Midi Olympique

Premier galop des Bleus

Premier galop des Bleus

Le 13/09/2019 à 11:06Mis à jour Le 13/09/2019 à 11:21

COUPE DU MONDE 2019 - Ce vendredi matin, les Bleus se sont livrés à un entraînement dirigé contre la franchise de Top League japonaise de Yamaha Jubilos qui, pour l'occasion, avait spécialement repris l'entraînement un mois en avance. Et voici ce qu'il en est ressorti...

J'ai deux nouvelles pour vous : une bonne, et une moins bonne. La bonne, c'est que les Bleus ont remporté (largement) leur premier match sur le sol japonais. La moins bonne ? C'est que ce match comptait pour du beurre... En effet, après un début de semaine essentiellement consacré à absorber le décalage horaire et à remettre progressivement les machines en route, les Bleus ont effectué, ce vendredi matin, un entraînement dirigé contre l'équipe professionnelle des Yamaha Jubilos, finalistes malheureux du championnat national nippon de 2015. Une opposition à laquelle les médias n'étaient malheureusement pas conviés...

La conférence de presse qui fut donnée en suivant a tout de même permis d'en apprendre un peu plus sur cette opposition mystère. Au total, la séance a duré un peu plus d'une heure et demie. Le staff avait dans l'idée de rester sur un format de match, soit 80 minutes, mais découpé en quart temps afin de procéder à un maximum de changements. Avec un tel roulement, aucune indication donc sur une éventuelle composition d'équipe pour l'Argentine n'a donc filtré...

Quid du contenu ? Selon les témoignages, la séance fut constructive, la victoire large, mais l'opposition modeste : "Nous avons gagné mais je n'ai aucune idée du score". Le niveau de l'opposition était tout de même assez inférieur, expliquait Arthur Iturria, qui en profitait au passage pour saluer l'amabilité de ses hôtes : " Ils avaient repris l'entraînement un mois en avance juste pour nous, pour se préparer pour cette opposition. C'était déjà très gentil à eux d'avoir eu une telle démarche. " Même écho du côté de Camille Chat : "Il a plu donc ce n'était pas du très grand rugby et le rythme n'a pas été très élevé. On était loin du niveau international, et même du rythme que nous avons l'habitude d'avoir à nos entraînements. Le premier quart temps a été très engagé, ensuite cela a été plus facile pour nous. "

Quand les Jubilos jouent aux Pumas...

Un technicien vous dirait toutefois que cette séance a été productive car elle a contraint les Bleus à s'adapter à plusieurs facteurs : un nouvel adversaire (cette fois totalement inconnu), un nouvel arbitrage ainsi que des conditions humides que les Bleus n'ont pas eu l'occasion d'avoir tout au long de leur préparation : "Le premier intérêt, c'était de s'entraîner entre nous et pas les uns contre les autres, comme on le fait d'habitude", confirmait Iturria. "En Espagne il faisait toujours très chaud alors qu'ici le temps est très changeant. Le ballon est très glissant, et il nous est arrivé de nous entraîner sous un énorme orage. Cela nous a fait bizarre... Mais il va falloir s'adapter, en raccourcissant les passes, être plus vigilant à la réception du ballon ou monter encore plus vite pour mettre plus de pression à l'adversaire. Ce n'est pas le même jeu", reprenait Camille Chat. L'autre bonne nouvelle du jour, c'est qu'aucun joueur ne s'est blessé. Seuls Wesley Fofana (béquille) et Jefferson Poirot (lumbago) n'ont pas pris part à cette opposition et se sont entraînés de leur côté.

Il n'en reste pas moins que cette large victoire ne fera pas long feu dans les mémoires des Tricolores : "Je ne me leurre pas : l'adversité n'avait vraiment rien à voir avec le niveau international et ce qu'on va rencontrer dès la semaine prochaine. Il ne faut surtout pas s'arrêter sur cette opposition et se contenter des bonnes choses qu'on a pu produire", avertit le Clermontois. "Cela tapait moins fort que contre l'Italie", ajoute Chat. Mais au moins, les Bleus ont travaillé. Et bien en plus. Car non content de réviser tous les lancements de jeu qu'ils ont prévu face aux Pumas, leurs adversaires du jour ont accepté de se glisser dans la peau des Argentins : "On ne nous a pas dit si les Japonais ont eu pour consigne de jouer comme l'Argentine mais je le pense, oui. Vu leurs gabarits, le style de jeu choisi n'était pas très adéquat.... (Il sourit) Je pense donc qu'ils avaient eu des consignes, effectivement. Et franchement, il faut les remercier d'avoir jouer le jeu. Avec mon physique, je suis bien placé pour le savoir : si on m'avait demander de foncer droit dans un mur pendant 80 minutes pour que les mecs en face travaillent, je ne sais pas si cela m'aurait fait rire. Les pauvres, ils ont pris quelques caramels... Mais ils ont joué le jeu. Il faut les remercier pour cela." Espérons que nos Bleus se montreront tout aussi généreux en caramels face aux redoutables Pumas...

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0