AFP

XV de France - Damien Chouly: "Je ne serai jamais puissant et massif comme Picamoles"

Chouly: "Je ne serai jamais puissant et massif comme Picamoles"

Le 28/09/2015 à 19:05Mis à jour Le 28/09/2015 à 19:07

COUPE DU MONDE - Installé en troisième ligne aile, Damien Chouly est une pièce maîtresse de la touche du XV de France. Mais le Clermontois souffre toujours de la comparaison avec la puissance de Louis Picamoles. A tort ?

Détendu dans un fauteuil de la petite salle de presse installée à proximité du terrain d’entraînement du XV de France, à la Trinity School de Croydon, Damien Chouly (29 ans, 1,92m, 109 kg, 33 sélections) nous accorde quelques minutes de rab. Le troisième ligne clermontois vient déjà de passer vingt minutes face aux journalistes. Samedi matin, lors d’une grosse séance sur les rucks, le sauteur tricolore a pris position en numéro 8. Une indication, peut-être, de sa titularisation à ce poste pour défier les Canadiens. "Je me prépare à tout", sourit-il. "Il n’y a pas de problème. Mais le plus important, c’est de bien se préparer pour prendre des repères à l’entraînement, au niveau des repères stratégiques. Ce n’est pas le même positionnement, notamment sur la couverture dans le troisième rideau et sur les ballons hauts. Il faut basculer mentalement. C’est vrai que le poste de troisième ligne aile, c’est plus frontal. En numéro 8, le placement est beaucoup plus important".

Damien Chouly (XV de France) face à l'Angleterre - 22 août 2015

Damien Chouly (XV de France) face à l'Angleterre - 22 août 2015Icon Sport

" J'ai essayé de progresser au niveau de la puissance dans les jambes pour être plus performant dans la percussion"

Salué par Yannick Bru pour ses progrès durant la préparation physique, Damien Chouly s’est construit une caisse lui assurant une place dans les plans de Philippe Saint-André. "J’ai essayé de progresser au niveau de la puissance dans les jambes, explique-t-il. L’idée, c’était d’être plus performant dans la percussion. Maintenant, y’a plus qu’à (sourire)". Malgré ses qualités indiscutables en touche, Damien Chouly cristallise un flot permanent de critiques. Pas assez présent offensivement, trop discret dans le jeu et, surtout, moins percutant qu’un Louis Picamoles. L’Auvergnat devrait savoir tout faire. "Comme joueur, on aimerait toujours être le plus complet possible", souligne-t-il. "Après, chacun a ses qualités et ses attributs physiques. Pour moi, le joueur idéal est celui qui est capable d’avoir plusieurs cordes à son arc. Je ne serai jamais puissant et massif comme Louis. Je le sais très bien". Mais Damien Chouly doit-il essayer d’imiter Louis Picamoles ? "On ne peut pas lui demander de faire du Louis Picamoles", insiste Morgan Parra. "Ce n’est pas possible. Aujourd’hui, Louis est une force de la nature au poste de numéro 8 et sur les impacts".

Damien Chouly, le troisième ligne aile du XV de France

Damien Chouly, le troisième ligne aile du XV de FranceIcon Sport

" Quand le staff est venu me dire qu’il pensait à moi en troisième ligne aile, je leur ai bien fait comprendre que ce n’était pas un problème"

A trop vouloir être polyvalent, le Clermontois ne risque-t-il pas de plomber ses performances ? "Il ne s’agit pas de tout faire pour finalement ne rien faire", coupe-t-il. "Aujourd’hui, je vais à l’entraînement pour m’y filer et devenir un meilleur joueur de rugby. Mais je prends du plaisir dans les deux postes, flanker ou numéro 8. C’est le plus important à mes yeux. Si je ne prenais pas de plaisir, je ne pourrais pas être performant. Quand le staff est venu me dire qu’il pensait à moi en troisième ligne aile, je leur ai bien fait comprendre que ce n’était pas un problème". Malgré la menace de Bernard Le Roux, impressionnant à chaque match, Damien Chouly a su gagner la confiance du staff. "Quand tu as un poste à responsabilité, il faut l’assumer", insiste Morgan Parra. Si tu ne les acceptes pas, il faut le dire et tu sais à quoi t’attendre. "Mais Damien accepte ses responsabilités d’annoncer la touche, d’être patron dans le secteur aérien. Après, je ne sais pas ce que les coaches attendent de lui exactement". D’être un leader indiscutable...

De notre envoyé spécial à Croydon, VINCENT PERE-LAHAILLE

Contenus sponsorisés
0
0