Icon Sport

Un succès bonifié, de l'ennui et beaucoup d'inquiétude

Un succès bonifié, de l'ennui et beaucoup d'inquiétude

Le 02/10/2019 à 11:31Mis à jour Le 02/10/2019 à 12:11

COUPE DU MONDE 2019 - Le XV de France a balbutié son rugby pendant plus d’une heure face aux Etats-Unis, avant de remporter son deuxième match de poules au Japon (33-9). Un score flatteur et un bonus offensif quasiment inespéré à la clé.

L’enfer était promis aux Etats-Unis. Finalement, c’est la France qui a bien failli se brûler les ailes à Fukuoka. Si le succès est large et surtout bonifié au final (33-9), le XV tricolore a vu le typhon nommé USA revenir à 3 points, au tableau d’affichage, à un quart d’heure du coup de sifflet final. L’apport du banc s’est avéré déterminant pour sortir du néant dans lequel s’étaient embourbés les coéquipiers de Louis Picamoles, capitaine pour la première fois de son histoire sous le maillot floqué du coq. Grâce aux 5 points de la victoire, la France reprend sa place de dauphin de l’Angleterre dans cette poule C. Mais n’a rien vraiment montré de rassurant pour la suite de la compétition.

Ce 8e duel entre le XV de France et les Eagles aurait pu marquer l’histoire. Comme celui face aux Tonga, lors du mondial 2011. A la 64e minute, quand l’ouvreur américain McGinty a converti en points une énième faute française, tout le clan bleu a sans doute senti poindre les prémices d’un fiasco XXL. Les Bleus, à côté de leurs pompes pendant une grande partie du match, ont finalement resserré les rangs pour assurer l’essentiel dans le money-time. A savoir un succès, auréolé d’un point de bonus offensif capital dans la course à la qualification pour les ¼ de finale de cette Coupe du monde.

Merci au banc

Comme souvent ces dernières semaines, le XV de France a pourtant soigné son entame. En visitant très tôt l’en-but adverse. Yoann Huget s’en est chargé dès la 6e minute de jeu, derrière un jeu au pied par-dessus le rideau défensif américain parfaitement exécuté par le sauveur tricolore face aux Argentins, Camille Lopez. Titulaire d’entrée, l’ouvreur clermontois a même éclairé le jeu tricolore sur ce bijou de diagonale au pied pour son coéquipier à l’ASM, Alivereti Raka (24e), à la conclusion du deuxième essai français. Puis la lumière s’est éteinte. Subitement. Et pendant longtemps.

Huit pénalités concédées en première période, un festival d’approximations, un manque d’agressivité criant au sol...les Bleus ont livré une prestation indigeste jusqu’à l’éclaircie finale impulsée par le banc des remplaçants. Sur lequel figuraient de nombreux cadres, plus ou moins ménagés en prévision du prochain match, programmé dès dimanche, face aux Tonga. Mentions spéciales à Vahaamahina, Alldritt ou encore Serin auteur du cinquième et ultime essai. Les trois essais inscrits en fin de partie (67e, 70e, 79e) ont fait rentré les Eagles dans le rang, une semaine après la rouste reçue par l’Angleterre. Comptablement, le XV de France a fait ce qu’il avait à faire. Il faut s’en contenter, à chaud.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés