Other Agency

Hagibis, Sanchez et Biggar... Les 5 Flops de la coupe du Monde

Hagibis, Sanchez et Biggar... Les 5 Flops de la coupe du Monde
Par Rugbyrama

Le 05/11/2019 à 17:34Mis à jour Le 06/11/2019 à 10:18

COUPE DU MONDE 2019 - Après le mieux vient le moins bien. Si de très belles choses se sont déroulés dans cette édition japonaise, il y a aussi eu des déceptions. L'élimination italienne ou encore l'affaire uruguayenne à Kumamoto. Flashback.

  • Nicolas Sanchez

L'ouvreur argentin est passé a côté de son Mondial. Il a été en dessous contre l'équipe de France, avec beaucoup de déchets dans le jeu et deux échecs face aux perches qui s'avèreront décisifs. Il a été placé sur le banc lors du match suivant face aux Tonga, où il ne fait pas une entrée remarquée avant d'être exclu du groupe pour le match contre l'Angleterre. Son installation au poste ne faisait pas l'unanimité dans le groupe pumas, les joueurs demandant la titularisation de Benjamin Urdapilleta.

  • L'Irlande

Deuxième du classement World Rugby au lancement de la compétition, l'Irlande n'a pas assumé son statut. Surpris par les Brave Blossoms, ils sont tout de même parvenu à sortir de poule sans se rassurer avec un match référence. Un manque de confiance et des cadres vieillissants, les Verts n'ont rien pu faire face au rouleau compresseur néo-zélandais en quart de finale. Même si elle reste une grande nation du rugby, c'est un nouvel échec dans cette compétition.

  • L'Italie éliminée sur tapis vert

La Squadra Azzurra méritait une autre fin. Après avoir fait le travail face aux petites nations de sa poule, l'Italie s'est incliné contre les futurs champions du monde. Alors bien sûr qu'elle s'avérait trés compliqué contre des All Blacks ultra dominateurs, bien sur que la victoire relevait à minima d'un exploit, mais n'allez pas dire à Sergio Parisse ou Leonardo Ghirladini que la qualification était impossible. Le typhon Hagibis et donc l'annulation de la rencontre Nouvelle-Zélande / Italie a brisé les rêves des Italiens. "Nous étions prêts à jouer dans toutes les conditions : à huis clos, le vendredi soir ou le dimanche après-midi. Même dans une cour. Jouer. Nous ne demandions rien d’autre" expliquait le futur toulonnais.

Coupe du monde 2019 - Sergio Parisse (Italie)

Coupe du monde 2019 - Sergio Parisse (Italie)Getty Images

  • La gestion du cas Dan Biggar

La santé des joueurs, voilà la priorité affichée de toutes les instances du rugby au niveau national ou mondial. Et pourtant, c'est un bien triste exemple que celui du demi-d'ouverture gallois Dan Biggar. Touché après un choc à la tête contre l'Australie, il n'avait pas pu regagner le terrain échouant au protocole commotion. Dix jours plus tard contre les Fidji, il avait été titularisé. Durant le match, un choc avec Liam Williams l'avait obligé à sortir. Absent de la feuille de match contre l'Uruguay, le staff gallois a décidé de l'aligner contre le XV de France malgré les risques encourus.

  • Les déboires de la sélection uruguayenne

Si ils ont été la magnifique sensation de ce Mondial sur le terrain, en dehors, l'histoire est moins belle. Après leur défaite contre le Pays de Galles, les hommes de Gaminara sont allés fêter la fin de leur mondial réussi malgré la dernière place. Dans un bar de Kumamoto, Los Teros ont détruit du matériel de DJ et un ordinateur portable, un dégat estimé à 33 000 euros. Le chef de l'établissement a engagé des poursuites pénales contre les joueurs uruguayens.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0