Icon Sport

Read, Best, Guirado, Pocock... Ciao les "Monstres"

Read, Best, Guirado, Pocock... Ciao les "Monstres"
Par Rugbyrama

Le 03/11/2019 à 17:46Mis à jour Le 03/11/2019 à 17:50

COUPE DU MONDE 2019 - À l'issue de ce Mondial, nombreuses sont les légendes de ce jeu qui ont déjà annoncé vouloir raccrocher leurs crampons internationaux. Les Blacks seront les plus impactés quand la France perdra, elle, son emblématique capitaine Guilhem Guirado. C'est aussi ça, la fin d'un Mondial. Voici la liste de ceux qui arrêtent officiellement.

Ben Smith (Nouvelle-Zélande)

Son ultime match sous le maillot de la fougère, vendredi face aux Gallois, est là pour le rappeler. Ben Smith reste un magnifique joueur d'instinct dont on a souvent venté la sureté sous les ballons hauts et l'habilité technique, mais qui dispose aussi de qualités offensives exceptionnelles. Dans un Mondial où il fut très peu utilisé, on retiendra donc sa petite finale lors de laquelle il fut remarquable sur son aile, notamment sur son essai où il dépose Tomos Williams grâce à un raffut autoritaire en plein visage! Et si les Blacks regretteront son sens du timing, c'est la Section Paloise qui se frotte les mains puisqu'elle l'accueillera bientôt dans le Béarn, et ce, jusqu'à la fin de la saison.

Ben Smith (Nouvelle-Zélande)

Ben Smith (Nouvelle-Zélande)Icon Sport

Sonny Bill Williams (Nouvelle-Zélande)

Il restera probablement le plus bel athlète de l'histoire de ce jeu. Un phénomène physique et technique, inconnu du grand public à XV et débarqué sur la Rade en 2008, et qui aura au fil de sa carrière sous le maillot noir, décroché pas moins de 57 sélections et deux titres de champions du Monde. Comme souvent majoritairement utilisé comme impact player lors de ce Mondial japonais, SBW aura, dans son style, été encore une fois brillant. Passé par le XIII ou le VII, l'ancien boxeur devrait prolonger ses expériences cette fois du côté du continent Américain, où la franchise de Toronto lui proposerait de devenir le joueur le mieux payé de l'histoire du rugby. Affaire à suivre pour celui qui n'aura jamais fini de nous surprendre. Salut l'artiste.

Coupe du monde 2019 - Sonny Bill Williams (Nouvelle-Zélande) et sa médaille de bronze

Coupe du monde 2019 - Sonny Bill Williams (Nouvelle-Zélande) et sa médaille de bronzeIcon Sport

Kieran Read (Nouvelle-Zélande)

Le capitaine des Blacks quitte lui aussi le circuit international. Après 126 sélections, c'est un monstre sacré que vont perdre là les Néo-Zélandais. Considéré comme le meilleur numéro 8 de la planète, Read restera ce formidable trieur de ballons, toujours propre ballon en main, rude en défense mais aussi ce magnifique meneur d'hommes. On l'aura d'ailleurs vu sortir très marqué de la demi-finale face à l'Angleterre. Qui sera son successeur au capitanat? On parlerait de Sam Whitelock. La tâche ne sera en tout cas pas aisée.

Coupe du monde 2019 - Kieran Read (Nouvelle-Zélande) après la petite finale contre Galles

Coupe du monde 2019 - Kieran Read (Nouvelle-Zélande) après la petite finale contre GallesIcon Sport

Ryan Crotty (Nouvelle-Zélande)

Voilà un joueur découvert sur le tard et dont on parle peu. S'il n'aura pas eu la sortie qu'il aurait mérité en n'ayant perdu sa place de titulaire lors de cette coupe du Monde, Crotty a tout de même rappelé a tout le monde pourquoi il était le leader de défense des Blacks depuis 2015. Toujours propre, toujours bon, nul doute que sa science du jeu manquera chez les triples champions du Monde, bien que la relève au poste soit là en la présence de Lienert-Brown ou Goodhue par exemple.

