Icon Sport

Italie-Roumanie: Portée par sa charnière, l'Italie assure sa participation au prochain Mondial

Portée par sa charnière, l'Italie assure sa participation au prochain Mondial

Le 11/10/2015 à 17:27Mis à jour Le 11/10/2015 à 17:31

COUPE DU MONDE - En toute logique, l'Italie est venue à bout de la Roumanie pour remporter le match pour la troisième place de la poule D (32-22). Un succès bonifié qui assure à la Squadra Azzurra sa participation à la prochaine Coupe du monde au Japon en 2019, en tant que troisième de poule.

Mission accomplie pour l'Italie. Les joueurs de Jacques Brunel, éliminés après leurs défaites contre la France puis l'Irlande n'avaient plus qu'on objectif en tête: battre la Roumanie et se qualifier pour le prochain Mondial en 2019 au Japon en tant que troisièmes de la poule D. C'est chose faite, grâce à un succès bonifié à quatre essais (32-22).

L'Italie regrettera peut-être longtemps sa courte défaite face à l'Irlande (16-9). En dehors de cette rencontre très accrochée et qui aurait très bien pu voir les Transalpins réaliser un exploit, la logique a été respectée dans cette poule, avec les Italiens au troisième rang, derrière Irlandais et Français. Une troisième place qui offre à la Squadra Azzurra un ticket direct pour le Japon et l'épreuve de 2019. C'est tout ce que pouvait espérer l'Italie ce dimanche.

Gori et Allan en patrons

Si les partenaires de Sergio Parisse, une nouvelle fois absent, ont rapidement décroché le bonus offensif, ils le doivent bien à leur charnière, très en vue ce dimanche. Edoardo Gori et Tommaso Allan étaient de tous les bons coups, y allant par la même occasion de leur exploit personnel. Le demi de mêlée à la 24e, l'ouvreur de Perpignan cinq minutes plus tard. Influents sur le jeu des leurs, ils avaient vu Sarto ouvrir la voie (10e) et Zanni conclure le travail (46e).

Edoardo Gori (Italie) - 11 octobre 2015

Edoardo Gori (Italie) - 11 octobre 2015Icon Sport

La fin de match à l'avantage de Roumains qui se sont révoltés, avec trois essais dans le dernier quart d'heure (deux signés Apostol et un de Popirlan) restera anectodique tant l'essentiel était ailleurs... L'Italie a désormais quatre ans pour continuer à progresser afin d'enfin sortir des poules au Japon.

Contenus sponsorisés