Icon Sport

Vakatawa décisif, Vahaamahina en patron... Les notes des Bleus

Vakatawa décisif, Vahaamahina en patron... Les notes des Bleus
Par Nicolas AugotPar Leo Faure via Midi Olympique

Le 21/09/2019 à 14:33Mis à jour Le 22/09/2019 à 15:19

COUPE DU MONDE 2019 - Après une première mi-temps enthousiasmante, où ils ont dominé l'Argentine dans les duels, derrière, les Bleus ont abandonné la possession du ballon et souffert devant, notamment dans l'exercice des ballons portés. Voici le bulletin de notes.

15. Maxime Médard (7,5/10)

L'arrière toulousain a permis à l'équipe de France de se lancer dans cette rencontre. En amorçant des relances gagnantes, il a mis l'équipe dans le sens de la marche (9e). Il est à l'origine du premier essai français en décalant Damian Penaud. Sur l'essai d'Antoine Dupont, il est aussi décisif avec une passe sur un pas. Touché physiquement, il est remplacé par Thomas Ramos à la 62e. Ce dernier a gagné ses duels et il a été appliqué sans pour autant bénéficier d'un ballon exploitable dans le domaine offensif.

14. Damian Penaud (8/10)

Quelle envie de l'ailier clermontois ! Damian Penaud est entré en fougue dans cette rencontre. Ses jambes ont fait le reste en première période. Décalé par Médard, il réalise un superbe numéro sur l'essai de Fickou. Il est aussi au relais sur celui de Dupont et permet encore à la France de transpercer la défense argentine juste avant la demi-heure de jeu. En revanche, il manque un ballon d'essai après une passe fantastique de Vakatawa (40e). Il sort blessé après avoir bataillé dans les airs sous une chandelle. Remplacé par Camille Lopez (68e) qui réussit le drop de la victoire sur son deuxième ballon.

Coupe du monde - Damian Penaud (France) échappe au plaquage de Nicolas Sanchez (Argentine)

Coupe du monde - Damian Penaud (France) échappe au plaquage de Nicolas Sanchez (Argentine)Icon Sport

13. Virimi Vakatawa (8/10)

Pari réussi pour le staff tricolore avec la titularisation du trois-quarts centre du Racing 92. Il a été un des meilleurs français, créant l'incertitude dans la défense adverse. Il a déposé un défenseur pour assurer le surnombre sur l'essai de Fickou, puis met les les Bleus dans le sens du jeu sur l'essai de Dupont, avant un passage de bras magnifique avant la pause qui aurait pu permettre aux Français de marquer un troisième essai. Moins en vue en seconde période comme l'ensemble des trois-quarts français.

12. Gaël Fickou (6/10)

Le trois-quarts centre du Stade français a réalisé une magnifique première période dans le secteur offensif en marquant un essai puis en étant impliqué sur celui de Dupont. Comme Vakatawa, il a aussi été précieux dans le secteur défensif, privant les Argentins de solutions au large. En revanche, il commet une faute évitable à moins de deux minutes du coup de sifflet final, offrant une balle de match aux Pumas. Il a pris place à l'aile lors de l'entrée en jeu de Lopez.

11. Yoann Huget (5,5/10)

L'ailier toulousain a été moins à la fête que ses partenaires de la ligne d'attaque. Il a été moins servi mais il a été appliqué sur ce qu'il avait à faire, notamment dans les tâches défensives. Un match ingrat pour Yoann Huget.

10. Romain Ntamack (6/10)

Coupe du monde - Romain Ntamack (France) plaque Marcos Kremer (Argentine)

Coupe du monde - Romain Ntamack (France) plaque Marcos Kremer (Argentine)Icon Sport

L'ouvreur tricolore n'a pas tremblé malgré une timide entame de match avec notamment un coup de pied direct en touche (2e) et un jeu au pied trop long avec un ballon qui finissait sa course dans l'en-but argentin (16e) alors qu'il y avait certainement mieux à faire. Le jeune toulousain a ensuite mieux conduit le jeu tricolore. Il a surtout été héroïque défensivement. Sauvant la patrie sous une chandelle (21e) puis en réalisant un plaquage décisif devant sa ligne d'en-but. Sa deuxième mi-temps a été plus délicate. Il est battu dans un duel aérien, ce qui permet aux Argentins de s'installer dans le camp français. Il a aussi manqué une pénalité à trois minutes du coup de sifflet final, son premier échec sur cinq tentatives. Il a terminé le match au centre après l'entrée en jeu de Lopez.

9. Antoine Dupont (6,5/10)

Auteur d'un essai, le demi de mêlée toulousain a été un des grands artisans de la très bonne première période française. Après son essai, il lançait une offensive depuis ses vingt-deux mètres en réalisant un une-deux avec Penaud. Il a tenté d'inverser la pression argentine en seconde période mais son jeu au pied n'a pas toujours été gagnant. Il a mis l'équipe en difficulté en manquant une diagonale (59e). Remplacé par Machenaud (73e)

8. Grégory Alldritt (5,5/10)

Deux balles charges en relance, après un premier quart d'heure discret. Une pénalité évitable proche de la ligne des Bleus (32e). Globalement, le Rochelais a été propre, s'est démené mais n'a que peu mis en difficulté le premier rideau défensif argentin, où sa puissance n'a pas suffit. Remplacé (62e) par Louis Picamoles (5 sur 10), aperçu sur deux charges mais également muselé par la défense argentine.

