Rugbyrama

Un jour, un joueur : Iturria, grandir et s'imposer (15/37)

Un jour, un joueur : Iturria, grandir et s'imposer (15/37)
Par Rugbyrama

Le 26/08/2019 à 14:34Mis à jour Le 26/08/2019 à 15:18

COUPE DU MONDE 2019 - Un jour, un joueur : à quelques semaines de la Coupe du monde, Rugbyrama vous fait découvrir les 37 joueurs de l'équipe de France. Grand espoir du rugby Français et de l'ASM, Arthur Iturria s'impose chaque match un peu plus dansson club et en équipe nationale. Entre déceptions et moments de joies, le troisième ligne devient une référence à son poste dans l’hexagone.

Février 2018 : la sortie d'Edimbourg , une erreur qui fait grandir

Il est l'une des nouvelles têtes de l'équipe de France et, si son talent n'est pas (ou presque plus à prouver) il fait parlé de lui pour une "petite" affaire extra-sportive. À 23 ans, il a fait partie des huit joueurs exclus du groupe France suite à la soirée d'Édimbourg après la défaite en Ecosse. "Il y a eu un tas de conneries de dites autour de mon cas, après cette nuit d’Édimbourg, lance-t-il. J’avais besoin de communiquer vis-à-vis de ma famille. Mon père a reçu une quantité immense de messages. Plein de gens me questionnaient. J’avais besoin de leur dire la vérité." , a-t-il déclaré à Midi Olympique.

En cause, une blessure au visage qui, selon lui, était due à une chute sur sa table de nuit de son hôtel en rentrant de cette soirée. "Je suis sorti avec une partie de l’équipe. Et je suis rentré aux alentours de 3 heures à l’hôtel. Quand je suis arrivé," Vahaa", avec qui je partageais la chambre, a été surpris dans son sommeil. Il s’est retourné et a allumé la lumière. Je lui ai dit d’éteindre, que ce n’était que moi. Ce qu’il a fait. Et j’ai sauté dans mon lit. Sauf que je n’ai pas sauté sur le lit mais à côté. Et je me suis ouvert le visage en heurtant l’angle de la table de nuit."

6 Nations 2019 - Arthur Iturria (France) contre l'Ecosse

6 Nations 2019 - Arthur Iturria (France) contre l'EcosseIcon Sport

Une histoire qui peu faire rire, mais qui, dans le monde du rugby professionnel n'a amusé personne. Il le sait, il a "fait une connerie"et s'en excuse. "Des sorties, il y en a toujours eues. Après des victoires mais aussi après des défaites. Ça fait partie du rugby et j’ose espérer que personne ne me contredira là-dessus. Le problème, c’est qu’il y a eu plusieurs incidents au cours de cette soirée. Au final, le résultat est impardonnable. Dès lors, forcément que je regrette cette sortie. J’ai contribué à donner une mauvaise image du XV de France et j’ai donné une mauvaise image de moi-même. Je ne peux que le regretter. Si c’était à refaire, bien sûr que je ferais les choses autrement". Avant d'ajouter "Je ne conteste absolument pas d’avoir été mis à l’écart de l’équipe de France. C’est normal. Nous étions tout de même à huit défaites d’affilée… Non seulement je comprends le choix, mais je le trouve même normal."

Aujourd'hui, tout le monde lui pardonne, ses performances avec le XV de France parle pour lui, il ne lui reste plus qu'à écrire sa propre histoire dans le monde du rugby.

Fin d'année 2018 : passage de la deuxième à troisième ligne

Alors qu'on présentait le joueur comme l'avenir en deuxième ligne à ses débuts, son repositionnement en troisième ligne aile semble faire le bonheur de son club mais aussi de l'équipe de France. Dans les pages de La Montagne, le joueur se livre sur ce changement de poste. "Je me sens plutôt bien. Je suis content d'avoir pu jouer au niveau international. J'ai vu ce qu'il me manquait à accomplir avant de pouvoir prétendre au plus haut niveau. A chaque match je prends de l'expérience à ce poste-là. C'est ce que je cherche actuellement. Enchaîner les matchs, jouer et continuer à me faire plaisir. Tant que cela se passe comme ça, je suis content." Avant d'ajouter, "Pour le moment, j'ai envie de jouer en troisième ligne. Après je ne suis pas bloqué pour jouer en deuxième ligne. Mais je ne suis pas une priorité pour évoluer à ce poste-là. On enregistre le retour d'éléments comme Paul (Jedrasiak) qui est spécialiste du poste et qui a besoin de jouer. Donc voilà, je peux évoluer en deuxième ligne, mais au jour d'aujourd'hui je ne pense pas être une priorité. J'ai la chance de pouvoir basculer en troisième ligne donc j'en profite. "

À l'heure actuelle, le troisième ligne de l'équipe de France semble largement satisfaire le staff à ce poste là. Mais la suite de l'aventure Bleue pourrait remettre en question ce repositionnement.

