Icon Sport

Pourquoi 15 000 spectateurs ont assisté au dernier entraînement du pays de Galles ?

Pourquoi 15 000 spectateurs ont assisté au dernier entraînement du pays de Galles ?

Le 17/09/2019 à 11:22Mis à jour Le 17/09/2019 à 14:04

COUPE DU MONDE 2019 - Les Gallois ont effectué une séance d'entraînement devant plus de 15 000 personnes dans la ville de Kitakyushu, dans l'île du sud de l'archipel du Japon. Mais pourquoi les Gallois sont si populaires au pays du Soleil Levant ?

La Coupe du monde n'a pas encore commencé mais le match symbolique pour savoir quelle équipe est la plus populaire est bel et bien lancé. Il y a une semaine, le Springboks avaient déjà frappé très fort en attirant pas moins de 6000 supporters pour un simple entraînement dans leur ville de Kagoshima. Quelques jours plu tard, les All Blacks, qui ne sont rien moins que leurs futurs adversaires du week-end, avaient fait mieux en réunissant 7000 fans à Kashima. Mais les deux monstres du rugby mondial ont été renversés par les Gallois. Et de quelle façon !

Ce lundi, 15 000 personnes ont rempli le stade de la ville de Kitakyushu, où ils ont élu domicile préparer le Mondial. Cerise sur (l'énorme) gâteau, les enfants des écoles locales ont tous chanté l'hymne gallois, le fameux "Land of my Fathers" a capella devant un XV du Poireau littéralement médusé. Alors sans vouloir sous-estimer l'attractivité des derniers vainqueurs du Tournoi des Six Nations, on peut toutefois se questionner sur les raisons d'un tel engouement...

" Le résultat de 18 mois de travail"

La réponse est simple, et réside dans le travail. En effet, voilà dix-huit mois que la ville de Kitakyushu et la fédération galloise travaillent main dans la main. Depuis, ils multiplient les échanges et les visites. Staff et joueurs se sont rendus trois fois au Japon depuis avec, à chaque fois, des sorties publiques, des conférences et des opportunités média. Toutes, bien entendu, relayées massivement sur les réseaux sociaux. Pas étonnant donc que la ville de la préfecture de Fukuoka fut recouverte de rouge à l'approche de l'arrivée de ses héros gallois, lesquels ne s'attendaient à un tel succès. Pas même l'ex-capitaine gallois Ryan Jones, aujourd'hui directeur de la performance à la WRU et acteur majeur de ce partenariat :

"Ce matin on s'est levé en espérant simplement que cela se passe bien et que des gens viennent au stade. Franchement, on ne s'attendait pas à cela. Je n'ai jamais vu ça de ma carrière, le résultat dépasse largement nos attentes. Ce que vous voyez aujourd'hui, c'est le résultat de 18 mois de travail. Nous avons fait tellement de choses ensemble, de la formation d'entraîneurs et arbitres jusqu'au travail avec les écoles et les universités et des compagnies, sans parler des conférences... Nous avons abattu un sacré travail, vraiment".

Et l'ancien numéro huit de conclure : "Nous rêvions de recouvrir la ville de rouge. C'est aujourd'hui chose faite." Au moment de défier la Géorgie, lundi prochain, les Gallois sauront qu'ils pourront compter sur le million d'habitants de Kitakyushu pour gonfler les rangs de leur (déjà) colossale armée rouge.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0