7. Charles Ollivon (6,5/10)

Une interception en début de match, quelques interventions saignantes dans la ligne en première période, avec beaucoup de vitesse. Puis, comme le reste de l'équipe de France, il s'est surtout employé à défendre dans le deuxième acte. Du bon Ollivon malgré tout.

Coupe du monde 2019 - Charles Ollivon (France) contre l'Argentine

Coupe du monde 2019 - Charles Ollivon (France) contre l'ArgentineIcon Sport

6. Wenceslas Lauret (5/10)

Lauret joue avec ses éternels points forts... et points faibles. Dans l'anonymat du combat, il fut précieux. Il est de ceux qui ont tenté d'endiguer la supériorité physique des Pumas sur les groupés-pénétrants, en deuxième période. Actif en défense. Mais toujours cette maladresse, récurrente. Encore une fois, trois en-avants à son passif dont celui de la 24e minute, sur un temps très fort des Bleus qui avaient là l'occasion de tuer le match, après une percée du duo intenable Penaud-Dupont. Dans le jeu offensif, son apport reste discutable.

5. Sébastien Vahaamahina (7/10)

Dans le combat, son apport est essentiel. Vahaamahina est un élément de base de la mêlée française et le joueur, devant, qui a le moins semblé souffrir des impacts argentins. Une belle intervention en attaque (48e) après un service de Chat et une belle passe, en suivant, pour Dupont. Un peu plus tard, son énorme intervention défensive (69e) remet les Bleus dans le sens de la marche et leur permet de récupérer une munition essentiele, à un moment où ils avaient justement la tête sous l'eau. Cette action amène le drop de Lopez, celui de la victoire. Devant, le patron, c'est Vahaa'.

Coupe du monde - Sébastien Vahaamahina (France) tente de se débarrasser de Tetaz Chaparro (Argentine)

Coupe du monde - Sébastien Vahaamahina (France) tente de se débarrasser de Tetaz Chaparro (Argentine)Icon Sport

4. Arthur Iturria (4,5/10)

Le Clermontois craignait l'épreuve de la mêlée fermée, après son replacement en seconde ligne. Cela s'est vérifié, avec des épreuves de force franchement chaotiques tant qu'il fut sur le terrain. Souvent en défaveur des Bleus. Dans le jeu, il s'est employé mais son manque de densité physique fut problématique, à commencer par la défense des groupés-pénétrants. Globalement, son positionnement n'a pas convaincu : en 2e ligne, il s'use au combat et perd de son amplitude d'action, sur les grands espaces, là où il est habituellement le plus à son aise. Remplacé tôt (55e) par Bernard Le Roux (5,5/10), dont la dimension physique a fait du bien.

3. Rabah Slimani (4,5/10)

Ses retrouvailles avec l'arbitre Angus Gardner, son bourreau régulier en mêlée fermée, étaient attendues. Et ça n'a pas manqué : 3e minute et déjà une pénalité contre le Clermontois. Slimani est alors apparu agacé. Le plus souvent, l'arbitrage s'est retourné contre lui. Une fois seulement, il a obtenu gain de cause. Mais cette fois-là compte double : devant la ligne bleue, sur un temps fort argentin juste avant la pause, la mêlée française prend le dessus et le vis-à-vis de Slimani est sanctionné. Remplacé tôt (46e) par Demba Bamba (5/10), surtout actif et propre en phases statiques mais discret dans le jeu (5/10).

2. Guilhem Guirado (5/10)

Peu d'actions saignantes à l'actif du capitaine. Du combat au sol, dans l'ombre, et sur le premier rideau défensif. En revanche, une copie impeccable en touche. Tout sauf anecdotique, on a pu le mesurer en suivant. Guirado a laissé sa place à la 47e minute à Camille Chat (3,5/10). Lequel, comme souvent, se signale par de l'activité dans le jeu courant mais des déboires trop grands en touche. Deux lancers de première importance franchement ratés. Dans un match aussi serré, le déficit est immense.

1. Jefferson Poirot (5/10)

A l'image de ses compères de la première ligne, beaucoup de cœur au combat et des difficultés en mêlée, qui ne se sont pas réglées tant que les titulaires des deux camps étaient sur le terrain. Un énorme plaquage positif sur Sanchez en début de match (7e) mais pénalisé en suivant, en mêlée (11e). Remplacé (68e) par Cyril Baille (5,5/10) qui s'est beaucoup employé dans les rucks. Avec succès. S'il n'y a pas récupéré de ballons, il a ralenti beaucoup de sorties de balle argentines dans une fin de match à pression

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0