Novembre 2018 : Iturria prouve toute sa générosité en troisième ligne

On joue la 57e minute et Kolbe entre en jeu. Le Top 14 le connaît et a peur de ses accélérations. Les spectateurs ne se trompent pas, et, à chaque prise de ballon, le Stade de France retient son souffle. Voilà que la 69e minute arrive, que l'ailier de poche entame une pointe de vitesse qui laisse tout le monde sur place. Le long de la touche, il fait un véritable festival, tout le monde le voit dans l'en-but pour faire passer l'Afrique du Sud devant au score. Mais c'est sans compter sur le retour improbable du troisième ligne français qui impressionne tout le monde sur sa course. Au moment d'aplatir, c'est un retour miraculeux qui vient taper dans le ballon et empêcher la conclusion. La mêlée de l'Afrique du Sud est ensuite pénalisée.

Février 2019 : Son coup de gueule envers Guy Novès

Arthur Itturia, c'est ce mètre 98 pour 112 kilos. Il se fait remarquer sous les couleurs de l'ASM pour intégrer le groupe France en 2018. Si aujourd'hui sa place dans le groupe France ne fait plus débat, il garde un souvenir amère à ses débuts sous l'ère Novès. Il n'hésite pas à pousser un coup de gueule, expliquer et revenir dans les colonnes de l'Equipe sur ce qui, pour lui, a été une grande déception.

"Guy Novès et son staff avaient voulu me tester car j’avais fait un bon début de saison en Top 14. Voir un joueur sur neuf minutes, je ne vois pas trop l’intérêt. J’ai été sorti du groupe après ce match et je suis rentré gentiment à Clermont. C’était dur. Vous ne pouvez pas juger un joueur sur dix minutes. Je n’ai pas compris. Et les manières de faire ne m’ont pas plu. J’aime bien quand on discute et je pense qu’on doit expliquer au joueur pourquoi on le met de côté. Là, non, et ça m’a fait chier, clairement. Mais ça m’a servi, je suis rentré en club, j’ai repris ma saison avec Clermont comme il se devait. C’était un mal pour un bien et ça ne m’empêche pas d’être revenu aujourd’hui."

Coupe du monde : Arthur Iturria, le remplaçant de luxe ?

Avec la suspension probable de Gabrillagues (en attente de la réponse de l'appel auprès de la commission) il n'est pas impossible de voir Arthur Iturria basculer de nouveau dans la cage. Son activité impressionnante sur le terrain en fait un élément indispensable des Bleus mais sa capacité à tenir les postes de deuxième et troisième ligne pourrait faire de lui un remplaçant malgré lui. En attendant de savoir si une telle option sera possible, il reste encore un grand espoir du rugby français à un poste qui ne manque pas de talents avec Alldritt, Ollivon ou encore Cros.

La décla :

" La saison a été très, très longue, d'autant plus que c'était la première complète avec mon club mais aussi avec des échéances internationales. Je ne l'ai pas bien vécu et je suis arrivé sur la fin sur les rotules. Ça aurait pu tenir 80 minutes de plus mais ça n'a pas été le cas. Ça m'a mis un petit pet au moral mais voilà je me suis juste déchiré un ischio. Ça aurait pu être pire et aujourd'hui je suis content de pouvoir courir normalement. J'espère que ça va tenir. "

Arthur Iturria, né le 13 mai 1994 à Bayonne

Deuxième ligne / troisième ligne , 1,98m – 112 kg

Clubs : Clermont (2015... 8 essais)

En équipe de France : 12 sélections

Palmarès : Champion de France 2017 avec l'ASM, Challenge Européen 2019.

Crédit photo de couverture : Inigo Brothers

Dylan MUNOZ

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0