Icon Sport

Pourquoi Ioane n’est plus un premier choix pour Hansen

Pourquoi Ioane n’est plus un premier choix pour Hansen

Le 22/10/2019 à 11:21

COUPE DU MONDE 2019 - Redoutable finisseur et titulaire quasi indiscutable avec les All Blacks en 2017 et 2018, Rieko Ioane (22 ans) a perdu sa place juste avant la Coupe du monde au profit de George Bridge (24 ans). Hautement concurrentielle, la sélection néo-zélandaise est impitoyable.

La Nouvelle-Zélande est une équipe à part dans le microcosme rugbystique et se distingue à bien des égards. Quelle autre nation pourrait en effet se passer des services de Rieko Ioane, l’homme qui, à l’instar de Sitiveni Sivivatu ou Joe Rokocoko en leur temps, a explosé les compteurs avec 22 essais lors de ses 21 premières sélections sous le maillot noir ? Depuis le début de la Coupe du monde, le génial ailier n’a pu s’exprimer que contre le Canada (63-0) et la Namibie (71-9), regardant les deux gros matchs, en préambule face à l’Afrique du Sud (23-13) et samedi dernier en quart de finale contre l’Irlande (46-14), depuis les tribunes. Sauf improbable revirement de situation, ce sera encore le cas samedi en demie contre l’Angleterre.

La conséquence d’une brouille avec le grand chef ? Pas du tout. Seulement un choix purement sportif de Steve Hansen, qui lui préfère désormais George Bridge, vainqueur du Super Rugby avec les Crusaders. Une décision forte, potentiellement étonnante, mais qui n’émeut personne au pays du long nuage blanc : "Je comprends que, de l’extérieur, ce changement soudain puisse paraître surprenant, mais il ne prête pas à débat chez nous, nous assure un journaliste neo-zélandais grand suiveur des doubles champions du monde. La sélection est très relevée et ce que les joueurs ont pu réussir par le passé n’est pas une garantie pour eux de rester dans l’équipe. On l’a vu encore récemment avec Julian Savea, au top avec les All Blacks en 2015 et qui a soudainement disparu des radars". Un ailier, là encore, descendu de son piédestal après avoir été pourtant magistral lors de la dernière Coupe du monde.

" C’est un luxe de pouvoir faire ce type de choix"

Personne n’aurait toutefois misé un kopeck, il y a tout juste un an, sur le déclassement de Rieko Ioane, quand ce dernier flambait encore avec les Blacks et que George Bridge les rejoignait tout juste. Un doublé en une mi-temps pour sa première sélection face au Japon (69-31), une saison pleine de Super Rugby avec les Crusaders, un essai et une prestation très convaincante cet été contre l’Australie (36-0) pour sa première titularisation, puis un quadruplé face aux Tonga (92-7) juste avant le départ pour le Japon ont acté la prise de pouvoir éclair du joueur de Christchurch. Et convaincu Steve Hansen de l’associer à Sevu Reece sur les ailes dans son quinze-type, aux dépends d’un Ioane un peu moins prolifique ces derniers temps.

Coupe du monde 2019 - George Bridge (Nouvelle-Zélande) contre l'Irlande

Coupe du monde 2019 - George Bridge (Nouvelle-Zélande) contre l'IrlandeIcon Sport

"L’état de forme est un critère très important, a expliqué ce mardi le sélectionneur neo-zélandais. Quand vous faites une sélection, vous devez laisser une petite marge de manœuvre pour les nouveaux joueurs et une pour les plus anciens. Rieko a été un joueur fantastique. Il l’est toujours. Mais George Bridge a aussi été particulièrement bon durant la saison. Lorsqu’on lui a donné sa chance, contre le Japon, il a été excellent. Il a mérité de rester dans le groupe avec nous cet été. Il a, depuis, montré qu’il était plus en forme que Rieko et c’est pourquoi il est devant aujourd’hui. Je crois que c’est un luxe de pouvoir faire ce type de choix car tous les deux sont de superbes joueurs de rugby".

Un choix de riche, audacieux mais payant avec deux essais inscrits en trois matchs pour Bridge, dont le tout premier des All Blacks dans ce Mondial, contre l’Afrique du Sud. Au-delà des chiffres, sa complémentarité avec Reece, sa vitesse et sa capacité à peser sur les défenses dans les 22 mètres grâce à son gabarit (1,86m, 95 kg) font de lui une arme redoutable. Et très certainement redoutée par les Anglais pour l’énorme choc annoncé samedi à Yokohama.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0