Icon Sport

Chat en sauveur, Gabrillagues dans la douleur : Les notes de Bleus

Chat en sauveur, Gabrillagues dans la douleur : Les notes de Bleus
Par Nicolas AugotPar Leo Faure via Midi Olympique

Le 06/10/2019 à 12:43Mis à jour Le 06/10/2019 à 16:43

COUPE DU MONDE 2019 - Dans un match que les Bleus ont trop rarement su emmener loin du seul défi physique, le travail du talonneur du Racing 92 a été vital. Un registre où le Parisien Paul Gabrillauges a, lui, énormément souffert.

15. Maxime Médard (4 sur10)

L'arrière toulousain avait bien débuté la rencontre avec un bon jeu au pied, avant de trouver une touche directe. Il n'a pas eu beaucoup de bons ballons de relance ou n'a pas trouvé la faille. Un match sobre mais il est pris par le rebond sur l'essai de Hingano.

14. Damian Penaud (4 sur 10)

L'ailier clermontois n'a pas pu faire parler ses jambes puisqu'il n'a quasiment pas eu de munitions. Il a été bon sous les renvois en volleyant deux ballons dans le camp tricolore. Dont le dernier, essentiel, alors que les Tonguiens pouvaient rêver d'une dernière munition pour gagner le match. Il a touché son premier ballon d'attaque à la 51e minute, avant de marquer un essai refusé à la vidéo sur une inspiration de Dupont. Il est également pris dans le duel aérien sur le troisième essai tonguien. Pour le reste, propre en défense.

13. Virimi Vakatawa (4,5 sur 10)

Une très bonne entame de match avec un essai dès la 6e minute et avec une superbe relance (25e). Il commet néanmoins deux en-avants en première période avant de s'éteindre lentement au retour des vestiaires. Il est remplacé par Pierre-Louis Barassi (67e ) qui a été volontaire.

12. Sofiane Guitoune (5 sur 10)

Malgré une montée approximative en début de partie où il se rattrape en récupérant le ballon sur le plaquage suivant, le trois-quarts centre toulousain a été ensuite solide, défensivement. Il a souvent coupé les actions dangereuses par ses montées agressives. Il déchire aussi la défense tonguienne en début de rencontre (14e).

11. Alivereti Raka (6,5 sur 10)

Il a été dans tous les bons coups français. Il fait marquer le premier essai à Vakatawa après avoir éliminé trois défenseurs. Il est l'auteur d'une belle relance (29e) mais commet un en-avant en passant au sol. Il marque un essai trois minutes plus tard avec un bon jeu au pied à suivre pour lui même. Il réalise encore une action incroyable (66e) qui aurait pu définitivement plier la rencontre. En revanche, il est naïf sur l'essai d'Hingano. Des problèmes défensifs qui ne sont pas nouveaux, mais sur lesquels il ne progresse pas.

10. Romain Ntamack (4 sur 10)

Un bonne entame de match de la part du Toulousain avec des jeux au pied d'occupation intéressants. Il trouve une belle touche sur une pénalité française et réalise une belle prestation défensive malgré les percussions des puissants tonguiens. En revanche, il est bêtement pénalisé pour avoir tenté d'intercepter un ballon. Il a aussi commis deux en-avants franchement évitables, sans pression. Il a été moins en vue en seconde période. Remplacé par Camille Lopez (67e) qui s'est surtout demené en défense.

9. Baptiste Serin (4,5 sur 10)

Une bonne première période du demi de mêlée toulonnais avec une belle inspiration pour l'essai de Raka (pénalité vite jouée). Une petite faute de main en début de rencontre mais il a bien animé les débats pendant le premier acte avant d'être en difficulté en seconde période, derrière un pack au supplice. Remplacé par Antoine Dupont (54e). Le Toulousain a d'abord raté son entrée (un coup de pied contré, une gourmandise à cinq mètres de l'en-but adverse et deux ballons perdus). Mais il a su se reprendre, gagnant plusieurs duels et auteur d'un retour défensif sublime sur Piutau, qui filait seul à l'essai.