Coupe du monde 2019 - Ryan Crotty (Nouvelle-Zélande)

Coupe du monde 2019 - Ryan Crotty (Nouvelle-Zélande)Icon Sport

Guilhem Guirado (France)

Le futur montpelliérain aura mené son groupe autant que possible durant ce Mondial japonais. Critiqué en interne et en désaccord avec le staff, le talonneur a pourtant toujours montré l'exemple, sur comme en dehors du terrain. Et s'il n'avait probablement pas la puissance d'un Camille Chat, l'ancien toulonnais a toujours comblé ses lacunes par une envie débordante et un leadership incontestable. Merci pour tout, capitaine.

Coupe du monde 2019 - Guilhem Guirado, Jefferson Poirot et Rabah Slimani (France)

Coupe du monde 2019 - Guilhem Guirado, Jefferson Poirot et Rabah Slimani (France)Icon Sport

Rory Best (Irlande)

Véritable symbole de cette Irlande ultra-propre en conquête, le capitaine des Verts prend lui aussi sa retraite internationale à l'issue de ce Mondial. Et quand on pense à la manière dont l'Irlande s'est faite écrasée par les Blacks en quart, on ne peut s'empêcher de se dire qu'une telle légende en son pays aurait mérité une meilleure sortie. Le plus dur pour l'Irlande sera de le remplacer, d'autant que d'autres cadors du rugby celte quitteront le navire eux aussi. On ne remplace pas comme cela un joueur à plus de 120 sélections.

Tournoi des 6 Nations 2019 - Jonathan Sexton félicité par Rory Best (Irlande) pour avoir marqué le second essai contre la France

Tournoi des 6 Nations 2019 - Jonathan Sexton félicité par Rory Best (Irlande) pour avoir marqué le second essai contre la FranceIcon Sport

Juan Manuel Leguizamon (Argentine)

Voilà un monument du rugby argentin qui prend sa retraite. Et quelle longévité pour ce rugueux troisième ligne passé par le Stade Français notamment, doué techniquement et révélé aux yeux du monde du rugby lors du Mondial 2007 en France, dont il était, à 36 ans, le dernier survivant. Au Japon, Leguizamon a montré lorsqu'il était sur le terrain qu'il avait encore de beaux restes. On ne glane pas quatre participations en coupe du Monde ainsi que 87 sélections pour rien.

Coupe du monde 2019 - Juan Manuel Leguizamon (Argentine) contre les États-Unis

Coupe du monde 2019 - Juan Manuel Leguizamon (Argentine) contre les États-UnisIcon Sport

Sekope Kepu (Australie)

Voilà encore un joueur passé par la France, qui avait certes perdu sa place dans le groupe australien au Japon au profit de joueur plus jeunes et véloces comme Alaalato'a ou Tupou, mais qui restera un excellent pilier droit doté d'aptitudes exceptionnelles pour le poste. Premier pilier de l'histoire des Wallabies à avoir atteint la barre des 100 sélections, le solide joueur des Waratahs rejoindra l'Europe et les London Irish pour un dernier challenge à l'étranger.

Coupe du monde 2019 - Sekope Kepu (Australie)

Coupe du monde 2019 - Sekope Kepu (Australie)Icon Sport

David Pocock (Australie)

La classe. Rien de plus concret pour définir celui qui fut et restera probablement le meilleur gratteur de l'histoire de ce jeu, aussi rugueux et efficace sur le terrain, que classe et engagé en dehors. Avec ses bras à faire pâlir un bodybuilder (1m84 pour 115 kg), et son énergie toujours débordante, Pocock a souvent sorti l'Australie de bien mauvais pas, lors desquelles son association avec Hooper sur les flancs de la troisième ligne a toujours impressionné. Un joueur souvent blessé, aussi, un temps même annoncé fini pour le rugby, mais dont l'abattage sur le terrain a parfois expliqué cela. Trois coupes du Monde de disputées et 83 sélections. Un monsieur.

Coupe du monde 2019 - David Pocock (Australie)

Coupe du monde 2019 - David Pocock (Australie)Icon Sport

Sébastien Vahaamahina (France)

Cas particulier mais qui mérité évidemment d'être cité. Le deuxième ligne de 28 ans arrête sa carrière lui aussi après ce Mondial Japonais. Officiellement, il s'agit d'une décision prise depuis longtemps par le joueur de l'ASM. Dans les faits, il paraît difficile de ne pas faire un lien entre son geste face au Gallois et ses conséquences, et l'annonce de sa retraite prématurée.

Théo Fondacci

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0