Icon Sport

Petaia, un rookie au centre de l’attaque des Wallabies

Petaia, un rookie au centre de l’attaque des Wallabies

Le 18/10/2019 à 14:57

COUPE DU MONDE 2019 - Pour affronter l’Angleterre ce samedi en quart de finale de la Coupe du monde, Michael Cheika a pris le pari de titulariser le juvénile Jordan Petaia (19 ans). Après deux premières sélections à l’aile, le prodige des Queensland Reds démarrera au centre.

Lors du dernier sacre australien en Coupe du monde, le 6 novembre 1999, Jordan Petaia se développait encore dans le ventre de sa mère. Il naîtra quatre mois plus tard et n’attendra même pas vingt ans pour écrire à son tour une belle page du rugby aussie. Emmené au Japon un an et demi seulement après avoir débuté chez les professionnels avec les Queensland Reds, en Super Rugby, le deuxième plus jeune joueur toutes nations confondues de ce Mondial 2019 restera à jamais le premier né au troisième millénaire à avoir inscrit un essai en Coupe du monde. C’était le 5 octobre dernier face à l’Uruguay (45-10) pour sa grande première avec les Wallabies, repoussée jusqu’à ce troisième match de poules à cause d’une blessure à la cuisse.

Deux semaines plus tard, après un seul galop d’essai supplémentaire contre la Géorgie (27-8), le voilà propulsé titulaire pour le quart de finale face à l’Angleterre. Au centre, lui qui avait évolué à l’aile face aux Teros et aux Lelos. Une pression lourde pour de si jeunes épaules.

"S’il est prêt ? Bien-sûr que je le pense, puisqu’on l’a choisi, nous répond son sélectionneur Michael Cheika dans un français toujours aussi maîtrisé. Sur ce qu’il nous montre, il ne semble pas écrasé par la pression et reste le même garçon jour après jour. Il est bien préparé tactiquement et physiquement. Il s’appuie pas mal sur sa force physique mais il sait aussi bien lire le jeu, que ce soit défensivement ou offensivement. Il sera certainement précieux samedi dans un match où cela ira très vite. Il allie puissance, vélocité et intelligence de jeu donc il peut très bien gérer dans son secteur". Plutôt bien vendu, le gamin !

" Il peut rapidement devenir un des meilleurs joueurs du monde"

Sa titularisation aux dépends de James O’Connor (sur le banc) et qui a impliqué la mise hors-groupe de joueurs très expérimentés comme Tevita Kuridrani (58 sélections) et Dane Haylett-Petty (31 sélections), était le sujet central de l’annonce de la composition australienne ce jeudi dans le cadre champêtre du Matsuoka Ground d’Oita.

La joie de Samu Kerevi et des Australiens face aux Fidji

La joie de Samu Kerevi et des Australiens face aux FidjiGetty Images

Les six joueurs venus se présenter face aux médias, pas plus que Michael Cheika, n’ont échappé aux questions de la presse aussie. Surtout pas Samu Kerevi, son partenaire au centre samedi. "Jordan est un vrai talent, il est facile sur le terrain. C’est un très bon défenseur et en ce qui concerne l’aspect offensif, il n’y a qu’à lui donner le ballon et le laisser faire, il est hyper dangereux ballon en mains. Je suis donc impatient de le voir à l’œuvre. Pas seulement samedi, mais pour tout le reste de sa carrière".

Promis à un avenir radieux, et tout talentueux qu’il est déjà, Petaia n’en reste pas moins un joueur de 19 ans que ses partenaires les plus chevronés devront encadrer et rassurer. "Je crois que la meilleure chose à faire pour nous, les "anciens", avec un jeune comme Jordan est de le mettre suffisamment à l’aise pour qu’il puisse être lui-même, à l’intérieur du groupe et sur le terrain, assure le demi de mêlée Will Genia (31 ans, 109 sélections). Si c’est le cas samedi, ce sera une bonne nouvelle car je suis persuadé qu’il peut rapidement devenir un des meilleurs joueurs du monde". Réussir son quart de finale contre les Anglais serait déjà une première très belle étape.

Contenus sponsorisés