8. Gregory Alldritt (5,5 sur 10)

Son investissement est irréprochable, dès qu'on parle de combat. Ça tombe bien, ce match fut une longue guerre de tranchée. Face aux golgoths tonguiens, Alldritt n'a rien lâché. Il a subi, certes, mais toujours pour revenir et tenter gagner un mètre de plus. En défense, son abattage fut également important (14 sur 14 au plaquage, meilleur défenseur du match). Un seul (gros) point noir : sous pression derrière un maul, il cafouille et perd le ballon qui amène, en contre, l'essai de Hingano. Remplacé par Yacouba Camara (62e) qui n'a pas eu grand chose pour se mettre en valeur.

7. Charles Ollivon (5 sur 10)

Plutôt discret en première période, offensivement, Ollivon a en revanche beaucoup défendu. Et bien (12 sur 12 au plaquage). La deuxième période, plus déstructurée avec la fatigue et qu'il a finie en numéro 8, lui a offert quelques espaces où sa grande foulée fut en valeur. Propre en touche. Sa double-intervention sur la plus belle action du match aurait pu lui offrir d'inscrire l'un des plus beaux essais de la compétition. Malheureusement refusé (logiquement) pour un en avant de passe.

6. Wenceslas Lauret (5 sur 10)

Du travail défensif et, plus étonnant, une belle activité offensive en première période. Souvent plus loin des rucks qu'à son habitude, il était au soutien des centres, où il trouva des espaces dans la défense. Ensuite, avec la montée en puissance des Tonguiens dans le petit périmètre, il s'est recentré sur l'exercice défensif. Avec réussite (11 sur 11 au plaquage).

5. Sébastien Vahaamahina (5,5 sur 10)

Face à une équipe qui a dominé les Bleus physiquement, son envergure fut précieuse. Pour contrer les mauls et les départs au ras tonguiens, il fut parmi les plus efficaces. Son grattage devant la ligne des Bleus (45e) est de grande importance, alors que les Français étaient au supplice physique depuis la reprise. Coaché étonnamment tôt (53e) et remplacé par Bernard Le Roux qui, sous la furia tonguienne, s'est activé en défense.

4. Paul Gabrillagues (2,5 sur 10)

Match très compliqué pour le Parisien. S'il ne s'est pas enlevé face à son devoir et ne se verra rien reprocher sur le comportement, son manque d'atouts physiques fut quasi rédhibitoire. Il a subi tous les impacts, sans avoir grand chose à opposer de positif.

3. Rabah Slimani (3,5 sur 10)

Quelques belles interventions défensives, dures sur l'homme, en début de match et dans un registre où on ne le connaît pas toujours à son avantage. Mais la suite fut beaucoup plus compliquée. Comme beaucoup, il a subi les impacts au ras. Surtout, il est pénalisé deux fois en mêlée fermée. Le bilan, dès lors, ne peut être que négatif. Remplacé par Emerick Setiano (53e) qui n'a pas fait mieux : battu dans le défi physique et pris en mêlée fermée.

2. Camille Chat (7 sur 10)

Puisqu'il était dit que ce match se jouerait entre hommes forts, Camille Chat était attendu. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas déçu. Sa rage aux impacts, sa capacité à lutter pour rester debout et à toujours vouloir gagner un mètre de plus valait de l'or pour ces Bleus, en grande difficulté physique. Dans les rucks également : deux grattages à son actif dont le second (53e) quand les Bleus sont en grande souffrance. En touche, un 100 % pour les Bleus auquel il est forcément lié. Du très bon Chat. Remplacé par Guilhem Guirado (60e) qui ne ménagea pas sa peine pour remettre, autant que possible, ses Bleus dans l'avancée. Comme les autres, il s'est souvent heurté à un mur.

1. Jefferson Poirot (4,5 sur 10)

Dans le jeu courant, plusieurs belles charges en entame de match, basses et sur la vitesse d'impact. Puis, comme les autres, il a dû beaucoup s'employer à défendre. Pas toujours à son avantage, son déficit de puissance sur ses adversaires paraissant parfois immense. Également pénalisé en mêlée (1). Match compliqué pour le capitaine du jour. Remplacé par Cyril Baille (53e) dont on dressera un bilan similaire : battu dans le défi physique et en difficulté en mêlée.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0