Other Agency

Un jour, un joueur : Camara, retour en trombe (22/37)

Un jour, un joueur : Camara, retour en trombe (22/37)
Par Rugbyrama

Le 02/09/2019 à 12:07Mis à jour Le 02/09/2019 à 12:17

COUPE DU MONDE 2019 – Un jour, un joueur : à quelques semaines de la Coupe du Monde, Rugbyrama vous fait découvrir les 37 joueurs de l'équipe de France. Gravement blessé en 2018 contre l'Angleterre, Yacouba Camara a réalisé une vraie course contre-la-montre afin de participer au Mondial. Reste à savoir si Jacques Brunel le convoquera ce soir.

2012-2013 : des débuts prometteurs avec Massy

C'est à 18 ans seulement que Yacouba Camara fait ses premiers pas avec l'équipe Une de Massy. Après être passé par l'AC Bobigny, il intègre ce grand club formateur à 15 ans. Les Massicois lui font confiance et placent en lui beaucoup d'espoir. Déjà impressionnant physiquement, sa capacité d'adaptation au haut niveau lui permet de se révéler très rapidement. À tel point qu'il est surclassé avec l'équipe de France moins de 20 ans.

Après seulement cinq petites rencontres avec les Essoniens, le Stade Toulousain se penche sur son profil. Et dès le mois d'avril, les Haut-Garonnais décident de l'engager. Il est ainsi présenter comme le nouveau Yannick Nyanga.

2013-2014 : la révélation toulousaine

Lors de son arrivée dans la ville Rose, personne ne sait vraiment à quoi s'attendre avec Yacouba. Et pourtant, il se signale très rapidement. Titulaire dès la première journée face à l'UBB, ses qualités de défenseur lui permettent de s'affirmer dans le système rouge et noir. Surtout, malgré son jeune âge, il dégage beaucoup de sérénité et de puissance dans ses prises de balle. Les blessures de Lamboley et du capitaine Dusautoir lui permettent de devenir un joeur cadre du groupe. Et son premier essai contre Castres vient taire tous ses détracteurs : oui, Yacouba Camara est largement capable de rivaliser avec les meilleurs. Surtout que les blessures de Louis Picamoles et de Yannick Nyanga confortent sa place.

Au final, dès sa première saison, il joue vingt-quatre matchs dont quatre en Heineken Cup et marque deux essais. Surtout, il devient l'un des meilleurs plaqueurs du Top 14 et constitue l'avenir du Stade Toulousain.

2015-2016 : un nouveau statut d'international

La saison suivante est un peu plus difficile car le retour en force des internationaux frein son ascension. Un temps de jeu réduit, des performances un peu moins impressionnantes et déjà un statut remis en question. Pourtant, statistiquement parlant, l'exercice n'est pas mauvais pour Camara qui joue quinze rencontres et se voit même convoqué avec les Bleus pour les tests de novembre (sans jouer pour autant). Mais ses pépins physiques ne lui permettent pas de passer un cap.

C'est finalement la saison 2015-2016 qui permet au troisième-ligne d'exploser. En profitant du départ de Nyanga et d'autres joueurs au Mondial, il retrouve une place de troisième-ligne et redevient cet espoir français sur qui on mise beaucoup. Puis, le Tournoi des 6 Nations arrive et Philippe Saint-André le convoque (enfin) en équipe de France. Le 6 février 2016, son premier match contre l'Italie suscite de nombreuses réactions positives. Ce qui lui vaut une titularisation la semaine suivante contre l'Irlande.

Cette saison-là reste définitivement la meilleure pour le natif d'Aubervilliers puisqu'il passe de simple espoir à international. Le prodige est en route, mais doit faire attention et rester régulier. Surtout, il espère que les blessures le laisseront tranquille.

2017-2018 : se relancer à Montpellier

Et ce qui devait arriver arriva... La saison suivant, Camara ne dispute qu'une dizaine de matchs puisqu'il passe un gros bout de l'exercice à l'infirmerie. La confirmation est donc manquée et l'ancien massicois est plongé dans le doute. Il n'arrive pas vraiment à retrouver son niveau et estime qu'il est temps de « découvrir autre chose, un nouveau mode de fonctionnement ». Il décide alors de signer avec le Montpellier Hérault Rugby et devient un des plus gros salaires du Top 14. Mohed Altrad attend beaucoup de son nouveau troisième-ligne. Très en vue en Champions Cup, Camara l'est un peu moins en championnat puisqu'il n'est titularisé qu'à six reprises.

Pourtant, malgré des performances assez ternes, il continue d'être appelé avec l'équipe de France, que ce soit lors des tests ou du VI Nations. Mais c'est justement lors de ce Tournoi 2018, contre l'Angleterre qu'il est victime d'une grave blessure au genou.

2018-2019 : la course contre-la-montre

Après avoir vécu des mois bien difficiles, Yacouba fait son retour dans le groupe contre Agen fin 2018. De là démarre une véritable compétition pour lui. Un défi qu'il ne veut pas manquer. "Jouer le Mondial c'est dans un coin de ma tête mais je dois être performant déjà avec mon club". Seize titularisations sur la saison plus tard, Camara réussit son pari : être convoqué par le staff de Jacques Brunel pour préparer le Mondial. Un véritable miraculé mais qui a tout donné pour en arriver là.

Après avoir relevé ce défi, l'heure est venu pour lui de savoir s'il participera à cette Coupe du Monde ou non. Réponse ce soir.

La décla' :

" Je me sens un peu stressé avant l'annonce. J'espère faire partie des heureux"

La fiche technique :

Yacouba Camara, 25 ans (né le 2 juin 1994 à Aubervilliers)

Troisième-ligne, 1,95m pour 112 kg

Clubs : Massy jusqu'en 2013. Toulouse de 2013 à 2017. Montpellier de 2017 à aujourd'hui.

Palmarès : Néant

Mathieu Vich

Crédit photo de couverture : Inigo Brothers

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0