AFP

XV de France - François Trinh-Duc, ce mal-aimé…

Trinh-Duc, ce mal-aimé…

Le 23/08/2015 à 16:20Mis à jour Le 23/08/2015 à 17:06

COUPE DU MONDE - A 28 ans, François Trinh-Duc ne disputera pas la deuxième Coupe du monde de sa carrière. Ecarté ce dimanche de la liste des 31 par Philippe Saint-André, le demi d’ouverture montpelliérain entretient plus que jamais une relation compliquée avec les sélectionneurs.

Le 19 mai dernier, il célébrait sa joie au volant de sa voiture en apprenant sa présence pour la préparation à la Coupe du monde (18 septembre - 31 octobre). François Trinh-Duc (28 ans, 50 sélections) revenait alors de loin. "Ces trois dernières années, j’ai fait tous mes choix en fonction de cette Coupe du monde", confiait-il. "J’étais très, très stressé, je comptais les heures et les minutes. Je n’étais pas du tout confiant. Sur mon calendrier, j’avais noté le 19 mai d'une grosse croix rouge. C'est une vraie récompense, un vrai privilège. Je suis très satisfait, c'est beaucoup de joie. Mon but est, bien sûr, de participer à la Coupe du monde".

François Trinh-Duc et Morgan Parra lors du stage à Falgos - 10 août 2015

François Trinh-Duc et Morgan Parra lors du stage à Falgos - 10 août 2015AFP

" Trinh-Duc, c’est une évidence (Saint-André, le 19 mai 2015)"

Ecarté des terrains pendant quatre mois en raison d’une fracture du tibia, le Montpelliérain avait retrouvé la compétition à temps pour s’inviter dans la liste de Philippe Saint-André aux dépens de Camille Lopez. Pour de nombreux observateurs, le numéro 10 international incarnait la pièce manquante au jeu du XV de France. Un profil d’attaquant, imprévisible, qui devait réveiller les élans tricolores. "Pour le poste de demi d'ouverture on est allé sur l'expérience. Trinh-Duc revient en forme et a connu une Coupe du monde", expliquait Philippe Saint-André au moment d’annoncer son groupe de 36. "Trinh-Duc c'est une évidence". L’évidence aura tenu sept semaines. Pas plus. A croire que la convocation de Trinh-Duc était un simple leurre pour calmer le plébiscite des nombreux supporters de l’Héraultais.

François Trinh-Duc et les supporters de Montpellier - mai 2015

François Trinh-Duc et les supporters de Montpellier - mai 2015Icon Sport

" Il ne lui a pas manqué grand-chose et c'est très difficile pour lui (Saint-André)"

Titularisé le 15 août sur la pelouse de Twickenham pour le premier match amical face aux Anglais (19-14), François Trinh-Duc, associé à la charnière à Morgan Parra, avait rendu une copie propre. Une prestation au terme de laquelle le sélectionneur-manager avait souligné la qualité de son jeu au pied d’occupation et sa défense sur les un contre un. En vain. Ce dimanche, Saint-André a évincé l’ouvreur du MHR. Pourquoi ? "Il ne lui a pas manqué grand-chose et c'est très difficile pour lui", commente Saint-André. "La seule problématique pour moi était d'emmener trois buteurs numéro 1", a expliqué PSA depuis le CNR de Linas-Marcoussis. "François est un peu comme Rémi Tales. Ils ont travaillé en club et avec Romain Teulet sur ce secteur mais on considère que ce sont des buteurs numéro 2, qui peuvent éventuellement buter en fin de match. Il nous fallait trois numéro 1". Visiblement obsédé par les buteurs, Philippe Saint-André a donc sacrifié l’improvisation, l’intuition, le goût du jeu, au profit des statistiques face aux perches.

François Trinh-Duc, ouvreur international de Montpellier

François Trinh-Duc, ouvreur international de MontpellierIcon Sport

" Je pense avoir du caractère mais pas un mauvais caractère (Trinh-Duc)"

Plus que jamais, l’histoire de François Trinh-Duc en équipe de France s’inscrit dans la confusion, les non-dits. A l’instar de Maxime Mermoz, le Montpelliérain est précédé d’une image d’enfant terrible où ses soi-disant états d’âme dérangent. "Je pense avoir du caractère mais pas un mauvais caractère", expliquait le joueur de Montpellier en 2012. "Les critiques me servent, même si, au début, j’ai du mal à les accepter. Peut-être en raison de ma susceptibilité". Marc Lièvremont, en 2011, n’avait pas hésité à le congédier du poste d’ouvreur pour introniser Morgan Parra. Un désaveu terrible. Aux yeux de Patrice Lagisquet, François Trinh-Duc (15 sélections sous l’ère PSA, ndlr) ne serait pas assez gestionnaire. En coulisses, la vérité résonne autrement. Le staff du XV de France lui préfère tout simplement la mentalité de Rémi Tales qui cirera le banc du Mondial sans sourciller. Un choix qui n’a pas fini d’attiser les passions.

Auriez-vous écarté François Trinh-Duc de la liste des 31 pour la Coupe du monde ?

Sondage
41108 vote(s)
Oui
Non
Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés