Icon Sport

Bilan : les chiffres mis en avant par World Rugby

Bilan : les chiffres mis en avant par World Rugby

Le 03/11/2019 à 09:36Mis à jour Le 03/11/2019 à 09:48

COUPE DU MONDE 2019 - La Coupe du monde terminée, place au bilan. Ce dimanche, au lendemain de la finale remportée par l’Afrique du Sud (32-12), World Rugby a communiqué les chiffres clés qui font sa fierté.

Les grands pontes de la maison mère du rugby international se sont donnés rendez-vous ce dimanche matin à Tokyo pour tirer un premier bilan de la Coupe du monde à peine achevée. Assis à la table, le président de World Rugby Bill Beaumont, son bras droit Brett Gosper, le directeur du tournoi Alan Gispin, le président du comité d’organisation Fujio Mitarai ou encore le président de la fédération de rugby japonaise Shigetaka Mori. Du beau monde donc pour se féliciter des bons chiffres de ce Mondial.

Tout d’abord, celui de l’affluence, avec un total de 1 740 000 spectateurs qui ont garni les 12 stades hôtes sur l’ensemble de la compétition. Si tous les matchs n’ont pas fait le plein, World Rugby assure que ses objectifs sont atteints. Même chose en ce qui concerne les fans zones, avec un nombre de visiteurs enregistrés de 1 113 000, de Tokyo à Kumamoto en passant par Fukuoka et les neuf autres villes japonaises de ce Mondial. Les 13 000 volontaires qui ont accueilli et orienté ces foules ont ainsi été chaudement remerciés par le directeur de l’organisation du tournoi.

Une diminution de 35% des commotions cérébrales

Dans son préambule, Bill Beaumont a parlé de records battus et cela concerne aussi le volet digital avec plus de 7 milliards de vues sur l’ensemble des contenus étiquetés World Rugby, diffusés sur les réseaux sociaux. Au Japon, le match entre les Brave Blossoms et l’Écosse (28-21), qui a validé la qualification historique du pays hôte pour les quarts de finale, a atteint le chiffre astronomique de 53% de part d’audience. Soit peu ou prou l’équivalent de la population française ayant suivi la rencontre à la télévision.

Dans l’autocongratulation ambiante, le président de la JRFU, non dénué d’humour, a glissé un chiffre plus décalé : "J’ai mis plus de 40 minutes à me rendre à la finale à cause des embouteillages autour du stade. On devra donc mieux appréhender, la prochaine fois, l’afflux de 70 000 personnes à Yokohama".

En ce qui concerne le terrain, un chiffre a attiré tout spécialement l’attention de World Rugby et son directeur exécutif Brett Gosper : la diminution de 35% des cas de commotions cérébrales, en comparaison avec des "tournois similaires". L’ancien Racingman a en revanche été moins loquace en ce qui concerne le sujet plus épineux du typhon et de ses conséquences financières pour World Rugby : "L’impact financier est proche de zéro pour nous, a-t-il affirmé. On regrette évidemment que trois matchs n’aient pas eu lieu mais cela n’a pas remis en cause le succès financier de cette Coupe du monde". Un succès vital dans une période où les finances du rugby international cherchent un second souffle.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0