière aventure internationale au Japon avant de prendre sa retraite internationale. Avec Clermont, l'histoire va se poursuivre. L'année dernière Fofana a prolongé son contrat jusqu'en 2023. "J'ai conscience que c'est une chance incroyable pour un joueur de rugby d'évoluer devant un public aussi extraordinaire que celui du Michelin. De sentir cette passion à chaque fois que nous défendons nos couleurs. Le quitter aurait été un énorme vide et je suis très content qu'ils puissent m'accompagner encore quelques années." Se confie t-il ému à son club.

Avec Morgan Parra ou encore Camille Lopez il incarne le visage d'un Clermont qui gagne et impressionne. Si 2023 devrait être sa dernière dans le rugby professionnel, il aura, il est certain, marqué le rugby français et Clermontois.

La décla' :

" C’est ma carrière qui est comme ça. J’ai pris beaucoup de coups, mais j’ai gardé mon leitmotiv qui est d’être efficace pour le collectif. Si je franchis, c’est bien, mais si je fais franchir, c’est tout aussi bien. Je veux être le plus efficace possible sur ces deux registres. On en rigole souvent mais pour tout vous dire, mon objectif ultime, c’est de faire marquer Damian Penaud sur une passe au pied. Si j’arrive à faire ça en Coupe du monde, je pourrai m’arrêter l’esprit tranquille (rires)."

Fiche technique :

Wesley Fofana, 31 ans (né le 20/01/1988) à Paris

Centre, 1m82 pour 93 kilos.

Clubs : Clermont (2008-2019 187 matchs, 65 essais)

En équipe de France : 46 sélections, 16 essais

Palmarès : Champion de France 2010, 2017

Par Dylan Munoz

Crédit photo de couverture : Inigo Brothers

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0