Icon Sport

Hagibis arrive, le Japon se prépare

Hagibis arrive, le Japon se prépare

Le 10/10/2019 à 09:55

COUPE DU MONDE 2019 - Avant même de toucher le Japon, le typhon Hagibis entraine des perturbations avec l’annulation de deux rencontres. Mais ce qui suscite davantage l’intérêt et l’inquiétude des Japonais, c’est de connaitre précisément la trajectoire de la tempête pour mieux s’en protéger.

La scène est assez surprenante mais témoigne de l’atmosphère qu’il règne ce jeudi à Tokyo, à environ 48 heures du passage du typhon Hagibis au-dessus de la capitale japonaise. Le ciel est bleu, paisible, il fait 25° et un jeune couple de Français séjournant dans l’hôtel situé dans le même bâtiment que les locaux de Rugby World Cup prend avec le sourire la nouvelle faisant étant de l’annulation d’Angleterre-France. "On en profitera pour se balader avant de prendre notre avion le soir", lancent-il. L’attitude contraste fortement avec celle des officiels présents quelques étages au-dessus et qui ont préféré annoncer l’annulation de la rencontre.

Malgré "tous les efforts possibles pour mettre en place un plan d'urgence permettant de disputer tous les matchs de samedi, il serait absolument irresponsable de laisser les équipes, les supporters, les bénévoles et les autres membres du personnel du tournoi exposés pendant ce qui devrait être un typhon sévère. Nous avons pris la décision d'annuler certains matches afin de garantir la sécurité de toutes les personnes impliquées", a ainsi expliqué Alan Gilpin, le directeur de la Coupe du Monde. Samedi, il sera ordonné à la population de ne surtout pas chercher à se déplacer et dans la mesure du possible à tout simplement rester chez soi.

Le plus violent typhon depuis 16 ans ?

Arrivé du Pacifique, Hagibis est le 19e typhon de l’année et passera au-dessus de l’île d’Honshū - la principale du Japon - samedi soir ou dimanche matin. Voilà pourquoi Nouvelle-Zélande / Canada à Toyota et Angleterre / France à Yokohama ont été annulés et pas Irlande / Samoa à Fukuoka, situé sur l’île de Kyūshū plus au Sud. Pourtant qualifié de typhon "explosif" par les médias japonais, il n’accapare pas encore tout l’intérêt de la presse bien que son évolution est suivie attentivement.

Il existe encore une possibilité de le voir se tourner vers l’Ouest et le centre du Japon ou bien vers l’Est et donc l’océan, justifiant ainsi les incertitudes autour des rencontres programmées dimanche. Mais c’est surtout sa grande taille (trois fois supérieur au typhon Faxai ayant touché le pays début septembre !) qui inquiète.

Si l’on ressent déjà la colère de plusieurs supporters et même le désarroi de fans venus spécialement pour le Crunch, il faut avoir conscience que les vents mesurés dans l’océan ont dépassé les 300km/h, avec des moyennes supérieures à 250km/h ! À titre de comparaison, les tempêtes de 1999 en France avaient été accompagnées de rafales à 200km/h…

Si les vents devraient baisser en intensité à l’approche des terres, les autorités ont rappelé qu’il serait imprudent de s’aventurer dans les rues au moment du passage du typhon en raison de poteaux ou d’arbres qui pourraient se renverser, voir même de véhicules qui pourraient être emportés. Il a aussi été dit de s’éloigner le plus possible des côtes en raison de la possibilité de vagues-submersion, sans compter les 300mm de précipitations attendues par endroits.

Vers une paralysie des transports

Les Japonais ne sont pour autant pas du genre à sombrer dans la panique et sont habitués à vivre ce genre d’épisode. Le président de Japan Rail East, Yuji Fukasawa, avait déjà annoncé en début de semaine que des lignes pourraient être suspendues à titre préventif et une nouvelle communication est normalement attendue ce jeudi pour davantage de précisions sur les annulations de trains samedi et/ou dimanche. "Dans les grandes villes, ça va aller, d’autant plus que ce sera pendant le week-end. C’est surtout dans les campagnes qu’il peut y avoir des dégâts. Je me rappelle des gros retards des trains lors du passage du typhon Faxai à cause d’arbres présents sur les voies, du temps pour les enlever, et qu’il faisait plus de 30° dans les stations", nous confie une journaliste japonaise, pas plus inquiète que cela.

Paradoxalement, l’épisode Faxai avait mis en évidence des failles qui peuvent permettre de comprendre pourquoi Rugby World Cup ne souhaite pas prendre de risques en maintenant des matchs et des déplacements de foules. En juillet dernier, le ministère japonais des Transports avait imposé une directive prévoyant que l’annulation d’un train devait être obligatoirement prise 48 heures à l’avance et qu’un plan détaillé devait être dévoilé 24 heures à l’avance.

Mais début septembre lors du passage du 15e typhon, ce n’est que 8 heures avant les annulations que l’information a été diffusée, ce qui a donc contraint la population à subir ces annulations une fois sur leur lieu de travail et ce qui avait provoqué d’importantes filles d’attentes. La vigilance est donc de mise, qu’importe la tenue d’une Coupe du Monde au Japon.

Car si Tokyo avait retrouvé des allures normales seulement quelques heures après le passage de Faxai, la préfecture voisine de Chiba est toujours en train de panser ses plaies un mois après. Hagibis se voulant bien plus puissant, l’on peut ainsi accepter les mesures de prévention qui se mettent en place actuellement.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0